Re­nais­sance at­ten­due pour Je­sen Ther­rien

Le re­le­veur est sans contrat, mais il est en­fin en san­té et prêt à im­pres­sion­ner les équipes du ba­se­ball ma­jeur

Le Journal de Montreal - - SPORTS - BE­NOÎT RIOUX

En­fin re­mis d’une opé­ra­tion de type Tom­my John su­bie il y a plus de deux ans, le lan­ceur qué­bé­cois Je­sen Ther­rien s’est en­vo­lé pour l’Ari­zo­na, à la mi-jan­vier, avec le dé­sir de convaincre une for­ma­tion du ba­se­ball ma­jeur de l’em­bau­cher.

Ce­lui qui a dé­jà par­ti­ci­pé à 15 matchs dans l’uni­forme des Phil­lies de Phi­la­del­phie en 2017 est joueur au­to­nome après avoir écou­lé un contrat de deux ans dans l’or­ga­ni­sa­tion des Dod­gers de Los An­geles.

« J’ai eu des com­pli­ca­tions avec ma bles­sure en 2019, à ma deuxième an­née avec les Dod­gers, a ré­su­mé Ther­rien. On de­vait prendre une an­née pour ma ré­ha­bi­li­ta­tion et l’ob­jec­tif était d’ar­ri­ver plus fort pour la sai­son sui­vante. Au camp, l’an der­nier, tout al­lait bien quand j’ai lan­cé une pre­mière fois à l’en­traî­ne­ment, mais quelques jours plus tard, lors d’une deuxième ses­sion, j’ai sen­ti comme un élan­ce­ment dans mon bras droit. Ce n’était pas une dou­leur atroce, mais c’était vrai­ment in­con­for­table. »

Si de nou­veaux tests ont dé­mon­tré que l’in­ter­ven­tion vi­sant à rem­pla­cer un li­ga­ment au ni­veau du coude avait bel et bien été un suc­cès, le Qué­bé­cois a dû prendre du re­pos et pas­ser plu­sieurs se­maines à re­trou­ver toutes ses forces. Or, le ma­laise a per­sis­té, si bien que Ther­rien n’a ja­mais pu por­ter of­fi­ciel­le­ment les cou­leurs des Dod­gers ni celles d’un club-école de cette or­ga­ni­sa­tion.

AP­PUYÉ PAR ÉRIC GA­GNÉ

En Ari­zo­na, le Mont­réa­lais de 26 ans re­trouve ces jours-ci son men­tor, l’an­cien lan­ceur Éric Ga­gné, chez qui il ha­bite pour quelques se­maines. En­semble, ils tra­vaille­ront pour qu’il re­trouve la forme op­ti­male. Puis, les dif­fé­rentes or­ga­ni­sa­tions du ba­se­ball ma­jeur se­ront in­vi­tées à le voir à l’oeuvre au dé­but du mois de fé­vrier.

Une jour­née de dé­mons­tra­tion de­vrait être or­ga­ni­sée dans la cour ar­rière chez Ga­gné. Ther­rien évoque aus­si la pos­si­bi­li­té de vi­si­ter le com­plexe d’en­traî­ne­ment de dif­fé­rentes for­ma­tions.

« À 100 % de ma forme, je sais que je n’ai au­cun pro­blème pour si­gner avec une équipe et je suis convain­cu qu’il y a dif­fé­rents clubs qui se­raient heu­reux de m’avoir, a in­di­qué Ther­rien, avec op­ti­misme. En ce mo­ment, je suis vrai­ment confiant. Tout va bien : mon corps, ma tête. Pour moi, la ques­tion pré­sen­te­ment, ce n’est pas "est-ce que je vais si­gner”, mais plu­tôt “avec qui je vais si­gner”. »

MEILLEUR QUE JA­MAIS ?

D’après Ther­rien, il est peut-être en­core meilleur au­jourd’hui qu’il ne l’était avant sa fa­meuse opé­ra­tion su­bie en sep­tembre 2017. Le Qué­bé­cois sem­blait pour­tant au som­met de son art à sa der­nière an­née dans l’or­ga­ni­sa­tion des Phil­lies, ayant af­fi­ché une ex­tra­or­di­naire moyenne de points mé­ri­tés de 1,41 en 57 manches et un tiers dans les ligues mi­neures. Ses per­for­mances lui avaient ain­si va­lu un rap­pel par le club de Phi­la­del­phie.

« Ça fait deux ans que je n’ai pas lan­cé dans un match, mais pen­dant ces deux an­nées-là, je n’ai ja­mais au­tant re­gar­dé de ba­se­ball de toute ma vie, a-t-il ex­pli­qué. J’ai re­gar­dé des vi­déos pour voir ce que je pou­vais amé­lio­rer. Dans ce sens-là, je me sens en­core meilleur qu’avant mon opé­ra­tion. Je ne me suis ja­mais sen­ti aus­si bon, aus­si confiant. »

DIF­FI­CILE À AC­CEP­TER

Ther­rien avoue avoir vé­cu cer­tains mo­ments dif­fi­ciles dans les der­nières an­nées, sur­tout quand il a su­bi un re­cul au der­nier camp d’en­traî­ne­ment des Dod­gers.

« L’ob­jec­tif de re­ve­nir dans le ba­se­ball ma­jeur était re­pous­sé d’une autre an­née et ça, pour moi, c’était dur à ac­cep­ter parce que je suis quel­qu’un qui aime pous­ser et qui aime tra­vailler fort. Ç’a été beau­coup plus dif­fi­cile pour moi men­ta­le­ment que phy­si­que­ment, mais au fi­nal, c’est ça qui m’a ai­dé à être plus fort et aus­si confiant qu’en ce mo­ment. »

Le lan­ceur qué­bé­cois n’ex­clut pas com­plè­te­ment un pos­sible re­tour chez les Dod­gers, qui l’ont bien trai­té pen­dant ses deux an­nées avec l’équipe. Il ne ferme au­cune porte.

« Les Dod­gers de­meurent une or­ga­ni­sa­tion de grande classe, ils ont été là et ils m’ont ai­dé », a-t-il re­con­nu.

QMI, DOMINICK GRAVEL PHO­TO AGENCE

Le re­le­veur qué­bé­cois Je­sen Ther­rien es­père se dé­ni­cher un contrat au cours des pro­chaines se­maines.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.