12 ans pour le di­ri­geant d’un « club so­cial » de pé­do­philes

L’homme don­nait no­tam­ment des conseils sur la ma­nière d’abu­ser des en­fants

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - MI­CHAËL NGUYEN

Un Mont­réa­lais qui di­ri­geait un vé­ri­table « club so­cial » de pé­do­philes, entre autres en conseillan­t sur la fa­çon d’abu­ser des en­fants, a éco­pé hier de 12 ans de pé­ni­ten­cier, en plus de re­ce­voir l’éti­quette peu en­viable de dé­lin­quant à contrô­ler.

« Pen­dant des dé­cen­nies, An­dré Faivre a clai­re­ment été un ac­teur de pre­mier plan dans l’ex­ploi­ta­tion sexuelle des en­fants et ado­les­cents », a dé­plo­ré le juge Yvan Pou­lin avant de le condam­ner, hier, au pa­lais de jus­tice de Mon­tréal.

L’homme de 71 ans est un pé­do­phile convain­cu qui a long­temps mi­li­té afin de faire re­con­naître la pé­do­phi­lie comme une orien­ta­tion sexuelle.

Il avait aus­si oc­cu­pé des em­plois le met­tant en con­tact avec des en­fants, chez les scouts ou comme édu­ca­teur dans un foyer d’ac­cueil, ce qui lui avait per­mis d’abu­ser de deux gar­çons.

Faivre ne se li­mi­tait tou­te­fois pas à pro­fi­ter d’en­fants. Sur in­ter­net, il avait créé une vé­ri­table com­mu­nau­té de pé­do­philes, qui échan­geaient sur des ser­veurs créés par le Mont­réa­lais. Une bou­tique en ligne ven­dant des ac­ces­soires pro­mou­vant la pé­do­phi­lie était aus­si ac­ces­sible.

IN­FIL­TRA­TION

Mais ce que le groupe ne sa­vait tou­te­fois pas, c’est qu’il avait été in­fil­tré par un agent double de la Sû­re­té du Qué­bec.

Il a dé­cou­vert que ces pé­do­philes se ren­con­traient en per­sonne, au­tour de Faivre, qui pro­di­guait des conseils pour ap­pâ­ter des en­fants. Un membre du groupe en­vi­sa­geait même d’es­sayer d’adop­ter un bam­bin afin de l’abu­ser en toute im­pu­ni­té.

« [Faivre] a agi comme men­tor au­près de cet agent, il l’a conseillé, l’a épau­lé sur di­verses ap­proches pour s’en­tou­rer d’en­fants, il l’a pré­sen­té à d’autres pé­do­philes », a no­tam­ment no­té le juge Pou­lin.

Grâce à cet agent, la po­lice a pu ar­rê­ter 18 hommes en jan­vier 2016, dont Faivre.

Cou­pable de 13 ac­cu­sa­tions en lien avec la pé­do­phi­lie, la tête di­ri­geante de ce « club so­cial » a ten­té sans suc­cès de faire croire qu’il re­gret­tait ses gestes.

« Les re­grets sont plus cen­trés sur lui que sur le vé­ri­table tort cau­sé sur les jeunes gar­çons », a no­té le ma­gis­trat en rap­pe­lant que, se­lon des ex­perts, Faivre conti­nuait de ba­na­li­ser sa pé­do­phi­lie et qu’il niait avoir un pro­blème.

ÉTROI­TE­MENT SUR­VEILLÉ

C’est entre autres pour cette rai­son qu’en plus de condam­ner Faivre, le juge l’a éti­que­té « dé­lin­quant à contrô­ler », tel que le de­man­daient les pro­cu­reures de la Cou­ronne Cyn­thia Gye­nizse et Syl­vie Lemieux.

Ce­la si­gni­fie que même après sa sor­tie de pri­son, dans quatre ans au plus en rai­son de la dé­ten­tion pré­ven­tive, il res­te­ra étroi­te­ment sur­veillé par les ser­vices cor­rec­tion­nels, et ce, pour 10 ans.

Jus­qu’à sa mort, ses contacts avec des en­fants se­ront res­treints et il se­ra cou­pé d’in­ter­net pour 15 ans, en plus d’être ins­crit à vie au re­gistre des dé­lin­quants sexuels.

Les avo­cats d’An­dré Faivre, An­drée-Anne Blais, Jean Du­ry et Ré­gi­nal Vic­to­rin, n’ont pas an­non­cé s’ils por­te­ront la sen­tence en ap­pel.

CAP­TURE D’ÉCRAN ET PHO­TOS D’AR­CHIVES

Lors de son in­ter­ro­ga­toire po­li­cier, le pé­do­phile mont­réa­lais An­dré Faivre (aus­si en mor­taise) n’avait pas ca­ché son at­ti­rance pour les jeunes gar­çons, ex­pli­quant qu’il vou­lait faire re­con­naître cette dé­viance comme une orien­ta­tion sexuelle lé­gi­time.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.