Un po­li­cier vo­leur de sa­coche

L’agent de la po­lice de Lon­gueuil a re­mis plus de 8500 $ quand ses col­lègues ont com­men­cé à en­quê­ter

Le Journal de Montreal - - LA UNE - CLAU­DIA BER­THIAUME

Un po­li­cier ex­pé­ri­men­té de Lon­gueuil a re­con­nu hier avoir vo­lé un sac à main conte­nant plus de 8500 $ à une dame qui l’avait ou­blié au ci­né­ma du Quar­tier DIX30.

Plus d’un an après son crime, l’agent Tuan Khanh Huynh est tou­jours in­ca­pable d’ex­pli­quer pour­quoi il a po­sé un tel geste dans l’exer­cice de ses fonc­tions.

« C’est la grande ques­tion que je me pose. C’était comme s’il fal­lait que ça ar­rête, cette course, cette pres­sion constante », a évo­qué le po­li­cier de 16 ans d’ex­pé­rience.

Le père de deux en­fants ré­fé­rait à un contexte fa­mi­lial dif­fi­cile en rai­son de son tra­vail, de ses ho­raires va­riables, in­com­pa­tibles avec ceux de sa femme, in­fir­mière.

Se­lon la dé­fense, Huynh vi­vait une grande dé­tresse psy­cho­lo­gique le 29 dé­cembre 2018 lors­qu’il a ré­pon­du à un ap­pel au 9-1-1 concer­nant un sac à main ou­blié au Ci­né­plex Odéon de Bros­sard.

La bourse de type sac à dos ap­par­te­nant à Gaël Cou­lombe-le-Sieur conte­nait entre 8000 $ et 9000 $ en ar­gent comp­tant.

Pour la pro­prié­taire d’un pe­tit res­tau­rant, il s’agis­sait des re­cettes de tout le mois de dé­cembre, qu’elle de­vait al­ler dé­po­ser à la banque. Le sac à main conte­nait aus­si des cartes per­son­nelles et d’af­faires et une montre Dior éva­luée à 1000 $.

FAUX RAP­PORT

L’agent Huynh a pris pos­ses­sion de la bourse, et a en­suite pro­duit un rap­port de « Contrôle des pièces à convic­tion » dans le­quel il af­fir­mait avoir re­mis un « porte-do­cu­ment » à une dame qui n’était pas Mme Cou­lombe-le-Sieur.

Il a même imi­té la si­gna­ture de cette ci­toyenne, dont il avait trou­vé les in­for­ma­tions per­son­nelles dans une banque de don­nées po­li­cières.

Or, tout ce­la était faux, et le po­li­cier de 40 ans a plu­tôt mis la sa­coche vo­lée dans son vé­hi­cule per­son­nel après son quart de tra­vail. Il a gar­dé l’ar­gent et je­té le reste.

Lors­qu’elle s’est ren­du compte de son ou­bli, la vic­time est re­tour­née au ci­né­ma.

En com­pa­gnie de deux autres pa­trouilleur­s, elle a alors pu vi­sion­ner les images des ca­mé­ras de sur­veillance où on voit l’agent Huynh sor­tir avec le sac à main.

PO­LI­CIER CONFRON­TÉ

La vic­time s’est ren­due au poste de po­lice le len­de­main afin de ré­cu­pé­rer ses biens. Elle a confron­té per­son­nel­le­ment l’ac­cu­sé, qui niait avoir la sa­coche en sa pos­ses­sion.

« Je lui ai dit que j’avais vu les ca­mé­ras et que son col­lègue l’avait re­con­nu. Il est de­ve­nu blanc comme un drap. [...] Si tu fais ça de­vant une ca­mé­ra, qu’est-ce que tu peux faire quand il n’y en a pas », a-t-elle dit à la juge Louise Pro­vost, hier.

In­vi­té à dé­tailler da­van­tage ses ac­tions du 29 dé­cembre 2018, le po­li­cier a pro­duit un se­cond rap­port le len­de­main. Dans le do­cu­ment dont Le Jour­nal a ob­te­nu co­pie, l’agent parle d’une somme de « plus ou moins 800 $ » en billets de 20 $, 50 $ et 100 $.

Il a même pous­sé l’au­dace jus­qu’à don­ner une des­crip­tion phy­sique de la dame à qui il di­sait avoir re­mis le sac à main, ajou­tant qu’elle était « contente de le ré­cu­pé­rer ».

Dans la mire des en­quêtes in­ternes, l’ac­cu­sé a res­ti­tué la somme de 8675,10 $ aux au­to­ri­tés cinq se­maines après son crime.

Le po­li­cier était de re­tour au pa­lais de jus­tice de Lon­gueuil hier pour plai­der cou­pable à des chefs de vol de plus de 5000 $ et de fa­bri­ca­tion de faux do­cu­ments.

Il en a pro­fi­té pour s’ex­cu­ser au­près de la vic­time, de ses col­lègues, du Ser­vice de po­lice de l’ag­glo­mé­ra­tion de Lon­gueuil et du pu­blic qu’il de­vait ser­vir.

LA PRI­SON ?

La Cou­ronne ré­clame entre six et 12 mois d’in­car­cé­ra­tion, tan­dis que la dé­fense sou­tient qu’une ab­so­lu­tion condi­tion­nelle – ab­sence de ca­sier ju­di­ciaire – as­sor­tie de tra­vaux com­mu­nau­taires et d’un rem­bour­se­ment de 4000 $ est une peine suf­fi­sante. La juge Pro­vost tran­che­ra en mars. Vu sa ré­ponse à l’ac­cu­sa­tion, il se­ra au­to­ma­ti­que­ment des­ti­tué.

« Tu es sup­po­sé prê­ter ser­ment pour ser­vir et pro­té­ger les ci­toyens et tu les voles. » – La vic­time Gaël Cou­lombe-le-Sieur « Mon père m’a tou­jours dit : “Fais ce que tu veux [dans la vie], fais ce que tu aimes, mais fais-le bien”. Mal­heu­reu­se­ment, je n’ai pas bien fait mon tra­vail. [...] De le perdre, c’est comme si on m’ar­ra­chait le coeur. » – L’ac­cu­sé Tuan Khanh Huynh « Je vous de­mande de dé­non­cer ce crime avec fer­me­té pour que tous puissent avoir confiance en­vers les hommes et les femmes qui portent l’uni­forme. » – Ga­briel La­pierre, avocat de la Cou­ronne « C’était un homme étouf­fé par ses obli­ga­tions fa­mi­liales et pro­fes­sion­nelles, in­ca­pable de par­ler de sa souf­france et d’al­ler cher­cher de l’aide. » – Fé­lix Ré­millard-La­rose, avocat de la dé­fense

PHOTO PIERRE-PAUL POU­LIN

L’agent de la po­lice de Lon­gueuil Tuan Khanh Huynh, ici en com­pa­gnie de son avocat Fé­lix Ré­millard-La­rose, a plai­dé cou­pable hier aux deux chefs qui pe­saient contre lui.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.