Un autre res­tau­rant ci­blé par des mi­li­tants vé­ganes

Après le Joe Beef, le Ma­ni­to­ba van­da­li­sé par des ac­ti­vistes

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - GUILLAUME CYR

Le res­tau­rant Ma­ni­to­ba, si­tué dans le Mile-Ex, à Mon­tréal, a été van­da­li­sé par des ac­ti­vistes qui ci­blaient di­rec­te­ment le chef cui­si­nier Si­mon Ma­thys, un peu plus d’une se­maine après une ac­tion me­née par des mi­li­tants vé­ganes au res­tau­rant Joe Beef.

Lun­di, l’un des co­pro­prié­taires du Ma­ni­to­ba, Si­mon Can­tin, s’est bu­té à une ser­rure rem­plie de colle, ce qui em­pê­chait les em­ployés de ren­trer dans le res­tau­rant.

Un dé­but de graf­fi­ti se trou­vait sur le mur ex­té­rieur, alors que des van­dales ont écrit à la pein­ture « Stop S », pro­ba­ble­ment avant d’avoir dû prendre la poudre d’es­cam­pette avant de ter­mi­ner leur mes­sage.

Un mes­sage ins­crit sur un pa­pier dé­po­sé dans la boîte aux lettres du com­merce était plus élo­quent.

« Votre chef Si­mon Ma­thys a du sang sur les mains et vous en êtes com­plices. Des mil­liers d’oies et de ca­nards paye­ront in­jus­te­ment de leur vie pour un simple plai­sir gus­ta­tif dans ce fu­tur pro­jet d’abat­toir », pou­vait-on y lire.

« En six ans, c’est la pre­mière fois que ce geste se pro­duit », a ex­pli­qué M. Can­tin.

C’est la se­conde fois en peu de temps que des mi­li­tants visent un res­tau­rant pour dé­fendre la cause des ani­maux. Le 11 janvier, des ac­ti­vistes s’étaient in­tro­duits à l’in­té­rieur du Joe Beef pour scan­der que la viande « n’est pas de la nour­ri­ture, c’est de la vio­lence ».

PE­TIT ABAT­TOIR

Le chef du Ma­ni­to­ba, Si­mon Ma­thys, est membre du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion du Pe­tit abat­toir, un pro­jet de mi­croa­bat­toir qui se pré­sente comme une al­ter­na­tive lo­cale et éco­lo­gique pour les éle­veurs de ca­nards et d’oies. Une soi­rée de fi­nan­ce­ment de­vait se te­nir le 26 janvier, mais a fi­na­le­ment été re­por­tée.

La co­pro­prié­taire Éli­sa­beth Car­din se dit non seule­ment at­tris­tée par cet acte, mais elle croit aus­si que son res­tau­rant n’est pas la bonne cible.

« On fait des plats an­ces­traux [qué­bé­cois et au­toch­tones] avec des plantes sau­vages, tout en res­pec­tant l’ani­mal, dans une conscience en­vi­ron­ne­men­tale et so­ciale, a te­nu à rap­pe­ler Mme Car­din. Je me fous un peu de ce que vous choi­sis­sez de man­ger, l’im­por­tant, c’est de la pro­ve­nance et la ma­nière de pro­duire les ali­ments. »

ME­NU VÉ­GANE

« On a un su­per me­nu vé­gane, en plus ! » a lan­cé Mme Car­din.

Les pro­prié­taires du res­tau­rant ont par­ta­gé leur mésa­ven­ture sur la page Fa­ce­book de l’éta­blis­se­ment. Hier soir, la pu­bli­ca­tion avait sus­ci­té plus de 1700 ré­ac­tions, 600 com­men­taires et 800 par­tages.

L’at­taque, se­lon les pro­prié­taires de l’éta­blis­se­ment de la rue Saint-Zo­tique Ouest, semble ve­nir d’un groupe vé­gane ex­tré­miste. Ils ne sou­haitent sur­tout pas pla­cer toutes les per­sonnes qui optent pour ce ré­gime dans le même pa­nier.

PHO­TOS AGENCE QMI, GUILLAUME CYR

Si­mon Can­tin et Éli­sa­beth Car­din, pro­prié­taires du Ma­ni­to­ba. Les van­dals ont lais­sé un mes­sage pro-ani­maux dans la boîte aux lettres de l’adresse si­tuée dans le Mile-Ex (en mortaise).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.