Amé­ri­cains et igno­rants

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - LOÏC TASSÉ Po­li­to­logue, spé­cia­liste de la Chine et de l’Asie [email protected]­be­cor­me­dia.com

Les Amé­ri­cains ont de moins en moins confiance en leurs mé­dias. Sur­tout les ré­pu­bli­cains. À un tel point que cer­tains Amé­ri­cains ont un ni­veau d’in­for­ma­tion sur leur propre pays qui est com­pa­rable à ce­lui des ci­toyens des dic­ta­tures.

Une ré­cente étude du Pew Re­search Ins­ti­tute ré­vèle des signes in­quié­tants sur la confiance des Amé­ri­cains en leurs mé­dias.

Les ré­pu­bli­cains ne font confiance en moyenne qu’à 7 grands mé­dias, par­mi les­quelles la chaîne Fox News ar­rive en pre­mière place. Les dé­mo­crates ac­cordent leur confiance à 22 sources d’in­for­ma­tion, avec aux pre­miers rangs la chaîne d’in­for­ma­tion conti­nue CNN, le New York Times et la chaîne d’in­for­ma­tion PBS.

De ma­nière gé­né­rale, les ré­pu­bli­cains s’ali­mentent à bien moins de sources d’in­for­ma­tion que les dé­mo­crates.

LES RA­CINES DU PRO­BLÈME

Pour­quoi en est-il ain­si ?

Il est cer­tain que les at­taques ré­pé­tées de Do­nald Trump contre les mé­dias comme CNN ou le New York Times ont éloi­gné un cer­tain nombre de ré­pu­bli­cains de ces mé­dias. Trump n’at­taque ja­mais les mé­dias qui sont com­plai­sants à son en­droit.

Mais le phé­no­mène dé­passe un simple ef­fet Trump. Les ré­seaux so­ciaux di­visent de plus en plus la po­pu­la­tion.

Il est na­tu­rel que les ré­seaux so­ciaux fré­quen­tés par les ré­pu­bli­cains tendent à ex­clure cer­tains mé­dias. De même, les ré­seaux so­ciaux fré­quen­tés par des dé­mo­crates re­lancent des ar­ticles, des chro­niques ou des re­por­tages qui flattent les idées po­li­tiques dé­mo­crates.

Ce­la étant dit, tous les mé­dias ne se valent pas. L’exemple des chan­ge­ments cli­ma­tiques l’illustre bien.

L’écra­sante ma­jo­ri­té des cher­cheurs es­time que les chan­ge­ments cli­ma­tiques ont été pro­vo­qués par les hu­mains. Ajou­ter quelques bé­mols et dire que quelques in­cer­ti­tudes de­meurent quant à l’im­pact exact des hu­mains, c’est faire de la bonne in­for­ma­tion.

Mais avan­cer que les chan­ge­ments cli­ma­tiques ne sont pas pro­vo­qués par les hu­mains et ajou­ter quelques bé­mols en di­sant que les ac­ti­vi­tés hu­maines pour­raient avoir un im­pact mar­gi­nal sur ces chan­ge­ments, c’est faire de la dés­in­for­ma­tion.

Or, les ré­seaux de nou­velles aux­quels les ré­pu­bli­cains font confiance col­portent sou­vent ce genre de dés­in­for­ma­tion.

L’UNI­VERS RÉ­PU­BLI­CAIN

Pour­quoi les ré­pu­bli­cains sont-ils da­van­tage at­ti­rés par des mé­dias qui dés­in­forment que les dé­mo­crates ?

Mon hy­po­thèse est que les ré­pu­bli­cains sont des conser­va­teurs dans l’âme. Ils veulent croire que le monde reste le même, que les États-Unis sont aus­si puis­sants qu’au­pa­ra­vant, que la so­cié­té amé­ri­caine évo­lue dans la bonne di­rec­tion, que les chan­ge­ments des an­nées Oba­ma ont nui aux ÉtatsU­nis.

Bref, ils aiment se faire ra­con­ter des his­toires. C’est ce que cer­tains mé­dias

leur pro­curent.

PA­RA­DOXE

Ain­si, par un cu­rieux pa­ra­doxe, une par­tie de la po­pu­la­tion amé­ri­caine, qui ha­bite pour­tant un des pays les plus libres au monde en ma­tière d’in­for­ma­tion, se re­trouve dans une po­si­tion si­mi­laire à celle des ci­toyens des dic­ta­tures, c’est-à-dire pri­vée d’in­for­ma­tions réelles.

Or cha­cun sait que des ci­toyens mal in­for­més prennent de mau­vaises dé­ci­sions po­li­tiques.

À qui la faute ?

Peut-être en par­tie à un sys­tème d’édu­ca­tion si mé­diocre que la plu­part des Amé­ri­cains sont in­ca­pables de pla­cer sur une map­pe­monde les grandes puis­sances. Peut-être aus­si en par­tie en rai­son d’un sys­tème mé­dia­tique qui trop sou­vent place le pro­fit de­vant l’in­for­ma­tion.

Des ré­pu­bli­cains as­sistent à un ral­lye de cam­pagne de Do­nald Trump à Mil­wau­kee, le 14 jan­vier der­nier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.