Le­gault veut pé­na­li­ser les mé­de­cins ré­cal­ci­trants

Le gou­ver­ne­ment pro­met une meilleure prise en charge des pa­tients

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - PA­TRICK BELLEROSE

QUÉ­BEC | La ré­forme du mode de ré­mu­né­ra­tion des mé­de­cins de fa­mille in­clu­ra des pé­na­li­tés si les pa­tients ne sont pas pris en charge les soirs et les week-ends, as­sure le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault.

« Ce qu’on veut, c’est mo­di­fier le mode de ré­mu­né­ra­tion, mais [éga­le­ment] s’as­su­rer que les pa­tients se­ront pris en charge et qu’il y au­ra des pé­na­li­tés s’ils ne sont pas pris en charge sept jours sur sept », a dé­cla­ré M. Le­gault, hier, en ré­ac­tion à un re­por­tage de notre Bu­reau par­le­men­taire.

Le Jour­nal rap­por­tait que le nou­veau mo­dèle de paie­ment axé sur la prise en charge des pa­tients, pro­po­sé par le gou­ver­ne­ment Le­gault, a me­né à une hausse des coûts en On­ta­rio, sans amé­lio­rer l’ac­cès à la pre­mière ligne, se­lon un rap­port de la vé­ri­fi­ca­trice gé­né­rale de la pro­vince pa­ru en 2016.

IN­DI­CA­TEURS DE PER­FOR­MANCE

Tout en re­con­nais­sant que « ça a coû­té beau­coup plus cher en On­ta­rio », la mi­nistre de la San­té pro­met d’évi­ter de ré­pé­ter les er­reurs de la pro­vince voi­sine. « On a un mo­dèle qué­bé­cois qui ap­prend, évi­dem­ment, des écueils qu’il y a eu dans d’autres pro­vinces », as­sure Da­nielle McCann.

Le pre­mier mi­nistre Le­gault re­jette tou­te­fois les com­pa­rai­sons entre le plan de son gou­ver­ne­ment et l’ex­pé­rience on­ta­rienne.

« Ce que la vé­ri­fi­ca­trice gé­né­rale de l’On­ta­rio a dit, c’est qu’il n’y a pas eu de sui­vi en On­ta­rio et que beau­coup de mé­de­cins de fa­mille re­çoivent la “ca­pi­ta­tion”, mais ne prennent pas en charge [des pa­tients] le soir et la fin de se­maine, avec leurs col­lègues. Donc, ce n’est pas du tout ce qu’on pro­pose, nous autres, ici », pour­suit-il.

Une source gou­ver­ne­men­tale confirme que les né­go­cia­tions en cours avec la Fé­dé­ra­tion des mé­de­cins om­ni­pra­ti­ciens du Qué­bec in­clu­ront des sanc­tions si les cibles de sui­vi des pa­tients ne sont pas at­teintes.

« À par­tir du mo­ment où il y a des in­di­ca­teurs de per­for­mance, si tu ne les at­teins pas, l’ob­jec­tif, c’est qu’il y ait des pé­na­li­tés au bout », confie-t-on. Il semble tou­te­fois ex­clu que le gou­ver­ne­ment Le­gault uti­lise la loi 20 de l’ex-mi­nistre Gaé­tan Bar­rette, ja­mais ap­pli­quée.

PLUS CHER ?

Ce­lui-ci a d’ailleurs fait une pré­dic­tion à l’émis­sion Là-haut sur la col­line ,àQUB ra­dio, mer­cre­di. Les om­ni­pra­ti­ciens vont ac­cep­ter la ré­forme, mais « ils vont de­man­der de l’ar­gent en re­tour ».

Un flou per­siste éga­le­ment à sa­voir si le nou­veau mode de ré­mu­né­ra­tion coû­te­ra fi­na­le­ment plus cher que le paie­ment à l’acte, comme ce fut le cas en On­ta­rio. « Est-ce qu’il va fal­loir mettre un bud­get ad­di­tion­nel ? Je ne le sais pas. À ce mo­ment­ci, je ne peux pas vous le dire », a dé­cla­ré la mi­nistre McCann jeu­di ma­tin.

Quelques mi­nutes plus tard, le pre­mier mi­nistre te­nait pour­tant un dis­cours dif­fé­rent. « Ce qui est pré­vu, c’est que ça se fasse à coût nul », a-t-il as­su­ré.

Le lea­der ca­quiste a d’ailleurs lais­sé en­tendre que le dos­sier pour­rait être ré­glé avant le dé­pôt du pro­chain bud­get du Qué­bec, le 10 mars pro­chain. « Vous al­lez le voir dans le bud­get, il n’y a au­cune somme de pré­vue », dit-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.