La re­cette Le­gault Sa lune de miel confond ses ad­ver­saires. Ca­fouillage en im­mi­gra­tion, re­cul sur l’aide mé­di­cale à mou­rir, ur­gences bon­dées, rien ne semble ébran­ler la confiance des Qué­bé­cois en­vers le gou­ver­ne­ment Le­gault. Au contraire, les ap­puis de la

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - EM­MA­NUELLE LATRAVERSE Ana­lyste po­li­tique em­ma­[email protected]

Bien sûr, le son­dage Lé­ger com­man­dé par la CAQ à la veille de la ren­trée par­le­men­taire sert de mise en garde à l’op­po­si­tion et aux syn­di­cats : avant de vous mettre en tra­vers de nos ré­formes, n’ou­bliez pas que le Qué­bec est der­rière nous. C’est la clé de la re­cette Le­gault : re­ven­di­quer sans com­plexe l’ap­pui de la ma­jo­ri­té.

Le fait que, mal­gré ses 76 dé­pu­tés, seuls 37,42 % des Qué­bé­cois aient vo­té pour sa ver­sion du chan­ge­ment semble se­con­daire. Notre pre­mier mi­nistre « com­prend » l’hu­meur des Qué­bé­cois.

UN NOU­VEAU PO­PU­LISME…

Fran­çois Le­gault car­bure au « gros bon sens ». Pro­pos hai­neux sur sa page Fa­ce­book, dé­ra­page de la pré­si­dente de la Fé­dé­ra­tion des femmes du Qué­bec, af­fron­te­ment en vue avec les syn­di­cats, dé­fis im­menses pour la consigne du verre et du plas­tique, équi­libre en­vi­ron­ne­ment-éco­no­mie, le pre­mier mi­nistre as­sume ses choix et ses contra­dic­tions.

Face à un élec­to­rat cy­nique, ha­bi­tué aux phrases ré­ci­tées et pré­mâ­chées de Jus­tin Tru­deau et ses mi­nistres, Fran­çois Le­gault ap­pa­raît comme un havre d’au­then­ti­ci­té. Et en plus, il fi­nit par re­con­naître les er­reurs de ses mi­nistres, les dé­fend, les cri­tique un peu, re­cule quand il le faut. On ne peut pas re­pro­cher aux élec­teurs de trou­ver ça ra­fraî­chis­sant.

LE BULL­DO­ZER…

La nuance des dos­siers, les in­co­hé­rences aux consé­quences in­quié­tantes sur ses ré­formes ? Ce sont des dé­tails ! Lui, il avance !

Le prix des ma­ter­nelles 4 ans est pas­sé de 120 000 $ par classe à 800 000 $ ? Le pro­jet de loi sur l’abo­li­tion des élec­tions pour les Com­mis­sions sco­laires est tel­le­ment alam­bi­qué que le mi­nistre a dé­jà dé­po­sé 17 amen­de­ments, seule­ment pour les 8 pre­miers ar­ticles ? Se­con­daire…

Fran­çois Le­gault veille au grain.

D’ailleurs, il n’est pas ano­din que le chef de la CAQ ait d’em­blée an­non­cé qu’il compte ti­rer sa ré­vé­rence avant la fin d’un deuxième man­dat. Il s’agit d’une ha­bile ma­nière de rap­pe­ler qu’il gou­verne pour agir, af­fronte l’im­mo­bi­lisme des pou­voirs et ins­ti­tu­tions.

En­core là dif­fi­cile de re­pro­cher aux élec­teurs d’y voir une pro­po­si­tion sé­dui­sante. Or, comme en amour, le charme des dé­buts n’est pas éter­nel, le vé­ri­table test vien­dra quand le « gros bon sens » ne suf­fi­ra plus à as­su­rer la co­hé­rence de son gou­ver­ne­ment.

Face à un élec­to­rat cy­nique, ha­bi­tué aux phrases ré­ci­tées et pré­mâ­chées de Jus­tin Tru­deau et ses mi­nistres, Fran­çois Le­gault ap­pa­raît comme un havre d’au­then­ti­ci­té

Fran­çois Le­gault, jeu­di, lors du Cau­cus pré­ses­sion­nel de l’aile par­le­men­taire ca­quiste, au Ma­noir Saint-Sau­veur, à Saint-Sau­veur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.