De l’ar­gent ca­ché aux Ber­mudes

Gilles Vaillan­court a ra­pa­trié son ar­gent qui était en Suisse, mais pas ce­lui aux Ber­mudes, se­lon la Ville

Le Journal de Montreal - - LA UNE - PAGE 5

L’ex-maire cor­rom­pu Gilles Vaillan­court ca­che­rait en­core de l’ar­gent à l’étran­ger. La Ville de La­val tente de mettre la main sur plus de 175 000 $ qui se trouvent dans le pa­ra­dis fis­cal des Ber­mudes, se­lon des do­cu­ments de cour.

Vaillan­court a été condam­né à six ans de pé­ni­ten­cier en dé­cembre 2016, lui qui a re­con­nu avoir vo­lé ses conci­toyens pen­dant une quin­zaine d’an­nées. L’an­cien maire et ses com­plices per­ce­vaient une ris­tourne de 2 % sur les contrats de construc­tion et d’in­gé­nie­rie à La­val. Il a été li­bé­ré du pé­ni­ten­cier pour bonne conduite moins d’un an plus tard.

En plai­dant cou­pable, Vaillan­court s’était en­ga­gé à re­mettre à la Ville en­vi­ron 8,5 mil­lions $. Cette somme était sur­tout com­po­sée du conte­nu de ses comptes ban­caires en Suisse.

Mais l’in­ven­taire était in­com­plet. Trois ans plus tard, La­val de­mande à la Cour su­pé­rieure de la dé­si­gner comme bé­né­fi­ciaire de tous les avoirs qui se trouvent dans un mys­té­rieux compte ca­ché sous le so­leil des Ber­mudes.

Se­lon elle, le ju­ge­ment de l’ho­no­rable James Brun­ton qui en­voyait Vaillan­court en taule, fin 2016, ne fai­sait état ni de ce compte ban­caire ni de son conte­nu.

OU­VERT EN 1983

La re­quête pré­cise que le compte « a été ou­vert par M. Vaillan­court le ou vers le 12 dé­cembre 1983 ». Un seul dé­pôt y a été ef­fec­tué, le jour même, et au­cune autre somme d’ar­gent n’y au­rait été ajou­tée de­puis.

« En date du 7 jan­vier 2019, les avoirs dé­po­sés dans ce compte ban­caire to­ta­lisent 175 404,05 $ CAD », lit-on dans la re­quête dé­po­sée en Cour su­pé­rieure le 27 novembre der­nier.

La por­tion du do­cu­ment qui per­met­trait de sa­voir exac­te­ment quand les au­to­ri­tés ont consta­té la pré­sence de fonds à la Ber­mu­da Com­mer­cial Bank a été ca­viar­dée.

« À ce jour, mal­gré la vo­lon­té des par­ties, au­cune somme dé­po­sée aux Ber­mudes n’a été re­mise par M. Vaillan­court à la Ville de La­val », dé­plorent les pro­cu­reurs de la Ville.

CONSEILLER MU­NI­CI­PAL

À l’époque où le compte a été ou­vert, Vaillan­court n’était pas en­core maire, mais il était conseiller mu­ni­ci­pal de­puis une di­zaine d’an­nées.

Se­lon la re­quête, le Di­rec­teur des pour­suites cri­mi­nelles et pé­nales au­rait men­tion­né à la Ville qu’il n’était pas en me­sure de ra­pa­trier les sommes au Ca­na­da, puisque la date de dé­pôt est an­té­rieure aux crimes com­mis par l’ex-maire.

La ten­ta­tive de La­val pour ré­cu­pé­rer les fonds pour­rait éga­le­ment être com­pli­quée par l’ins­ti­tu­tion ban­caire ber­mu­dienne.

« Les avoirs dé­po­sés sont ge­lés par la Ber­mu­da Com­mer­cial Bank aux Ber­mudes en rai­son de la non-confor­mi­té du Compte ban­caire aux règles en vi­gueur re­la­tives à l’iden­ti­fi­ca­tion des clients », pré­cise la Ville.

« ILS NE LÂCHENT PAS LE MOR­CEAU »

Au mo­ment de mettre sous presse, Vaillan­court, 78 ans, n’avait pas rap­pe­lé.

Jointe hier à son do­mi­cile, la conjointe de l’ex-maire, Fran­cine Du­puis-Vaillan­court, a sem­blé sur­prise lorsque nous l’avons in­for­mée de la re­quête des pro­cu­reurs la­val­lois.

« Ils ne lâchent pas le mor­ceau, eux autres, mais c’est pas grave », a-t-elle af­fir­mé.

En mai 2013, l’Unité per­ma­nente an­ti­cor­rup­tion avait réa­li­sé le plus gros coup de fi­let de son his­toire en ar­rê­tant Gilles Vaillan­court et 36 autres per­sonnes. Vingt-sept d’entre elles ont été re­con­nues cou­pables, dont huit ont éco­pé de peines de pri­son fermes.

PHO­TO D’AR­CHIVES, MARTIN ALARIE

L’an­cien maire de La­val Gilles Vaillan­court avait été pho­to­gra­phié en dé­cembre 2018 dans cette ville, quelques jours avant qu’il ob­tienne sa li­bé­ra­tion condi­tion­nelle to­tale.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.