Soi­rée en mé­moire de Kate McGar­rigle

Sa fa­mille chan­te­ra ce soir pour sou­li­gner les 10 ans de son dé­cès

Le Journal de Montreal - - JM MERCREDI - Le spec­tacle Com­plainte pour Catherine se­ra pré­sen­té à la Place des Arts ce soir. BRU­NO LA­POINTE

Kate McGar­rigle a beau avoir été em­por­tée par le can­cer il y a 10 ans, son hé­ri­tage mu­si­cal est tou­jours bien vi­vant. Il se­ra à l’hon­neur, ce soir, alors que sa fa­mille se réuni­ra à la Place des Arts pour un con­cert en sa mé­moire. « Je la sens re­vivre à mes cô­tés quand je chante ses chan­sons », confie son fils Ru­fus Wain­wright.

« Je croyais que mon deuil était fait de­puis cinq ans. Mais j’ai ré­cem­ment réa­li­sé que le dixième anniversai­re de son dé­part m’at­tei­gnait de ma­nière en­core plus puis­sante », confie Ru­fus Wain­wright en en­tre­tien au Jour­nal.

Ce soir, donc, le chan­teur mon­te­ra sur la scène du Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts pour Com­plainte pour Catherine, con­cert cé­lé­brant Kate McGar­rigle et son oeuvre. Il y se­ra re­joint par sa soeur, Mar­tha Wain­wright, ses tantes An­na et Jane McGar­rigle, et quelques cou­sins et cou­sines.

FA­MILLE MU­SI­CALE

« J’ai la chance de faire par­tie d’une fa­mille mu­si­cale qui me per­met de conti­nuer à faire vivre ma mère grâce à son ré­per­toire.

J’ai tou­jours l’im­pres­sion qu’elle est là, à mes cô­tés, quand on re­vi­site ses cha­naus­si sons. Et j’ai la chance de sa­voir qu’elle est tou­jours pré­sente dans l’es­prit, et le coeur, des gens grâce à sa mu­sique », avance-t-il.

C’est d’ailleurs dans un ca­fé d’Ou­tre­mont, à un jet de pierre de la mai­son où Kate McGar­rigle a vé­cu ses der­nières an­nées, que Ru­fus Wain­wright don­nait rendez-vous aux mé­dias, hier, pro­fi­tant de son pas­sage pour pro­mou­voir son pro­chain al­bum, at­ten­du en avril. Le chan­teur n’ha­plus bite Mont­réal (il a po­sé ses pé­nates à Los An­geles il y a un bon mo­ment), mais le sec­teur lui rap­pelle tou­jours son en­fance pas­sée ici, au­près de sa mère. « Le quar­tier a beau­coup chan­gé, c’est cer­tain. Mais il me ra­mène tou­jours à mon pas­sé. Je me sou­viens com­bien ma mère était heu­reuse ici », se rap­pelle-t-il.

Ru­fus Wain­wright

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.