« C’EST COM­PLÈ­TE­MENT FOU»

Laurent Du­ver­nay-Tar­dif vit le rêve du Su­per Bowl en res­tant concen­tré sur la tâche

Le Journal de Montreal - - SPORTS - Sté­phane Ca­do­rette SCa­do­ret­teJDQ

MIA­MI | Lorsque les Chiefs de Kan­sas Ci­ty ont pris d’as­saut le plan­cher du Mar­lins Park, où se dé­rou­lait le tra­di­tion­nel cirque de la soi­rée des mé­dias pour lan­cer la se­maine du Su­per Bowl, plu­sieurs joueurs ont pa­va­né, cel­lu­laire à la main, pour im­mor­ta­li­ser le mo­ment. Laurent Du­ver­nay-Tar­dif, lui, est ap­pa­ru fi­dèle à ses ha­bi­tudes, sans la moindre exu­bé­rance, qua­li­fiant quand même ce mo­ment de « com­plè­te­ment fou ».

Du­ver­nay-Tar­dif a d’abord ré­pon­du à des ques­tions des mé­dias anglophone­s qui vou­laient re­vivre son par­cours de l’Uni­ver­si­té McGill à la NFL.

Même Coo­per Man­ning, frère moins cé­lèbre de Pey­ton et Eli, est ve­nu l’in­ter­ro­ger briè­ve­ment pour le ré­seau Fox.

Puis, le Qué­bé­cois a en­suite ex­po­sé ses états d’âme à ce qu’il a ap­pe­lé avec hu­mour sa « clique fran­co­phone ».

« Je pen­sais qu’on s’en ve­nait faire des en­tre­vues, bien re­laxe, puis j’ar­rive ici et il y a plus de 1000 re­por­ters. C’est là que tu te rends compte que c’est un évé­ne­ment qui trans­cende le sport et que le monde en­tier re­garde », s’est ex­cla­mé le garde à droite des Chiefs.

« Per­son­nel­le­ment, je suis dans un bon état d’es­prit. Je suis ici, j’en pro­fite, c’est le fun d’être avec mes co­équi­piers. Tu sais que c’est la der­nière se­maine de foot­ball, peu im­porte ce qui ar­rive, et tu veux tout don­ner ce que tu as pour t’as­su­rer de contri­buer po­si­ti­ve­ment.

« J’es­saie d’ab­sor­ber ce mo­ment-là le plus pos­sible parce que je sais que même si tu es le meilleur joueur de foot­ball qui existe, cette chance-là n’ar­rive pas à tout le monde. C’est un pri­vi­lège pour moi », a-t-il ajou­té.

EN MODE AF­FAIRES

Qui dit Su­per Bowl à Mia­mi dit aus­si les pal­miers, le so­leil, la plage et une vie noc­turne bien pi­men­tée.

l ne fau­drait sur­tout pas croire, ce­pen­dant, que ces al­lé­chantes dis­trac­tions risquent d’en­tra­ver la pré­pa­ra­tion du sym­pa­thique co­losse, à moins d’une se­maine de l’ul­time ren­dez-vous face aux 49ers de San Francisco, une re­dou­table ma­chine de foot­ball.

« On peut avoir de bons sou­ve­nirs même en res­tant à l’hô­tel. C’est ça aus­si être une équipe, de pas­ser du temps en­semble. Oui, on peut prendre le temps de s’of­frir une bonne bouffe, mais en ren­trant tôt après pour prendre soin de son corps comme on le fait à la mai­son.

« Je sais que je me couche à 22 h 30 à Kan­sas Ci­ty, donc je vais faire la même chose ici. La meilleure fa­çon de faire face à tout ce cirque mé­dia­tique, c’est de faire les choses qui ont fonc­tion­né dans les 20 der­nières se­maines », a-t-il sa­ge­ment ex­po­sé.

LA VIC­TOIRE À TOUT PRIX

Pour Du­ver­nay-Tar­dif, il y au­ra tout sim­ple­ment de meilleures oc­ca­sions de vi­si­ter des en­droits tro­pi­caux pour fes­toyer. Il se dit trop près du but pour ne pas in­ves­tir 100 % de son temps sur les ad­ver­saires bru­taux qui at­tendent son équipe.

« C’est le dé­but du rêve au­jourd’hui, mais les seuls mots qui me viennent en tête, c’est que je ne vais pas m’en sou­ve­nir po­si­ti­ve­ment si on ne gagne pas. Il faut al­ler cher­cher ce match-là, c’est tel­le­ment im­por­tant pour nous comme joueurs, mais aus­si pour la ville de Kan­sas Ci­ty, pour les fans, pour l’his­toire des Chiefs. On est tous conscients de ça et on met les bou­chées doubles cette se­maine. »

Avec sur les épaules toute cette pres­sion de sa­tis­faire au­tant de monde, Du­ver­nay-Tar­dif as­sure tout de même qu’il ne res­sent pas plus de pa­pillons qu’à l’ha­bi­tude… pour l’ins­tant !

« Non, pas en­core… Mais c’est sûr qu’il n’y a que 5000 per­sonnes dans le stade ici ce soir. À Ar­row­head, il y en a 75 000, donc pour l’ins­tant, ça va », a-t-il sou­ri.

ET AFP PHO­TOS STÉ­PHANE CA­DO­RETTE

Laurent Du­ver­nay-Tar­dif a pris plai­sir à ré­pondre aux ques­tions des jour­na­listes lors de la soi­rée des mé­dias, se pré­sen­tant avec sé­rieux à quelques jours du Su­per Bowl. À droite la pré­sen­ta­tion des joueurs des Chiefs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.