L’édu­ca­tion, juste une « bu­si­ness » ?

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - JO­SEPH FACAL jo­[email protected]­be­cor­me­dia.com bu­si­ness

Il faut sa­voir faire des liens entre des choses qui ne semblent pas liées à pre­mière vue.

La se­maine der­nière, des étu­diants uni­ver­si­taires ont créé un émoi en dé­non­çant, avec rai­son, le dog­ma­tisme idéo­lo­gique dans nos dé­par­te­ments de sciences so­ciales.

Ils vi­saient cette gauche « post­mo­derne » dont on connaît les ob­ses­sions : is­la­mo-gau­chisme dé­gui­sé en an­ti­fas­cisme, hy­per-mul­ti­cul­tu­ra­lisme dé­gui­sé en an­ti­ra­cisme, an­ti­spé­cisme, « hé­té­ro­nor­ma­ti­vi­té » blanche et mâle, etc.

POU­VOIR

Un col­lègue fai­sait ce­pen­dant va­loir que ces dé­lires – dont il ne res­te­ra un jour que des sou­ve­nirs amu­sés – ne sont que les nou­veaux ha­bits du dé­lire mar­xiste-lé­ni­niste-maoïste qui sé­vis­sait sur les cam­pus dans les an­nées 1970-1980.

Cette gauche post­mo­derne a évi­dem­ment ri­pos­té. Le vrai dan­ger, pour elle, c’est la mé­chante droite na­tio­na­liste et mé­dia­tique : Mar­ti­neau, Bock-Cô­té, Facal, etc.

Un ami iro­ni­sait sur ces anar­cho-gau­chistes qui vivent à cô­té du parc La Fon­taine, ont des mai­sons de cam­pagne, voyagent en Eu­rope, et vont oc­ca­sion­nel­le­ment se re­po­ser dans le condo flo­ri­dien des pa­rents.

Par ailleurs, ajou­tait-il, dans le monde uni­ver­si­taire, le gros bout du bâ­ton reste entre les mains des fa­cul­tés de mé­de­cine, de droit, de gé­nie, des sciences avec la­bo­ra­toires et, bien en­ten­du, des écoles de ges­tion.

Voi­là le vrai pou­voir, car ce sont elles qui « gé­nèrent d’la »et, croyez-moi, ce ne sont pas des re­pères de gau­chistes.

Je par­lais plus haut de sa­voir faire des liens.

Pen­dant qu’on s’in­surge, à bon droit, contre ces gau­chistes qui se prennent pour des pen­seurs sé­rieux, on ou­blie une autre réa­li­té in­quié­tante.

Cette réa­li­té in­quié­tante, c’est que la lo­gique mar­chande, uti­li­ta­riste, ca­pi­ta­liste a com­plè­te­ment co­lo­ni­sé l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur.

Le cé­gep de Gas­pé qui ouvre un cam­pus uni­que­ment an­glo­phone à Mon­tréal pour y en­tas­ser, à prix fort, des Chi­nois et des In­diens n’est que la pointe de l’ice­berg.

Écou­tez la jus­ti­fi­ca­tion du di­rec­teur : si on ne l’avait pas fait, un autre l’au­rait fait. Pour lui, c’était une « op­por­tu­ni­té d’af­faires » à sai­sir.

Son dis­cours est le dis­cours do­mi­nant chez les cadres de notre en­sei­gne­ment su­pé­rieur : « clien­tèles », « cré­neaux », « niches », « mar­chés à ex­ploi­ter », etc.

Le « ré­seau col­lé­gial » n’a plus rien d’un ré­seau : plu­tôt qu’une lo­gique d’en­semble, c’est le cha­cun pour soi.

On dé­ve­lop­pe­ra des sub­ter­fuges, comme ce­lui de Gas­pé, ou alors un cé­gep vien­dra « concur­ren­cer » le cé­gep voi­sin en of­frant des cours si­mi­laires s’ils marchent bien.

SI­LENCE

Dans le monde uni­ver­si­taire, ce­la don­ne­ra l’Uni­ver­si­té de Sher­brooke à Lon­gueuil, l’UQAR à Lé­vis, l’Uni­ver­si­té La­val à Mon­tréal, l’UQO à Saint-Jé­rôme, etc.

On aug­mente les for­ma­tions uni­que­ment en an­glais, en es­pé­rant les dif­fu­ser en­suite sur le web à des clien­tèles sé­duites par l’ap­pren­tis­sage à dis­tance.

On mul­ti­plie­ra les for­ma­tions courtes, très payantes, les char­gés de cours, peu coû­teux, on fac­tu­re­ra, ici et là, des droits de sco­la­ri­té exor­bi­tants, on mul­ti­plie­ra les chaires fi­nan­cées par le pri­vé parce que l’ar­gent pu­blic ne suf­fit plus.

La « mar­chan­di­sa­tion » du sa­voir n’est pas qu’un fan­tasme gau­chiste. C’est une réa­li­té por­teuse de pos­si­bi­li­tés… et de pro­blèmes.

Tout ce­la se fait dans le dé­sordre le plus com­plet. Et de ce­la, on ne parle sur­tout pas.

La « mar­chan­di­sa­tion » du sa­voir n’est pas qu’un fan­tasme gau­chiste. C’est une réa­li­té por­teuse de pos­si­bi­li­tés… et de pro­blèmes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.