Le Sexy Bowl :«Ça fait par­tie du show »

Mal­gré les cri­tiques, les stars de la pop vont conti­nuer de chan­ter dé­nu­dées

Le Journal de Montreal - - JM MARDI - CÉ­DRIC BÉLANGER

Les chan­teuses pop ne sont pas sur le point de se cou­vrir de la tête au pied pour mon­ter sur scène, n’en dé­plaise à ceux qui ont été cho­qués par les te­nues sexy de Sha­ki­ra et Jen­ni­fer Lo­pez lors du spec­tacle de la mi-temps du Su­per Bowl.

« Comme ils disent en an­glais : sex sells », mar­tèle l’ani­ma­teur de ra­dio Mike Gau­thier, qui a vu les Pau­la Ab­dul, Ma­don­na et Brit­ney Spears mettre de l’avant une image plus sexua­li­sée des ve­dettes fé­mi­nines du temps où il était VJ à Mu­sique Plus.

C’est dans cet es­prit, en mi­sant sur des cos­tumes ré­vé­la­teurs, des dé­han­che­ments sug­ges­tifs et même la danse-po­teau pour J.Lo, que les deux stars la­tines ont pris d’as­saut la scène du Su­per Bowl pour of­frir un spec­tacle lar­ge­ment ac­cla­mé, mais que cer­tains ont trou­vé trop sexy.

« Ça fait par­tie du show, plaide Mike Gau­thier. Elles ont li­vré ce qu’on leur a de­man­dé. La NFL ne les a pas re­te­nues parce qu’elles se pro­mènent en col rou­lé pour se ca­cher. Ce n’était pas gra­tuit, ce sont des ha­bits de scène. Là où ça a peu­têtre dé­ran­gé, c’est qu’il y en avait beau­coup en même temps. »

Chro­ni­queur mode au Jour­nal, An­drew Mc­Nal­ly ne s’of­fusque pas non plus des choix ves­ti­men­taires des stars du Su­per Bowl.

« À 50 ans, Jen­ni­fer Lo­pez peut bien por­ter ce qu’elle veut.

CHOIX DIS­CU­TABLES

Mike Gau­thier re­con­naît néan­moins que cer­tains choix de mise en scène, di­manche soir, étaient dis­cu­tables. Mal­gré l’al­lu­sion à son film Ar­naque en ta­lons, la danse-po­teau de J.Lo était de trop, croit l’ani­ma­teur.

Idem quand un J. Bal­vin am­ple­ment vê­tu a col­lé las­ci­ve­ment son sexe aux fesses de Jen­ni­fer Lo­pez.

« Ce sont quelques pe­tites gouttes qui ont fait dé­bor­der le vase. »

D’ailleurs, si on peut dé­plo­rer que les rap­peurs soient tous bien re­cou­verts, l’hy­per­sexua­li­sa­tion n’est pas qu’une af­faire de femmes, fait re­mar­quer An­drew Mc­Nal­ly.

« Billy Idol est tou­jours torse nu, Ste­ven Ty­ler chante avec un pan­ta­lon mou­lant et la che­mise dé­bou­ton­née. »

NOU­VELLE GÉ­NÉ­RA­TION, NOU­VELLE ES­THÉ­TIQUE

M. Mc­Nal­ly es­time ce­pen­dant que la jeune gé­né­ra­tion, me­née par Billie Ei­lish et Liz­zo, ap­por­te­ra une plus grande di­ver­si­té, comme on a pu le consta­ter à la re­mise des prix Gram­my, il y a une se­maine.

« Liz­zo, avec sa sil­houette vo­lup­tueuse, est très dif­fé­rente des codes. Billie Ei­lish, ce sont des vê­te­ments XXL, elle est sou­vent en t-shirt avec un pan­ta­lon. Elles ont une es­thé­tique dif­fé­rente. C’est une nou­velle pro­po­si­tion pour les jeunes dont les idoles offrent une autre pos­si­bi­li­té pour les gens qui ne se re­con­naissent pas dans un look à la Jen­ni­fer Lo­pez ou à la Sha­ki­ra », dit-il.

PHO­TOS AFP

1. Nos ex­perts ne s’of­fusquent pas des te­nues por­tées par Sha­ki­ra et Jen­ni­fer Lo­pez. 2. Le nu­mé­ro de danse-po­teau était-il de trop ? 3. Un geste dé­pla­cé de la part de J. Bal­vin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.