Pour ai­der aus­si des ma­lades à tra­vailler

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - HU­GO DUCHAINE

Les ini­tia­tives de re­cy­clage du CISSS de la Mon­té­ré­gie-Est ont des ré­per­cus­sions au-de­là de l’en­vi­ron­ne­ment, puis­qu’elles per­mettent aus­si d’ai­der des schi­zo­phrènes à in­té­grer le mar­ché du tra­vail.

« C’est en­vi­ron­ne­men­tal, santé et so­cial », ré­sume Na­tha­lie Ro­bi­taille, de Sy­ner­gie Santé En­vi­ron­ne­ment.

Au rez-de-chaus­sée de l’Hô­pi­tal Pierre-Bou­cher à Lon­gueuil, une quin­zaine de per­sonnes souf­frant de schi­zo­phré­nie se re­layent à rai­son de quelques heures par se­maine pour trier les plas­tiques hos­pi­ta­liers à ré­cu­pé­rer.

Ils vé­ri­fient no­tam­ment que les conte­nants et em­bal­lages re­çus cor­res­pondent à ceux ac­cep­tés par le condi­tion­neur.

AVAN­TAGES

L’hô­pi­tal s’est aus­si do­té d’une dé­chi­que­teuse, pour tous ses pa­piers à je­ter, plu­tôt que de sous-trai­ter à une mul­ti­na­tio­nale à l’ex­terne. Les tra­vailleurs signent une en­tente de confi­den­tia­li­té.

« C’est de la ré­in­ser­tion à l’em­ploi [...] dans le but d’al­ler dans le mar­ché du tra­vail conven­tion­nel », ex­plique Maxine Da­vid, di­rec­trice de l’or­ga­nisme D’un Cou­vert à l’Autre, qui gère ce pro­gramme.

Cet em­ploi à l’hô­pi­tal est donc une pre­mière ex­pé­rience et les tra­vailleurs re­çoivent une bo­ni­fi­ca­tion de 130 $ par mois de l’aide so­ciale et le rem­bour­se­ment du trans­port en com­mun, grâce à un pro­gramme gou­ver­ne­men­tal. Le coût pour Pierre-Bou­cher est nul ou presque.

« VOIR DU MONDE »

Âgé de 43 ans, Sé­bas­tien Gre­non y tra­vaille de­puis juillet deux soirs et deux jours par se­maine.

« On est une bonne gang. J’aime ça, car ça me per­met de voir du monde », dit-il.

Cette oc­ca­sion de bri­ser l’iso­le­ment et de se sen­tir utile amé­liore du même coup la santé des tra­vailleurs schi­zo­phrènes.

« Et ils sont moins hos­pi­ta­li­sés », re­marque France Le Bond, du CISSS de la Mon­té­ré­gie-Est.

L’hô­pi­tal leur sert aus­si un re­pas gra­tuit. Ce­la fait aus­si par­tie d’une ini­tia­tive plus large pour dis­tri­buer tous les sur­plus ali­men­taires du CISSS.

En moins d’un an, ce sont 18 tonnes de nour­ri­ture qui ont été don­nées.

« S’il reste 10 por­tions de pâ­té chi­nois, avant, ça fai­sait mal au coeur de je­ter ça, main­te­nant on sait que des or­ga­nismes d’ici vont en bé­né­fi­cier et ali­men­ter leur po­pu­la­tion vul­né­rable », sou­ligne Mme Le Bond.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.