Un sur­doué frôle l’échec à cause du stress de per­for­mance

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - DAPH­NÉE DION-VIENS

Un jeune de 15 ans sur­doué a frô­lé l’échec au dé­but du se­con­daire, su­bis­sant les contre­coups de son an­xié­té de per­for­mance.

Noé Po­blete a tou­jours eu de bons ré­sul­tats sco­laires. Le pas­sage au se­con­daire a tou­te­fois été dif­fi­cile pour lui.

Ad­mis dans un col­lège pri­vé de Mon­tréal « cen­tré beau­coup sur les notes », il a com­men­cé à faire de l’évi­te­ment en rai­son de son an­xié­té de per­for­mance, ra­conte ce jeune homme qui res­sen­tait « beau­coup de pres­sion ».

« Quand je pen­sais que je n’avais pas les connais­sances re­quises pour avoir une très bonne note dans un tra­vail, je ne fai­sais pas le tra­vail. Si je n’étais pas confiant à 100 % d’avoir une bonne note, je ne me for­çais pas du tout », ex­plique-t-il.

Ré­sul­tat : il a frô­lé l’échec dans plu­sieurs ma­tières, à de nom­breuses re­prises.

MOINS DE SOM­MEIL

À l’op­po­sé, l’an­xié­té de per­for­mance était à son comble lors­qu’il sa­vait qu’il pou­vait avoir une bonne note.

Il pou­vait étu­dier sans comp­ter les heures de som­meil man­quées, et le stress était à son comble lors d’un exa­men.

« Je de­ve­nais vrai­ment, vrai­ment per­fec­tion­niste », lance ce­lui qui a ré­cem­ment re­çu un diag­nos­tic de douance.

DES « MON­TAGNES RUSSES »

Pour mettre fin aux « mon­tagnes russes » qui ont mar­qué le dé­but de son par­cours au se­con­daire, Noé a consul­té des psy­cho­logues qui l’ont beau­coup ai­dé à com­prendre ce qui se pas­sait dans sa tête.

« Quand on réa­lise ce qui se passe, on peut trou­ver des so­lu­tions », dit-il.

Il a aus­si chan­gé d’école en dé­but d’an­née sco­laire et se sent beau­coup mieux.

« J’ai trou­vé une école où on peut mieux me com­prendre au lieu de juste me ta­per des­sus comme on l’a fait dans l’autre col­lège », lance-t-il.

Noé a te­nu à ra­con­ter pu­bli­que­ment son his­toire pour s’at­ta­quer à cer­tains « mythes » en­tou­rant l’an­xié­té de per­for­mance.

« On pense sou­vent que c’est un élève qui a dé­jà de très bons ré­sul­tats sco­laires et qui vise tou­jours à en avoir de meilleurs, dit-il. Mais ça peut aus­si se tra­duire de plein d’autres fa­çons. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.