Jours de tem­pête

Le Journal de Montreal - - OPINIONS - CLAUDE VILLENEUVE Ana­lyste po­li­tique et ré­dac­teur claude.villeneuve @que­be­cor­me­dia.com @vclaude

Les tem­pêtes de neige sont plus fa­ciles à ai­mer lors­qu’elles sur­viennent pen­dant un hi­ver clé­ment comme ce­lui de cette an­née.

N’em­pêche, ils ont été nom­breux ven­dre­di à voir leur jour­née cham­bou­lée. On pense aux pre­miers ré­pon­dants et aux dé­nei­geurs, en ces mo­ments où ils doivent four­nir l’ef­fort de plus pour nous gar­der en sé­cu­ri­té. Il y a aus­si toutes ces pe­tites mains, éboueurs ou fac­teurs, qui doivent exé­cu­ter leur pres­ta­tion comme si au­cun banc de neige ne les sé­pa­rait de leurs tâches. Sans par­ler des gens qui ont des ac­ci­dents sim­ple­ment en se ren­dant au tra­vail...

RÉA­LI­TÉ ALTERNATIV­E

Quand les élé­ments se dé­chaînent au point où l’on dé­cide de fer­mer les écoles, on en­tend tou­jours des es­prits cha­grins se plaindre qu’on bi­chonne trop nos en­fants, évo­quant une réa­li­té alternativ­e où on de­vait ja­dis mar­cher nu-pieds dans la tem­pête pour s’y rendre.

In­ver­se­ment, quand les en­fants sont quand même em­me­nés à l’école mal­gré le mau­vais temps, il s’en trouve aus­si pour dire que quel­qu’un quelque part a dor­mi au gaz. Un ac­ci­dent d’au­to­bus sco­laire sur­vien­drait qu’on cher­che­rait des cou­pables.

On peut aus­si prendre le par­ti des en­fants. Qui a ou­blié la ma­gie d’ap­prendre au ré­veil qu’on pro­fi­te­ra d’un congé in­at­ten­du ? On a tous des ré­mi­nis­cences de forts creu­sés dans le banc de neige d’en-avant ou de cas­settes de Nin­ten­do louées une ving­tième fois à la ta­ba­gie du coin.

NORDICITÉ

Les pa­rents font contre mau­vaise for­tune bon coeur. Tra­vaillant de la mai­son pour cer­tains, le moindre ap­pel pro­fes­sion­nel est par­fois in­ter­rom­pu par des cris ai­gus. D’autres amènent leur mar­maille au bu­reau, où la pa­pe­te­rie pro­fes­sion­nelle se­ra conver­tie au bri­co­lage. Ça fait par­tie de mes sou­ve­nirs aus­si.

Dans notre nordicité, il y a le vent, la neige et même les re­doux. Il y a les ré­cits d’ac­ci­dents tra­giques, mais aus­si les sou­ve­nirs ma­giques. Ce ma­tin, en fi­nis­sant de pel­le­ter, ché­ris­sons-les.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.