L’Al­ber­ta ap­pelle les Qué­bé­cois en ren­fort

Son PM juge que le Qué­bec doit faire sa part pour ai­der l’éco­no­mie de sa pro­vince

Le Journal de Montreal - - ARGENT - PHI­LIPPE ORFALI

Face aux dif­fi­cul­tés éco­no­miques que tra­verse sa pro­vince de­puis près de cinq ans, le pre­mier mi­nistre de l’Al­ber­ta Ja­son Ken­ney se tourne vers un par­te­naire éco­no­mique in­at­ten­du : le Qué­bec.

Le chef con­ser­va­teur de l’Al­ber­ta a ef­fec­tué une vi­site éclair de la mé­tro­pole, hier. Of­fi­ciel­le­ment pour ren­con­trer des gens d’af­faires prêts à in­ves­tir dans la pro­vince pé­tro­lière. Dans les faits, une bonne par­tie de la jour­née a été consa­crée à un blitz d’en­tre­vues mé­dia­tiques.

Son mes­sage : tous les Ca­na­diens bé­né­fi­cient du sec­teur éner­gé­tique al­ber­tain. Et quand ce­lui-ci va mal, c'est donc tout le monde, même les Qué­bé­cois, qui de­vrait l'épau­ler.

« Le Qué­bec re­çoit 13 mil­liards $ en paie­ments de pé­réqua­tion, qui pro­vient lar­ge­ment de paie­ments de l’in­dus­trie éner­gé­tique en Al­ber­ta », plaide Ja­son Ken­ney, en en­tre­vue au Jour­nal.

« L’Al­ber­ta contri­bue à 20 mil­liards par an en contri­bu­tions nettes [...]. On est ici parce qu’on veut ex­pli­quer que le Qué­bec pro­fite de l’in­dus­trie éner­gé­tique en Al­ber­ta. On doit être par­te­naires et s’ap­puyer mu­tuel­le­ment quand les choses vont mal. »

PÉ­RIODE NOIRE POUR L’OR NOIR

Les der­nières an­nées ont été dif­fi­ciles pour l’Al­ber­ta, son por­te­feuille… et son ego, re­con­naît le pre­mier mi­nistre. Le pro­jet Éner­gie-Est a été mis sur la glace, la res­tric­tion de la pro­duc­tion al­ber­taine se pour­suit, tout comme la ré­ti­cence des in­ves­tis­seurs à fi­nan­cer de nou­veaux pro­jets d’ex­plo­ra­tion ou de pro­duc­tion. « Ça fait cinq ans qu’on est dans une si­tua­tion de stag­na­tion éco­no­mique et de dé­clin. Notre éco­no­mie n’a pas [ré­cu­pé­ré]. Notre PIB a di­mi­nué de­puis 2015 », dit-il.

Pen­dant ce temps, le Qué­bec est par­ve­nu à l’équi­libre bud­gé­taire et nage main­te­nant dans les sur­plus. L’iro­nie de la si­tua­tion n’échappe pas à M. Ken­ney. Ce­lui qui a été élu à la tête de l'Al­ber­ta en avril dit être « heu­reux » de la crois­sance éco­no­mique que connaît ac­tuel­le­ment le Qué­bec.

« Main­te­nant, tout ce qu’on de­mande, c’est que les autres pro­vinces, [comme] le Qué­bec qui a eu 13 mil­liards de pé­réqua­tion, nous aident à dé­ve­lop­per nos res­sources de fa­çon res­pon­sable. »

Il dit être plei­ne­ment conscient que dans la pro­vince la plus « verte » du pays, son mes­sage risque de mal pas­ser. Mais les Qué­bé­cois sont de grands uti­li­sa­teurs de pé­trole, rap­pelle-t-il. Pas moins de 78 % des tra­vailleurs uti­li­saient leur vé­hi­cule pour se rendre à leur lieu de tra­vail en 2016, se­lon l’Ins­ti­tut de la sta­tis­tique du Qué­bec. Du lot, seule­ment 10 % font du co­voi­tu­rage. À peine 21 % des Qué­bé­cois uti­lisent le trans­port en com­mun, la marche ou le vé­lo.

« C’est peut-être pas à la mode de le dire, mais les Qué­bé­cois consomment 50 000 ba­rils de pé­trole par jour. Qua­rante pour cent de ça vient de l’Al­ber­ta, 60 % de l’étran­ger. J’ai­me­rais rem­pla­cer ça par de l’éner­gie ca­na­dienne. »

« L’AL­BER­TA FOUR­NIT 20 MIL­LIARDS $ PAR AN EN CONTRI­BU­TIONS NETTES À LA FÉ­DÉ­RA­TION. LE QUÉ­BEC EST LE PLUS GRAND BÉ­NÉ­FI­CIAIRE DE CET AR­GENT-LÀ. » – Ja­son Ken­ney

PHO­TO BEN PELOSSE

Le pre­mier mi­nistre de l’Al­ber­ta Ja­son Ken­ney était de pas­sage dans les lo­caux du Jour­nal de Mont­réal, hier.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.