Air­bus en­vi­sage d’ac­croître sa pré­sence au Qué­bec

Elle pour­rait re­prendre des ac­ti­vi­tés de fa­bri­ca­tion de Bom­bar­dier

Le Journal de Montreal - - ARGENT - SYL­VAIN LA­ROCQUE

Pré­sent à Mi­ra­bel de­puis l’été 2018, Air­bus pour­rait prendre de l’ex­pan­sion au Qué­bec afin d’y fa­bri­quer des com­po­sants pour les gammes d’avions A220 (ex-C Se­ries) et A320.

Le chro­ni­queur et ani­ma­teur Ber­nard Drain­ville a fait état de cette ru­meur qui cir­cule dans l’in­dus­trie aé­ro­nau­tique à Mon­tréal, hier, sur les ondes du 98,5 FM.

En en­tre­vue à la même sta­tion, le mi­nistre de l’Éco­no­mie, Pierre Fitz­gib­bon, a re­con­nu que le scé­na­rio était à l’étude.

« Je veux qu’Air­bus soit heu­reux d’être ici, a-t-il dé­cla­ré. Je veux qu’Air­bus veuille se ser­vir de Mi­ra­bel, du Qué­bec, comme d’une pla­te­forme pour la crois­sance de l’A220 et peut-être d’autres pro­jets dont on parle. »

BER­CEAU DE CANADAIR

Une source bien in­for­mée a confié au blo­gueur Syl­vain Faust, du site spé­cia­li­sé Flie­ger­faust, qu’Air­bus pour­rait ré­cu­pé­rer de Bom­bar­dier les ac­ti­vi­tés de fa­bri­ca­tion du poste de pi­lo­tage, du fu­se­lage ar­rière et d’autres com­po­sants de l’A220, qui sont ef­fec­tuées à l’usine de l’ar­ron­dis­se­ment Saint-Laurent de la mul­ti­na­tio­nale qué­bé­coise.

La sym­bo­lique d’une telle tran­sac­tion se­rait forte puisque l’usine de SaintLaure­nt est le ber­ceau de Canadair, l’avion­neur que Bom­bar­dier a ac­quis en 1986 et qui lui a per­mis de faire son en­trée dans l’aé­ro­nau­tique. No­tons que pen­dant plu­sieurs an­nées, les ins­tal­la­tions de Saint-Laurent ont pro­duit des pièces pour l’A320.

Avec la pos­sible vente de sa di­vi­sion d’avions d’af­faires à l’amé­ri­caine Tex­tron, Bom­bar­dier se re­ti­re­rait com­plè­te­ment de l’aé­ro­nau­tique pour se concen­trer sur le rail, un sec­teur que le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault a ju­gé por­teur, hier.

Se­lon M. Faust, les ac­ti­vi­tés de fa­bri­ca­tion de com­po­sants de l’A220 pour­raient être in­té­grées à la so­cié­té en com­man­dite Air­bus Ca­na­da, ce qui ac­croî­trait la va­leur de cette der­nière.

Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec est ac­tion­naire à hau­teur de 16,4 % d’Air­bus Ca­na­da en ver­tu d’un in­ves­tis­se­ment de 1,3 mil­liard $ fait en 2016.

COM­BIEN VAUT L’A220 ?

Mais le mois der­nier, Bom­bar­dier a dit s’at­tendre à une forte di­mi­nu­tion de la va­leur de la so­cié­té en com­man­dite en rai­son d’un re­port de l’at­teinte de la ren­ta­bi­li­té et d’une baisse du ren­de­ment pré­vu sur la du­rée du pro­gramme.

M. Fitz­gib­bon a re­con­nu hier ne pas sa­voir com­bien valait ac­tuel­le­ment l’in­ves­tis­se­ment de 1,3 mil­liard $ (1 mil­liard $ US) de Qué­bec.

« Est-ce que ça vaut 1 mil­liard $ US, 600700 mil­lions $ US ou 1,8 mil­liard $ US ? Je n’ai pas la ré­ponse, mal­heu­reu­se­ment. »

S’il ex­clut de ré­in­ves­tir dans Air­bus Ca­na­da (A220), le gou­ver­ne­ment pour­rait ve­nir en aide à Bom­bar­dier. « Idéa­le­ment, nous n’in­ves­ti­rions pas, mais s’il faut le faire pour des rai­sons stra­té­giques, on va le re­gar­der », a dit le mi­nistre au 98,5 FM.

Joints hier par Le Jour­nal, les porte-pa­roles d’Air­bus Ca­na­da et de Bom­bar­dier n’ont pas sou­hai­té com­men­ter le dos­sier.

PHO­TO AFP

Air­bus songe entre autres à faire fa­bri­quer au Qué­bec des com­po­santes pour sa gamme d’avions A320, son pro­duit le plus po­pu­laire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.