Ces Qué­bé­cois qui « brillent » à l’étran­ger

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS -

Ceci n’est pas une chro­nique pour sou­li­gner les Qué­bé­cois qui nous font vrai­ment hon­neur sur la scène in­ter­na­tio­nale. Des gens comme Laurent Du­ver­nay-Tar­dif, qui s’ap­prête à dis­pu­ter le Su­per Bowl, ou le chef d’orchestre Yan­nick Né­zet-Sé­guin, ou en­core Joanne Liu, qui était jus­qu’à ré­cem­ment pré­si­dente de Mé­de­cins sans fron­tières.

Non, il s’agit plu­tôt d’une chro­nique qui met en ve­dette des Qué­bé­cois qui se sont dis­tin­gués à l’étran­ger pour leur uti­li­sa­tion dis­cu­table de l’ar­gent des contri­buables.

Pre­nez l’ex-dé­lé­guée du Qué­bec à Los An­geles, Eli­za­beth Ma­cKay. Cette an­cienne em­ployée dans des ca­bi­nets mi­nis­té­riels li­bé­raux a été en­voyée sous le chaud so­leil de la Ca­li­for­nie en 2015 par le gou­ver­ne­ment de Phi­lippe Couillard.

Un bou­lot pour le­quel elle était gras­se­ment payée (170 000 $ par an­née). Même lors­qu’elle a per­du son poste de dé­lé­guée, l’été der­nier, elle a conser­vé ce sa­laire et ob­te­nu un autre poste gou­ver­ne­men­tal sur la côte ca­li­for­nienne.

DÉ­MIS­SION APRÈS NOS AP­PELS

Sauf que notre jour­na­liste Ni­co­las La­chance a dé­cou­vert que Mme Ma­cKay a réus­si à fon­der et à di­ri­ger, en pa­ral­lèle, une en­tre­prise de tra­duc­tion qui offre aus­si des ser­vices de conseils aux firmes amé­ri­caines qui sou­haitent étendre leurs ac­ti­vi­tés au Qué­bec.

Com­ment a-t-elle pu conci­lier des fonc­tions de di­rec­trice fi­nan­cière d’une en­tre­prise pri­vée avec un em­ploi de haut fonc­tion­naire à temps plein ? Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec n’en a au­cune idée, parce qu’il a ap­pris le double em­ploi de Mme Ma­cKay… lors­qu’il a été ques­tion­né par notre jour­na­liste !

Eli­za­beth Ma­cKay a ra­pi­de­ment dé­mis­sion­né de son poste dans l’en­tre­prise pri­vée après les ap­pels de notre Bu­reau d’en­quête. Elle ne tra­vaille éga­le­ment plus pour l’État qué­bé­cois. Mais ne vous in­quié­tez pas pour elle. Qué­bec conti­nue­ra de la payer jus­qu’au 11 juin 2020. Elle avait sept mois de va­cances ac­cu­mu­lées, voyez-vous…

LOIN DES RE­GARDS

Au cours des der­nières an­nées, notre Bu­reau d’en­quête a ré­per­to­rié plu­sieurs cas où votre ar­gent a été dé­pen­sé de fa­çon dou­teuse à l’étran­ger, bien loin des bancs de neige gris de Lon­gueuil et des vents froids du bou­le­vard Re­né-Lé­vesque dans la Vieille Ca­pi­tale.

√ Les 11 mys­té­rieux voyages au Bé­nin de Phi­lippe Sau­va­geau, l’ex-pa­tron du Sa­lon du livre de Qué­bec. M. Sau­va­geau a af­fir­mé à Ra­dio-Ca­na­da, la se­maine der­nière, qu’il avait payé ces voyages de sa poche, mais le nou­veau pré­sident du CA du Sa­lon, John R. Por­ter, a as­su­ré cette se­maine que c’est bien l’or­ga­ni­sa­tion, lar­ge­ment fi­nan­cée par les contri­buables, qui payait.

√ Les ré­no­va­tions de l’ex-se­cré­taire gé­né­rale de la Fran­co­pho­nie, Mi­chaëlle Jean, dans son ap­par­te­ment pa­ri­sien, qui ont coû­té un de­mi-mil­lion $. Pia­no à queue de 20 000 $ in­clus.

√ Même Jacques Chagnon, l’ex-pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale, a re­con­nu qu’il « payait la traite » aux élus qu’il ame­nait en mis­sion à l’étran­ger. Plus on est de fous, plus on rit.

Qu’il soit dé­pen­sé à proxi­mi­té de l’Arc de Triomphe, sous le so­leil de la Ca­li­for­nie ou à Drum­mond­ville, l’ar­gent des Qué­bé­cois mé­rite tou­jours d’être gé­ré avec soin. Si vous êtes té­moins de cas d’uti­li­sa­tion in­ap­pro­priée de fonds pu­blics, écri­vez-nous au [email protected] que­be­cor­me­dia.com.

Nous en­quê­te­rons.

PHO­TO TI­RÉE DE FA­CE­BOOK

Le mi­nis­tère a ap­pris le double em­ploi de l’ex-dé­lé­guée du Qué­bec à Los An­geles, Eli­za­beth Ma­cKay, lorsque notre Bu­reau d’en­quête l’a contac­té.

Jean-Louis For­tin Di­rec­teur du Bu­reau d’en­quête

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.