Une grave crise de confiance

À peine 52 % des em­ployés d’Hy­dro-Qué­bec ap­puient la vi­sion d’Éric Mar­tel

Le Journal de Montreal - - ARGENT - PHI­LIPPE ORFALI

Hy­dro-Qué­bec a beau se van­ter de fi­gu­rer par­mi les « meilleurs em­ployeurs » au Ca­na­da se­lon la re­vue Forbes, les ré­sul­tats « ca­tas­tro­phiques » d’un son­dage in­terne ob­te­nu par Le Jour­nal laissent en­tendre tout le contraire.

« Les gens sont fiers de tra­vailler pour Hy­dro-Qué­bec parce que nous contri­buons à l’éco­no­mie et à l’en­vi­ron­ne­ment grâce à l’éner­gie verte », clai­ron­nait il y a deux se­maines Na­tha­lie Du­bois, la vice-présidente des res­sources hu­maines d’Hy­dro-Qué­bec, dans les pages de la pu­bli­ca­tion amé­ri­caine.

En pleine pé­nu­rie de main-d’oeuvre, ce genre d’ar­ticle po­si­tif vaut de l’or pour les em­ployeurs in­ca­pables de re­cru­ter du per­son­nel.

Or, un son­dage in­terne réa­li­sé au­près de 16 381 em­ployés de la so­cié­té d’État pré­sente un por­trait bien dif­fé­rent de la si­tua­tion.

«ÇAFESSE»

« Ça fesse », ré­sume Ni­co­las Cloutier, le pré­sident du Syn­di­cat pro­fes­sion­nel des in­gé­nieurs d’Hy­dro-Qué­bec.

C’est grâce à la loi d’ac­cès à l’in­for­ma­tion que l’organisati­on a été en me­sure d’ob­te­nir le do­cu­ment te­nu se­cret.

Pas moins de 45 % des em­ployés af­firment ne pas avoir « confiance » dans les dé­ci­sions prises par la haute di­rec­tion de la com­pa­gnie, à com­men­cer par le PDG, Éric Mar­tel, ré­vèle l’étude.

Et seule­ment 52 % des tra­vailleurs et tra­vailleuses es­timent que cette même haute di­rec­tion se pré­oc­cupe de leur bien-être, à une époque où les en­jeux de san­té men­tale de­viennent de plus en plus com­plexes et nom­breux sur le mar­ché du tra­vail.

Le tiers des em­ployés af­firment « ren­con­trer des obs­tacles ma­jeurs » dans la réa­li­sa­tion de leurs tâches. Ce se­rait 50 % plus que la norme.

Moins de la moi­tié des em­ployés (48 %) jugent par ailleurs que « les chan­ge­ments faits à Hy­dro-Qué­bec sont bien exé­cu­tés » par la di­rec­tion.

RE­CULS

Dans tous les cas évo­qués ci-haut, il s’agit de re­culs si­gni­fi­ca­tifs par rap­port à 2018, mais aus­si de don­nées qui se si­tuent bien en des­sous des normes de l’in­dus­trie, sou­ligne le rap­port pré­pa­ré par la firme in­ter­na­tio­nale Willis To­wers Wat­son.

« C’est pas mal iro­nique, voire in­sul­tant, de voir la haute di­rec­tion se pé­ter pu­bli­que­ment les bre­telles avec le clas­se­ment de Forbes », lance M. Cloutier. Le syn­di­cat dé­plore aus­si que la haute di­rec­tion ait es­sayé de gar­der se­crètes les don­nées is­sues du son­dage an­nuel, qui ré­vèle une « crise de confiance ma­jeure » en­vers la haute di­rec­tion se­lon lui.

LA DI­REC­TION SE DÉ­FEND

Du cô­té de la di­rec­tion, on af­firme être dans l’ensemble sa­tis­fait des ré­sul­tats. Si les em­ployés ne semblent pas avoir confiance en la di­rec­tion, c’est parce que celle-ci a im­plan­té un « rythme sou­te­nu » de trans­for­ma­tion au cours des der­nières an­nées.

Chef de l’ex­ploi­ta­tion d’Hy­dro-Qué­bec, Da­vid Mur­ray as­sure qu’il n’y a pas de crise de confiance au sein de la com­pa­gnie.

« C’est sûr qu’il y a beau­coup de pro­jets qui ar­rivent. Ça peut dé­ran­ger une par­tie (de la main-d’oeuvre) », dit-il.

Se­lon M. Mur­ray, Hy­dro doit « sai­sir les op­por­tu­ni­tés dans les mar­chés, mais aus­si à l’in­terne. » Il sou­ligne que, con­trai­re­ment aux em­ployés son­dés par la firme à sa de­mande, la clien­tèle d’Hy­dro-Qué­bec semble, elle, sa­tis­faite des chan­ge­ments opé­rés de­puis l’ar­ri­vée d’Éric Mar­tel.

« Je ne mi­ni­mise pas les ré­sul­tats du son­dage. On ne dit pas qu’on n’a rien à amé­lio­rer. Je pense qu’on doit im­pli­quer en­core plus les em­ployés dans la prise de dé­ci­sion, dans le chan­ge­ment ».

PHOTO D’AR­CHIVES, SIMON CLARK

Même si Hy­dro-Qué­bec est par­ve­nue à se his­ser au deuxième rang du pal­ma­rès des « meilleurs em­ployeurs » de la re­vue Forbes, tout n’est pas rose, loin de là. La cote d’ap­pro­ba­tion du PDG Éric Mar­tel est bien in­fé­rieure aux normes de l’in­dus­trie. Ci-haut, le grand pa­tron de la so­cié­té d’État, lors de l’inau­gu­ra­tion de la Cen­trale Ro­maine-3, sur la Côte-Nord, en oc­tobre 2017.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.