Ca­nam re­de­vient qué­bé­coise après l’aven­ture amé­ri­caine

Le mon­tant de la tran­sac­tion s’élève à 840 mil­lions de dol­lars ca­na­diens

Le Journal de Montreal - - ARGENT - JEAN-MI­CHEL GENOIS GA­GNON

Près de trois ans après avoir ac­cueilli un fonds d’in­ves­tis­se­ment amé­ri­cain comme ac­tion­naire ma­jo­ri­taire, la di­vi­sion ca­na­dienne du Groupe Ca­nam est de nou­veau la pro­prié­té de joueurs qué­bé­cois.

L’en­tre­prise beau­ce­ronne a an­non­cé, hier, avoir ra­che­té l’en­semble des parts au Ca­na­da du fonds d’in­ves­tis­se­ment Ame­ri­can In­dus­trial Part­ners (AIP).

Pour y par­ve­nir, la fa­mille Du­til (Pla­ce­ments CMI) s’est as­so­ciée avec la Caisse de dé­pôt et pla­ce­ment du Qué­bec et au Fonds de so­li­da­ri­té FTQ.

La tran­sac­tion qui s’élève à 840 mil­lions $ CA com­prend éga­le­ment l’ac­qui­si­tion de cer­tains ac­tifs du cô­té des ÉtatsU­nis. La nou­velle so­cié­té se­ra dé­te­nue en parts égales par les trois ac­tion­naires.

« Ce­la a tou­jours été le but de re­de­ve­nir qué­bé­cois », in­dique Mar­cel Du­til, pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de Groupe Ca­nam. L’en­tre­prise est au­jourd’hui di­ri­gée par son fils Marc. « On veut main­te­nant conti­nuer à prendre de l’ex­pan­sion », pour­suit-il.

Dès 2020, des in­ves­tis­se­ments de 20 M$ se­ront entre autres réa­li­sés pour amé­lio­rer les ins­tal­la­tions du fa­bri­cant de struc­tures d’acier dans la ca­pi­tale (voir autre texte).

La nou­velle so­cié­té dé­tien­dra les usines de Ca­nam Bâ­ti­ments si­tuées à Saint-Gé­déon-deBeauce, Bou­cher­ville, Mis­sis­sau­ga et Cal­ga­ry, et celles de Ca­nam Ponts à Qué­bec, La­val et Sha­wi­ni­gan (Tec­Fab).

Elle se­ra aus­si pro­prié­taire des bu­reaux en Rou­ma­nie et en Inde, des ac­ti­vi­tés d’ins­tal­la­tion de Sto­ne­bridge au New Jer­sey ain­si que des ac­tifs de Ca­nam Bridges à Cla­re­mont au New Hamp­shire.

ME­SURE TEM­PO­RAIRE

En 2017, la di­rec­tion du Groupe Ca­nam s’était tour­née vers le fonds d’in­ves­tis­se­ment pri­vé new-yor­kais AIP pour se re­ti­rer de la Bourse.

La firme amé­ri­caine était alors de­ve­nue ac­tion­naire à 60 % du fleu­ron qué­bé­cois fon­dé en 1960. La Caisse, la fa­mille Du­til et le Fonds de so­li­da­ri­té FTQ se par­ta­geaient les 40 % res­tant. L’achat de la to­ta­li­té des ac­tions re­pré­sen­tait une va­leur d’en­vi­ron 875 mil­lions $, in­cluant la dette. Ce par­te­na­riat de­vait du­rer entre « cinq et sept ans ».

Cette stra­té­gie avait aus­si été uti­li­sée par la fa­mille Du­til lors de la pri­va­ti­sa­tion, en 2015, du construc­teur de se­mi-re­morques

Ma­nac.

Le fonds d’in­ves­tis­se­ment AIP de­meu­re­ra tout de même co­pro­prié­taire avec le trio qué­bé­cois des fi­liales Ca­nam Steel Cor­po­ra­tion et FabSouth, qui pos­sèdent six usines. Groupe Ca­nam es­père aus­si un jour ra­che­ter ses ac­tifs.

« Nous n’avons pas ache­té ces di­vi­sions, car le prix de­man­dé était trop éle­vé », ré­pond M. Du­til. « Au bon prix, oui, on peut pen­ser qu’on pour­rait les ra­che­ter au cours des pro­chaines an­nées », dit-il.

PHO­TOS STE­VENS LE­BLANC

L’usine Ca­nam de Qué­bec qui a par­ti­ci­pé à la construc­tion de la struc­ture d’acier du pont Sa­muel De-Cham­plain, dans la mé­tro­pole.

MAR­CEL DU­TIL Pré­sident du C.A.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.