La SQ ignore les coûts de sa ca­va­le­rie

Le corps po­li­cier pro­vin­cial ne sait pas com­bien d’heures ont été payées pour la nou­velle es­couade équestre

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - ALEXANDRE RO­BILLARD

La Sû­re­té du Qué­bec est in­ca­pable de four­nir le coût to­tal de sa ca­va­le­rie au cours de sa der­nière an­née d’ac­ti­vi­tés.

Cette es­couade équestre a sur­tout fait ap­pel à des em­ployés bé­né­voles (en­vi­ron 70) de­puis sa créa­tion en 2017.

Mais à par­tir de 2019, des po­li­ciers de la Sû­re­té du Qué­bec (SQ) ont com­men­cé à être ré­mu­né­rés dans le cadre de cer­taines mis­sions, no­tam­ment lors de pa­trouilles à cheval.

Lorsque notre Bu­reau d’en­quête a de­man­dé com­bien ce­la avait coû­té, il a été im­pos­sible d’ob­te­nir des chiffres.

Dans une ré­ponse trans­mise par le ser­vice des com­mu­ni­ca­tions de la SQ, l’ins­pec­teur Pa­trick Des­prés a af­fir­mé que la comp­ta­bi­li­té de la po­lice pro­vin­ciale n’offre pas de por­trait pré­cis.

« Le sys­tème ne nous per­met pas d’ex­traire avec pré­ci­sion le temps sup­plé­men­taire et le temps ré­gu­lier uti­li­sés pour ob­te­nir les ser­vices de l’équipe équestre par toutes les uni­tés de la SQ », a in­di­qué M. Des­prés, res­pon­sable de l’équipe équestre.

La créa­tion de la nou­velle ca­va­le­rie du plus gros corps po­li­cier du Qué­bec sou­lève de nom­breuses ques­tions. Notre Bu­reau d’en­quête ré­vé­lait hier que la SQ a ache­té cinq che­vaux à son di­rec­teur-ad­joint Ma­rio Bou­chard.

Une experte en éthique a af­fir­mé que la si­tua­tion sou­lève des ap­pa­rences de conflit d’in­té­rêts.

Hier, la mi­nistre sup­pléante de la Sé­cu­ri­té pu­blique, An­drée La­fo­rest, a af­fir­mé qu’un au­dit se­rait ou­vert (voir autre texte en page 6). 450 000 $ D’ÉQUI­PE­MENT

Si la SQ ignore les chiffres de ré­mu­né­ra­tion des em­ployés af­fec­tés à sa ca­va­le­rie, elle a en re­vanche pu dé­tailler les dé­penses ma­té­rielles de l’es­couade.

Au cours des trois der­nières an­nées, ces dé­penses se sont chif­frées à près de 450 000 $ (voir en page 6).

Elle a ache­té toutes sortes d’équi­pe­ments comme une re­morque, des vestes en po­lar, des cas­quettes et des po­los, en ver­sion manches longues et manches courtes.

La SQ chiffre à 270 377 $ les dé­penses de l’équipe équestre pour l’an der­nier en in­cluant la ré­mu­né­ra­tion ver­sée à seule­ment quatre per­sonnes qui la co­or­don­naient.

Cette somme in­clut « une par­tie du sa­laire » du lieu­te­nant ges­tion­naire de l’équipe, d’un sergent ins­truc­teur-chef, d’une tech­ni­cienne équine et d’une tech­ni­cienne en ad­mi­nis­tra­tion.

DU BÉ­NÉ­VO­LAT

In­ca­pable de pré­ci­ser da­van­tage ses dé­penses en sa­laires, la SQ peut ce­pen­dant chif­frer la va­leur du bé­né­vo­lat au sein de l’équipe équestre. Elle si­tue la contri­bu­tion de ses bé­né­voles à 100 943 $ pour 2019-2020.

Dans une en­tre­vue ac­cor­dée au prin­temps der­nier, M. Des­prés avait ex­pli­qué que le bé­né­vo­lat était au coeur des ac­ti­vi­tés de l’équipe équestre. Il cal­cu­lait qu’un po­li­cier syn­di­qué fai­sait « en­vi­ron 30 % de son temps à l’équipe équestre en bé­né­vo­lat ».

« Le jour où tout le monde me dit : ‘‘chaque mi­nute que je fais, je veux être ré­mu­né­ré’’, on met la clé dans la porte. C’est im­pos­sible que ça fonc­tionne. »

Il es­ti­mait que le coût de l’équipe équestre grim­pe­rait alors « dans les mil­lions ». À titre com­pa­ra­tif, la ca­va­le­rie du Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal, qui compte huit che­vaux, avait un bud­get de fonc­tion­ne­ment d’en­vi­ron 1,5 mil­lion $, en 2018. Son ef­fec­tif compte un sergent, neuf agents et trois pa­le­fre­niers.

PHO­TOS TI­RÉES DE LA PAGE FA­CE­BOOK DE LA SÛ­RE­TÉ DU QUÉ­BEC

La ca­va­le­rie de la Sû­re­té du Qué­bec par­ti­cipe à dif­fé­rents évé­ne­ments afin d’as­su­rer la sé­cu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.