Voi­ci quelques exemples de co­ro­na­vi­rus uni­que­ment chez les ani­maux de com­pa­gnie :

Le Journal de Montreal - - JM DIMANCHE -

√ Chez le chien, le co­ro­na­vi­rus ca­nin peut pro­vo­quer des symp­tômes de gas­tro-en­té­rite, plu­tôt bé­nins, et se pro­page gé­né­ra­le­ment par les selles. Les ani­maux in­fec­tés sont sou­vent jeunes. Les ani­maux at­trapent sou­vent ce vi­rus dans les re­fuges ou éle­vages, des en­droits où il y a plu­sieurs chiens.

√ Chez le chat, un autre co­ro­na­vi­rus se pro­page aus­si via les ma­tières fé­cales et pro­voque gé­né­ra­le­ment des signes cli­niques di­ges­tifs bé­nins (diar­rhée, vo­mis­se­ments, ano­rexie). Mal­heu­reu­se­ment, il ar­rive par­fois que ce vi­rus su­bisse une mu­ta­tion et cause alors une ma­la­die du nom de pé­ri­to­nite in­fec­tieuse fé­line (PIF), une ma­la­die mor­telle.

√ Chez le fu­ret, un co­ro­na­vi­rus iden­ti­fié en 1993 cau­se­rait l’en­té­rite ca­tar­rhale épi­zoo­tique du fu­ret, une ma­la­die qui se pro­page aus­si par les selles et qui cause une diar­rhée de cou­leur presque vert lime. Plus ré­cem­ment, un co­ro­na­vi­rus sys­té­mique (FRSCV) a été iden­ti­fié chez les fu­rets et pro­duit des symp­tômes se rap­pro­chant de la PIF chez le chat.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.