Ne pas se faire rou­ler

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - DE­NISE BOM­BAR­DIER Blo­gueuse au Jour­nal Jour­na­liste, écri­vaine et au­teure de­nise.bom­bar­dier @que­be­cor­me­dia.com

Nous re­ce­vons tous des cour­riels al­lé­chants. Cer­tains nous offrent des voyages gra­tuits ou des équi­pe­ments élec­tro­niques. D’autres sont en­voyés par des gens qui nous mettent en garde contre des fi­lous qui es­saie­raient de vo­ler notre iden­ti­té ou nos cartes de cré­dit et ils pro­posent de nous en pro­té­ger.

Or ces nom­breux cour­riels sont des leurres. Cer­tains frau­deurs ont du ta­lent puis­qu’il faut lire à plu­sieurs re­prises pour com­prendre que l’on nous veut du mal. En ef­fet, tous les au­teurs de ces textes exigent que l’on ins­crive un code ou que l’on clique sur un lien qui nous em­poi­son­ne­ra la vie. Car cli­quer im­pru­dem­ment peut nous faire bas­cu­ler dans des tra­cas in­ex­tri­cables.

L’ex­pé­rience de ces agres­sions par or­di­na­teur in­ter­po­sé m’a ap­pris une chose. Une bonne connais­sance de la langue écrite est un garde-fou contre ces ar­naques. Car il est rare que les cour­riels ne comptent pas de fautes d’or­tho­graphe aus­si stu­pides qu’évi­dentes.

RÉ­COM­PENSE

À moins d’avoir af­faire à des cy­ber­cri­mi­nels hau­te­ment ins­truits, ce qui ne semble pas vrai dans la qua­si-to­ta­li­té des cas, les in­ter­nautes qui savent ma­nier leur langue sont ré­com­pen­sés. Ils sont en fait ar­més pour com­battre cette nou­velle forme de cri­mi­na­li­té.

Ce­la prouve bien qu’il y a des avan­tages ma­ni­festes, même pé­cu­niaires, à connaître sa langue. À l’écrire en res­pec­tant la syn­taxe, mais aus­si à la par­ler avec un vo­ca­bu­laire dont la ri­chesse per­met de cer­ner au plus près les nuances de sa propre pen­sée.

Les beaux par­leurs sans mo­rale réus­sissent à rou­ler les gens dans la fa­rine. Leurs mots sont des armes que seuls ceux qui les pos­sèdent eux-mêmes peuvent contrer.

Sa­voir trou­ver les failles dans un texte mal écrit est une ma­nière d’évi­ter d’être une vic­time. L’on ou­blie trop sou­vent que sa­voir écrire peut aus­si nous pro­té­ger des mal­veillants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.