La CAQ force l’adop­tion du pro­jet de loi 40

Le man­dat des élus sco­laires au­rait main­te­nant pris fin

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - GE­NE­VIÈVE LA­JOIE

QUÉ­BEC | Le gou­ver­ne­ment Le­gault a im­po­sé le bâillon pour abo­lir les com­mis­sions sco­laires. Pres­sée de rem­plir son en­ga­ge­ment élec­to­ral, la CAQ a même de­van­cé son échéan­cier et met­trait fin dès main­te­nant au man­dat des élus sco­laires.

Le gou­ver­ne­ment avait con­vo­qué ex­cep­tion­nel­le­ment hier les dé­pu­tés à l’As­sem­blée na­tio­nale pour for­cer l’adop­tion à toute va­peur du pro­jet de loi 40 sur la gou­ver­nance sco­laire.

De­puis son élec­tion, c’est la qua­trième fois que Fran­çois Le­gault fait usage de cette pro­cé­dure ac­cé­lé­rée pour faire adop­ter une de ses réformes.

Au mo­ment d’écrire ces lignes, on pré­voyait un vote très tôt ce ma­tin.

Le texte de loi pré­voit l’abo­li­tion des élec­tions sco­laires dans le ré­seau fran­co­phone et la mu­ta­tion des com­mis­sions sco­laires en centres de ser­vices.

À la surprise gé­né­rale, un amen­de­ment dé­po­sé hier soir par le mi­nistre Jean-Fran­çois Ro­berge pré­voyait mettre un terme au man­dat des commissair­es sco­laires dès la sanc­tion du pro­jet de loi, qui de­vrait se faire au­jourd’hui. Ini­tia­le­ment, les élus sco­laires ne de­vaient être re­le­vés de leur fonc­tion que le 29 fé­vrier.

FOR­MA­TION OBLI­GA­TOIRE

Ta­lon­né par les par­tis d’op­po­si­tion, le mi­nistre de l’Édu­ca­tion s’est dé­fen­du de vou­loir se « dé­bar­ras­ser » au plus vite des commissair­es sco­laires. C’est pour veiller à une « meilleure tran­si­tion » vers « une meilleure gou­ver­nance » qu’il a de­van­cé la fin du man­dat des élus sco­laires, a plai­dé M. Ro­berge.

« Le gou­ver­ne­ment nous avait pro­mis de la po­li­tique au­tre­ment. On n’au­rait ja­mais pen­sé que ce que ça vou­lait dire c’est au­tre­ment plus de bâillons, au­tre­ment plus d’ar­ro­gance, au­tre­ment moins de trans­pa­rence », a dé­plo­ré la dé­pu­tée pé­quiste Vé­ro­nique Hi­von. La so­li­daire Ch­ris­tine La­brie a re­pro­ché au mi­nistre

Ro­berge d’avoir eu un com­por­te­ment « mé­pri­sant » à l’égard des élus sco­laires.

En ver­tu du pro­jet de loi 40, les en­sei­gnants au­ront éga­le­ment l’obli­ga­tion de suivre une for­ma­tion conti­nue d’une tren­taine d’heures sur deux ans.

« S’il veut mo­di­fier le per­fec­tion­ne­ment chez les en­sei­gnants, il faut qu’il le fasse aux tables de né­go­cia­tion, pas (en uti­li­sant) un pro­jet de loi fourre-tout », a ton­né la li­bé­rale Mar­wah Riz­qy.

CONTES­TA­TION JU­DI­CIAIRE

Les syn­di­cats d’en­sei­gnants sont éga­le­ment mé­con­tents. La Fé­dé­ra­tion des com­mis­sions sco­laires du Qué­bec (FCSQ) et la Fé­dé­ra­tion au­to­nome de l’en­sei­gne­ment (FAE) ont an­non­cé leur in­ten­tion de contes­ter la loi 40 de­vant les tri­bu­naux.

Mais pour Fran­çois Le­gault, il s’agit d’un mal né­ces­saire pour abo­lir les élec­tions sco­laires dont les Qué­bé­cois ne veulent plus. D’ailleurs, il les a mis au dé­fi de ra­me­ner les élec­tions sco­laires s’ils sont por­tés au pou­voir à nou­veau.

« Je vais vous faire une pré­dic­tion, en 2022, je suis sûr que le PLQ et le PQ ne vont pas pro­mettre de ra­me­ner les élec­tions sco­laires », a-t-il dit.

– Avec Vincent La­rin

PHO­TO SI­MON CLARK

Le mi­nistre de l’Édu­ca­tion, Jean-Fran­çois Ro­berge, jeu­di, à Qué­bec.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.