Un aî­né qui a tué son ex sort de pri­son

Le frère de la vic­time est cho­qué de la dé­ci­sion des com­mis­saires de le sor­tir de taule après la moi­tié de sa peine

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - CLAU­DIA BERTHIAUME Le Jour­nal MU­RA­NO

Un homme dont la soeur a été tuée lorsque son ex-conjoint a vo­lon­tai­re­ment pro­vo­qué une col­li­sion avec un se­mi-re­morque, dans La­nau­dière en 2017, est fu­rieux que ce der­nier puisse dé­jà quit­ter le pé­ni­ten­cier.

« En tant que frère, je suis en cal­vaire contre la jus­tice au Qué­bec. Il n’au­ra qua­si­ment rien eu », a dé­plo­ré Yvon De­shaies, en par­lant de Pierre Cour­tois.

L’homme de 78 ans a été condam­né à six ans et neuf mois de dé­ten­tion en mai der­nier, au pa­lais de jus­tice de Jo­liette, pour l’ho­mi­cide in­vo­lon­taire de Syl­vie De­shaies.

Dé­te­nu de­puis son ar­res­ta­tion en 2017, l’aî­né, qui a dé­jà pur­gé l’équi­valent de la moi­tié de sa peine, a ob­te­nu jeu­di l’au­to­ri­sa­tion de la Com­mis­sion des li­bé­ra­tions condi­tion­nelles du Ca­na­da (CLCC) d’al­ler vivre en mai­son de tran­si­tion en mars.

Cour­tois se­ra tou­te­fois sui­vi par un psy­cho­logue. Il de­vra aus­si di­vul­guer à son agent de li­bé­ra­tion condi­tion­nelle toute re­la­tion, in­time ou non, avec une femme.

Le sep­tua­gé­naire a cau­sé la mort de Mme De­shaies le 5 juillet 2017 en per­cu­tant dé­li­bé­ré­ment un poids lourd qui cir­cu­lait sur la route 158, à Saint-Jacques.

MORTE ASPHYXIÉE

La dame de 50 ans est dé­cé­dée asphyxiée lorsque la voi­ture dans la­quelle elle était pri­son­nière s’est en­flam­mée.

Dans les heures pré­cé­dant l’im­pact fa­tal, Cour­tois s’était ren­du chez la vic­time pour ten­ter de dis­cu­ter, car il n’ac­cep­tait pas leur ré­cente rup­ture. Mme De­shaies était en état d’ébrié­té et une chi­cane a écla­té.

« Elle s’est mise à fes­ser sur moi. Je ne com­pre­nais pas pour­quoi. J’étais tan­né, je l’ai tas­sée. Elle est tom­bée comme quel­qu’un qui perd pied », a dé­crit le dé­te­nu aux com­mis­saires Jo­seph Lai­né et Luc Cham­ber­lain jeu­di.

Bles­sée, la mère de fa­mille a per­du conscience et Pierre Cour­tois a mis son corps dans le coffre de sa Hon­da Ci­vic.

Se­lon ce qui a été dit à la cour, l’aî­né au­rait pris la route, et ap­pe­lé sa fille pour lui dire qu’il vou­lait mettre fin à ses jours. Lors de l’au­dience de la CLCC, à la­quelle

a as­sis­té au pé­ni­ten­cier à sé­cu­ri­té mi­ni­male de La­val, il a ju­ré n’avoir jamais vou­lu tuer son ex ni se sui­ci­der.

Le pompier re­trai­té a af­fir­mé qu’il sou­hai­tait ame­ner la vic­time à l’hô­pi­tal et que la si­tua­tion n’au­rait pas été la même si celle-ci n’avait pas bu.

Des pro­pos qui ont fait sur­sau­ter la CLCC.

« Votre ca­pa­ci­té à re­con­naître votre en­tière res­pon­sa­bi­li­té est dé­fi­ciente. Vous avez mis beau­coup l’em­phase sur la consom­ma­tion d’al­cool de la vic­time, et c’est in­ap­pro­prié. »

La CLCC a tout de même ac­cor­dé la se­mi-li­ber­té, no­tam­ment en rai­son du

Syl­vie De­shaies (en mor­taise) est dé­cé­dée par as­phyxie lorsque la voi­ture dans la­quelle elle était pri­son­nière (à droite) s’est en­flam­mée, après une col­li­sion vo­lon­tai­re­ment cau­sée par son ex-conjoint Pierre Cour­tois avec un se­mi-re­morque le 5 juillet 2017 à Saint-Jacques, dans La­nau­dière. faible risque de ré­ci­dive du dé­te­nu et de son mode de vie pro­so­cial.

PEINE DE MORT

Pour Yvon De­shaies, la dé­ci­sion de la CLCC n’a « pas de bon sens » et il craint qu’une autre femme soit vic­time de Pierre Cour­tois, fai­sant écho au drame sur­ve­nu à Qué­bec la se­maine der­nière.

« Il fau­drait qu’une per­sonne se lève au Par­le­ment pour com­men­cer à par­ler de la peine ca­pi­tale. [...] Et les com­mis­saires, ce se­rait ma botte au cul, je les clea­re­rais im­mé­dia­te­ment », a-t-il illus­tré.

PHOTOS D’AR­CHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.