Fe­de­rer in ex­tre­mis

Le Suisse sauve sept balles de match et se qua­li­fie pour les de­mi-fi­nales

Le Journal de Montreal - - SPORTS -

MEL­BOURNE | (AFP) Sept balles de match... contre lui et fi­na­le­ment une vic­toire ar­ra­chée mal­gré un phy­sique chan­ce­lant. Roger Fe­de­rer s’en est vrai­ment sor­ti de jus­tesse face au 100e mon­dial Ten­nys Sand­gren, mais il af­fron­te­ra bien No­vak Djo­ko­vic en de­mi-fi­nales des In­ter­na­tio­naux d’Aus­tra­lie.

Le Serbe de 32 ans et le Suisse de 38 ans s’af­fron­te­ront pour la 50e fois. Djo­ko­vic mène 26 vic­toires à 23, mais le der­nier match a été rem­por­té par Fe­de­rer au Mas­ters de Londres, en no­vembre der­nier. Dans les tour­nois du Grand Che­lem tou­te­fois, c’est Djo­ko­vic qui s’est im­po­sé le der­nier en fi­nale de Wim­ble­don 2019, après avoir sau­vé deux balles de match.

« Il fau­dra que je joue mieux en de­mie, parce que si­non, c’est sûr que je vais pou­voir al­ler skier ! » a plai­san­té Fe­de­rer.

Le troi­sième joueur mon­dial s’est en­core fait très très peur avant de s’im­po­ser 6-3, 2-6, 2-6, 7-6 (8) et 6-3 en 3 h 31 min d’un drôle de com­bat, lui qui avait dé­jà ba­taillé du­rant cinq manches et quatre de jeu au troi­sième tour face à l’Aus­tra­lien John Mill­man.

« J’ai été in­croya­ble­ment chan­ceux au­jourd’hui, j’ai joué de mieux en mieux au fur et à me­sure que le match avan­çait et que la pres­sion bais­sait », a re­con­nu le Bâ­lois, qui a sau­vé trois balles de match à 4-5 dans la qua­trième manche, puis en­core quatre, dont trois consé­cu­tives dans le jeu dé­ci­sif de cette qua­trième manche.

À ce mo­ment, « je me suis dit ‘‘je crois aux mi­racles”, a-t-il ra­con­té, avant d’ad­mettre : cette vic­toire-là, je ne la mé­ri­tais pas, mais je suis là... et évi­dem­ment, je suis très content ».

L’homme aux 20 titres du Grand Che­lem avait dé­jà sau­vé sept balles de match avant de s’im­po­ser lors d’un match contre Scott Dra­per à Cin­cin­na­ti, en 2003.

LE RAMBO DES COURTS

Cette fois, il avait face à lui un Ten­nys Sand­gren en mode Rambo des courts. Short ca­mou­flage blanc et vert, tee-shirt sans manches d’où dé­passent des épaules et des bras de chas­seur d’ours à mains nues, ban­deau vert noué au­tour du front... l’Amé­ri­cain était là pour se battre. Il ne man­quait que les ba­lafres, mais de longues bandes adhé­sives noires lui des­cen­daient le long de la cuisse gauche jus­qu’au-des­sous du ge­nou.

Et le com­bat a bien failli bas­cu­ler en sa fa­veur, sur­tout que Fe­de­rer n’était pas au mieux phy­si­que­ment.

« Par­fois, on se sent un peu bi­zarre. Je res­sen­tais une gêne à l’aine, ma jambe se rai­dis­sait un peu... je n’aime pas faire ap­pel au mé­de­cin, je n’aime pas mon­trer mes fai­blesses », a-t-il com­men­té.

Son pro­chain ad­ver­saire connaît ses

points forts et ses fai­blesses à force d’écrire avec lui la lé­gende du ten­nis.

« Roger est un de mes deux prin­ci­paux ri­vaux. C’est grâce à Ra­fa [Na­dal] et lui que je suis le joueur que je suis. J’es­père avoir au moins une balle de match (rires)... mais que le meilleur gagne ! » a lan­cé Djo­ko­vic.

LA RE­VANCHE DE BAR­TY

La de­mi-fi­nale du haut du ta­bleau fé­mi­nin op­po­se­ra la joueuse no 1 mon­diale Ash­leigh Bar­ty à So­fia Ke­nin (15e).

Bar­ty, 23 ans et lau­réate de son pre­mier tour­noi du Grand Che­lem l’an der­nier à Ro­land-Gar­ros, a pris sa re­vanche sur la Tchèque Pe­tra Kvi­to­va (7e) qui l’avait bat­tue au même stade des quarts l’an der­nier à Mel­bourne avant d’at­teindre la fi­nale.

Et quelle re­vanche : 1 h 44 min de bras de fer, dont 69 mi­nutes pour la seule pre­mière manche.

« Ç’a été vrai­ment in­croyable. Je sa­vais qu’il fal­lait que je sois à mon meilleur ni­veau contre Pe­tra et le pre­mier set a été cru­cial », a dé­cla­ré l’Aus­tra­lienne.

Ke­nin a, elle, écar­té la Tu­ni­sienne Ons Ja­beur (78e) 6-4, 6-4 et joue­ra pour la pre­mière fois à 21 ans une de­mi-fi­nale de Grand Che­lem.

« Ça va être un su­per match, j’ai hâte d’y être », a lan­cé l’Amé­ri­caine née à Mos­cou, mais qui a re­joint New York en­fant avant de s’éta­blir avec sa fa­mille en Flo­ride. AD{JDM2274475}

PHO­TO AFP

Roger Fe­de­rer a eu be­soin de cinq manches pour at­teindre le car­ré d’as des In­ter­na­tio­naux d’Aus­tra­lie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.