Do­nald Trump jus­ti­fie le li­mo­geage d’un membre de son ad­mi­nis­tra­tion

Le Journal de Montreal - - MONDE -

WA­SHING­TON | (AFP) Le pré­sident amé­ri­cain Do­nald Trump a jus­ti­fié hier le li­mo­geage d’un membre de son ad­mi­nis­tra­tion ayant li­vré un té­moi­gnage em­bar­ras­sant pour lui au cours de la pro­cé­dure de des­ti­tu­tion qui le vi­sait.

Le lieu­te­nant-co­lo­nel Alexan­der Vind­man, conseiller sur les af­faires eu­ro­péennes au sein du Con­seil de sé­cu­ri­té na­tio­nale de la Mai­son-Blanche, a été dé­mis ven­dre­di de ses fonc­tions peu avant un di­plo­mate ayant éga­le­ment té­moi­gné lors de l’en­quête par­le­men­taire.

Ac­quit­té mer­cre­di par le Sé­nat dans son pro­cès en des­ti­tu­tion, M. Trump se dé­fend de vou­loir me­ner de­puis des « re­pré­sailles » contre ceux n’ayant pas abon­dé dans son sens ces der­niers mois.

« AP­PEL PAR­FAIT »

Il a af­fir­mé sur Twit­ter ne pas connaître M. Vind­man et ne lui avoir « ja­mais par­lé ». Il avance que le mi­li­taire, né en Ukraine et ar­ri­vé aux États-Unis à l’âge de 3 ans, a été ac­cu­sé par sa hié­rar­chie d’« in­su­bor­di­na­tion », d’avoir des « pro­blèmes de ju­ge­ment » et d’avoir « fait fui­ter des in­for­ma­tions ».

Il lui re­proche éga­le­ment d’avoir « rap­por­té de fa­çon er­ro­née » le conte­nu de son « ap­pel par­fait » en juillet avec son ho­mo­logue ukrai­nien Vo­lo­dy­myr Ze­lens­ky, au coeur de la pro­cé­dure qui a va­lu au mil­liar­daire une mise en ac­cu­sa­tion pour abus de pou­voir et en­trave au tra­vail du Con­grès.

Do­nald Trump avait de­man­dé lors de cet échange que Kiev an­nonce l’ou­ver­ture d’une en­quête sur son ad­ver­saire dé­mo­crate Joe Bi­den. Une re­quête ju­gée « in­ap­pro­priée » par Alexan­der Vind­man, qui avait écou­té l’ap­pel en di­rect et dé­ci­dé d’aler­ter les ju­ristes de la pré­si­dence.

« CAM­PAGNE D’INTIMIDATI­ON »

L’avo­cat de M. Vind­man a dé­non­cé hier dans un com­mu­ni­qué trans­mis aux mé­dias amé­ri­cains les « dé­cla­ra­tions ma­ni­fes­te­ment in­exactes » du pré­sident à l’en­contre de son client, évo­quant une « cam­pagne d’intimidati­on » de la part de « l’homme le plus puis­sant du monde ».

M. Trump a par ailleurs rap­pe­lé ven­dre­di l’am­bas­sa­deur des États-Unis au­près de l’Union eu­ro­péenne, Gor­don Sond­land, qui avait aus­si li­vré de­vant les par­le­men­taires un té­moi­gnage com­pro­met­tant à son égard.

« L’am­bas­sa­deur Sond­land et le lieu­te­nant-co­lo­nel Alexan­der Vind­man sont des fonc­tion­naires cou­ra­geux, des hé­ros et des pa­triotes », a ré­agi sur Twit­ter l’élu dé­mo­crate Mark DeSaul­nier. « La ven­geance de Trump contre eux pour avoir dit la vé­ri­té est une ac­tion digne de dic­ta­teurs et de cri­mi­nels, pas du pré­sident de la plus grande dé­mo­cra­tie du monde ».

« En li­mo­geant de la sorte le lieu­te­nant-co­lo­nel Vind­man et l’am­bas­sa­deur Sond­land, l’ad­mi­nis­tra­tion Trump a mon­tré qu’elle ne to­lé­re­rait pas ceux qui disent la vé­ri­té », a de son cô­té dé­cla­ré hier le sé­na­teur Jack Reed, membre de la com­mis­sion des forces ar­mées du Sé­nat.

DO­NALD TRUMP Pré­sident amé­ri­cain

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.