Bucks et Hor­nets dé­barquent à Pa­ris

L’en­goue­ment est tel­le­ment grand en France que le com­mis­saire confirme dé­jà un nou­veau match pour 2021

Le Journal de Montreal - - SPORTS - League Pass

PA­RIS | (AFP) Le grand cirque de la NBA dé­barque pour la pre­mière fois à Pa­ris avec un match de sai­son ré­gu­lière entre les Bucks de Mil­wau­kee et les Hor­nets de Char­lotte au­jourd’hui à Ber­cy, un évé­ne­ment qui a sus­ci­té un en­goue­ment ex­tra­or­di­naire chez les par­ti­sans de bas­ket­ball fran­çais.

Ils ont été plus de 100 000 à sol­li­ci­ter un billet, pour en­vi­ron 15 000 dis­po­nibles, la plu­part à des ta­rifs très éle­vés. Si les prix com­men­çaient à 65 eu­ros (94 $ CA), pour une place sous le toit, lors de la pré­vente à l’au­tomne, il n’y avait rien à moins de 315 eu­ros (457 $ CA) pen­dant la ses­sion de jan­vier.

Il faut dire que les Fran­çais ont de la chance, puis­qu’ils ac­cueillent la meilleure équipe ac­tuelle de la NBA, les « Che­vreuils » de Mil­wau­kee, qui ga­lopent en tête à la mi-sai­son avec 39 vic­toires et 6 dé­faites, et l’une des su­per-ve­dettes du jeu, le Grec Gian­nis An­te­to­kounm­po, sa­cré joueur par ex­cel­lence l’an pas­sé.

Les « Fre­lons » de Char­lotte volent moins haut (15 vic­toires, 30 dé­faites) et au­raient ins­pi­ré plus d’en­thou­siasme si To­ny Par­ker en por­tait tou­jours le maillot comme l’an pas­sé. Mais les sup­por­teurs fran­çais pour­ront en­cou­ra­ger l’un des leurs, Ni­co­las Ba­tum, qui vit une sai­son dif­fi­cile.

LA FRANCE, GRAND MAR­CHÉ

Ce ren­dez-vous est le pre­mier vrai match de NBA or­ga­ni­sé en France, c’est-à-dire de sai­son ré­gu­lière, par op­po­si­tion à ceux de pré­sai­son, qui y ont dé­jà eu lieu. Pour­tant, spor­ti­ve­ment, il n’a rien de dé­ci­sif. Il s’agit d’un match comme un autre par­mi les 82 que joue cha­cune des 30 fran­chises, sans comp­ter les sé­ries éli­mi­na­toires. C’est du cô­té du mar­ke­ting et des af­faires que se si­tuent les en­jeux pour une ligue de­puis long­temps en quête de dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal et pour des com­man­di­taires sou­cieux d’agran­dir leurs parts.

« La France est un grand mar­ché pour le basket. Il y a une longue tra­di­tion, une fé­dé­ra­tion de pre­mière classe qui pro­duit un nombre éton­nam­ment éle­vé de joueurs de NBA (11 cette sai­son). C’est un mar­ché très at­ti­rant pour les fans, pas seule­ment pour les Amé­ri­cains, mais dans toute l’Eu­rope », a sou­li­gné hier le pa­tron de la NBA Adam Sil­ver, qui a fait le voyage.

L’un des prin­ci­paux in­té­res­sés n’est autre que le plus grand bas­ket­teur de l’his­toire, Mi­chael Jor­dan, pa­tron d’une marque de chaus­sures et d’équi­pe­ments spor­tifs di­vers por­tant son nom (mais as­so­cié à Nike, le four­nis­seur of­fi­ciel des maillots de la NBA), et pa­tron aus­si des Hor­nets qu’il a ra­che­tés il y a dix ans. La lé­gende vi­vante est at­ten­due dans les tri­bunes de Ber­cy pour cet évé­ne­ment qui s’an­nonce éga­le­ment très po­pu­laire. « Mi­chael vou­lait re­ve­nir à Pa­ris où il était im­men­sé­ment po­pu­laire comme joueur », a sou­li­gné Sil­ver.

APRÈS NEUF ANS À LONDRES

Après neuf ans à Londres, c’est donc Pa­ris et le mar­ché fran­çais, le deuxième en Eu­rope en nombre de sous­crip­tions au qui per­met dé­sor­mais de suivre les matchs sur internet, qui a le pri­vi­lège d’être la nou­velle cible de la grande ligue. Et la NBA est là pour res­ter. L’ac­cord est même dé­jà si­gné pour un nou­veau match en jan­vier pro­chain. « Nous se­rons à Pa­ris pour de nom­breuses an­nées », a dit le com­mis­saire, qui es­père, d’ici à quelques an­nées, pou­voir in­clure dans le ca­len­drier plu­sieurs matchs à l’étran­ger.

Les Pa­ri­siens au­ront donc droit au spec­tacle spor­tif à l’amé­ri­caine, « avec une forte com­po­sante de di­ver­tis­se­ment », dixit Sil­ver, ses jeux de lu­mière, ses dan­seurs, ses mas­cottes et ses ani­ma­tions en tous genres. Un style qui ins­pire de­puis long­temps les or­ga­ni­sa­teurs du monde en­tier. « En plus de ce­la, le jeu aus­si est par­ti­cu­lier, gé­né­ra­le­ment très ra­pide, avec de gros poin­tages et quelques-uns des meilleurs ath­lètes du monde, presque des su­per­hé­ros ! » pour­suit Sil­ver.

Du cô­té des di­ri­geants fran­çais, on n’y voit que du po­si­tif, quand bien même l’évé­ne­ment sou­ligne le gouffre de po­pu­la­ri­té qui sé­pare les deux bas­kets. « La NBA ne peut pas faire de mal au basket. Il s’agit d’un mo­dèle réus­si et comme ils ont beau­coup de bien­veillance à notre égard, on se­rait idiot de ne pas dis­cu­ter avec eux », a dé­cla­ré Alain Bé­ral, le pré­sident de la Ligue na­tio­nale de basket (LNB).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.