Les ac­tion­naires de DuP­ro­prio ont une « vraie » agence im­mo­bi­lière

Nes­tor dé­tient un per­mis de cour­tage contrai­re­ment à DuP­ro­prio

Le Journal de Montreal - - ARGENT - PHI­LIPPE ORFALI

« Plus né­ces­saire de payer des mil­liers de dol­lars en com­mis­sion pour vendre une pro­prié­té », di­sait au­tre­fois la pu­bli­ci­té de DuP­ro­prio. C’était avant que l’en­tre­prise et ses ac­tion­naires fondent Nes­tor, une « vraie » agence im­mo­bi­lière, a ap­pris Le Jour­nal.

Même dans l’in­dus­trie tri­co­tée ser­rée du cour­tage im­mo­bi­lier, le lien est mé­con­nu. La plu­part des cour­tiers im­mo­bi­liers avec qui Le Jour­nal s’est en­tre­te­nu ont été cho­qués d’ap­prendre que Nes­tor, lan­cée en fé­vrier 2019, et DuP­ro­prio ont les mêmes ac­tion­naires. Leurs sites web n’en font au­cune men­tion.

« Il n’y a au­cun lien com­mer­cial entre Nes­tor et DuP­ro­prio », a même sou­te­nu le prin­ci­pal di­ri­geant de Nes­tor, Ma­thieu Sa­vard, lors­qu’un ache­teur po­ten­tiel lui a de­man­dé quelle était la re­la­tion entre les deux com­pa­gnies.

En en­tre­vue le len­de­main, il s’est dé­fen­du d’avoir vou­lu in­duire cette per­sonne en er­reur. « Je pense avoir bien rem­pli mes obli­ga­tions de trans­pa­rence. J’ai dit qu’il n’y avait pas de lien com­mer­cial, pas qu’il n’y avait pas de lien. Il n’y a au­cune ca­chette », a af­fir­mé M. Sa­vard.

IN­DÉ­PEN­DANTS

Les deux boîtes sont dé­te­nues par 90592114 Qué­bec inc., com­pa­gnie à nu­mé­ro qui ap­par­tient à son tour au géant bri­tan­nique de l’im­mo­bi­lier Pur­ple­bricks.

Au Ca­na­da an­glais, la marque DuP­ro­prio a d’ailleurs dis­pa­ru au pro­fit de Pur­ple­bricks, lors de son ra­chat, en 2018.

DuP­ro­prio et Nes­tor par­tagent éga­le­ment un cer­tain nombre d’ad­mi­nis­tra­teurs, se­lon le re­gistre des en­tre­prises du Qué­bec, dont le chef de la di­rec­tion fi­nan­cière de Pur­ple­bricks, James Da­vies, et le PDG, Vic­tor Dar­vey, évo­qué dans le scan­dale des Pa­na­ma Pa­pers.

Porte-pa­role de DuP­ro­prio, Fré­dé­ric Au­ger sou­tient que les deux en­tre­prises ré­pondent à des be­soins dis­tincts.

« On aide les ven­deurs à vendre sans in­ter­mé­diaire. Nes­tor [...] offre des ser­vices aux ache­teurs. On opère deux en­tre­prises avec deux mo­dèles dif­fé­rents », a-til in­di­qué.

ÉTON­NE­MENT

Cour­tière bien connue de la mé­tro­pole, Amy As­saad ne cache pas sa sur­prise.

Comme plu­sieurs, elle igno­rait tout de la re­la­tion entre DuP­ro­prio et Nes­tor.

« C’est la preuve que [DuP­ro­prio] réa­lise que son mo­dèle ne tient pas la route. Ils mo­di­fient leur plan d’af­faires pour ac­ca­pa­rer une part plus im­por­tante du mar­ché », constate-t-elle.

POUR­SUITE DE L’OACIQ

Pa­ral­lè­le­ment, le tor­chon brûle tou­jours entre DuP­ro­prio et l’Or­ga­nisme d’au­to­ré­gle­men­ta­tion du cour­tage im­mo­bi­lier du Qué­bec (OACIQ), dont Nes­tor est membre. L’OACIQ, fi­nan­cé grâce aux co­ti­sa­tions des cour­tiers, pour­suit DuP­ro­prio de­puis plu­sieurs an­nées main­te­nant.

« Ef­fec­ti­ve­ment, il y a une contra­dic­tion, dit-elle. Nes­tor a choi­si de faire une de­mande de per­mis de cour­tage et a [ré­pon­du aux] exi­gences de la loi. On ne peut que sa­luer ce­la. Quant à DuP­ro­prio, ils n’ont pas de per­mis et on ai­me­rait qu’ils en aient un. »

Sans condam­ner le si­lence de Nes­tor en ce qui a trait à ses liens avec DuP­ro­prio, elle juge im­por­tant de dis­si­per toute « confu­sion dans l’es­prit du pu­blic. »

ComF­ree/DuP­ro­prio em­ploie en­vi­ron 400 per­sonnes à tra­vers le pays.

PHO­TO COUR­TOI­SIE

Nes­tor a été lan­cée en fé­vrier 2019. L’en­tre­prise est membre de l’Or­ga­nisme d’au­to­ré­gle­men­ta­tion du cour­tage im­mo­bi­lier du Qué­bec (OACIQ). DuP­ro­prio ne l’est pas.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.