UN IN­CEN­DIE, DEUX CAUSES POS­SIBLES

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS -

Le soir du 30 juillet 1976, la cou­pole du mar­ché Bon­se­cours est ré­duite à un sque­lette de fer­raille noir­cie. Les pom­piers de ser­vice mettent tout en oeuvre pour évi­ter que les flammes s’étendent au reste de l’édi­fice. Lors de la re­cherche des causes du bra­sier, un court-cir­cuit dans le sys­tème de cli­ma­ti­sa­tion est d’abord consi­dé­ré par le ser­vice des in­cen­dies de la mé­tro­pole. Puis, une deuxième hy­po­thèse sur­pre­nante s’im­pose. Ce soir-là, un na­vire en dif­fi­cul­té dans le port était sur le point d’en­trer en col­li­sion avec des ba­teaux de l’ar­mée ca­na­dienne char­gés de mu­ni­tions. En lan­çant des fu­sées de dé­tresse, l’équi­page au­rait peut-être pro­vo­qué le bra­sier du cô­té du mar­ché Bon­se­cours. Sur­ve­nant 48 heures avant la cé­ré­mo­nie de clô­ture des Jeux olym­piques de Mon­tréal, l’in­cen­die n’at­tire l’at­ten­tion de Jean Dra­peau que quelques jours plus tard. La res­tau­ra­tion de la cou­pole du mar­ché Bon­se­cours de­vient la prio­ri­té du maire après les Olym­piques. Es­ti­més à 840 000 $, les tra­vaux sont fi­na­li­sés en 1978.

RECONSTRUC­TIONDUDÔME­DUMARCHÉBO­NSECOURS[SURLETOITD­EL’ÉDI­FICE]. LEDEMONTRÉ­AL1)RECONSTRUC­TIONDUDÔME­DUMARCHÉBO­NSECOURS[SUR BRE1977.VM94-RP248-023;2)INCENDIEDU­DÔMEDUMARC­HÉBONSECOU­RS.30 VM94-RP249-039. 3) -2-3:ARCHIVESDE­LAVIL LARUEDELAC­OMMUNE].SEPTEM ; VM94-U

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.