Le « tou­risme de la honte » à So­sua23

L’équipe de JE a fait des dé­cou­vertes trou­blantes dans la ca­pi­tale de la pros­ti­tu­tion en Ré­pu­blique do­mi­ni­caine

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - MA­RIE-JO­SÉE R. ROY

Le so­leil et les plages pa­ra­di­siaques nous viennent gé­né­ra­le­ment en tête quand on pense à la Ré­pu­blique do­mi­ni­caine. Plus de 300 000 Qué­bé­cois s’y rendent d’ailleurs an­nuel­le­ment pour faire le plein de vi­ta­mine D. Mais cer­taines des­ti­na­tions du pays sont tris­te­ment re­con­nues comme étant des ca­pi­tales de la pros­ti­tu­tion.

C’est le cas de la ville de So­sua, où de très jeunes pros­ti­tuées, et même des en­fants, sont au coeur d’un dé­gra­dant com­merce que l’équipe de JE a dé­cor­ti­qué.

En en­tre­vue, le jour­na­liste De­nis Ther­riault pèse ses mots. D’abord parce que le dos­sier est ex­trê­me­ment dé­li­cat. Puis, parce que les dé­cou­vertes dé­ter­rées par l’équipe de JE dans le re­por­tage du « Tou­risme de la honte » sont trou­blantes.

Est-ce qu’on se­ra très choqués par celles-ci ? Oui, tranche ca­té­go­ri­que­ment M. Ther­riault, sans la moindre hé­si­ta­tion.

« Choqués par ce qu’on va voir et en­tendre », laisse-t-il pla­ner, avant de dé­crire la dé­marche mise de l’avant par son équipe d’en­quête, à la fin jan­vier.

« On est al­lés à So­sua, qui est une des­ti­na­tion tou­ris­tique sexuelle re­con­nue, éla­bore-t-il. On trace le por­trait du phé­no­mène So­sua, que cer­tains ap­pellent un “bor­del à ciel ou­vert”. Il y a des choses qui ont été faites der­niè­re­ment [par les au­to­ri­tés], mais jus­qu’à quel point c’est ef­fi­cace ? Que tentent[-elles] de faire ? »

« On est aus­si, et sur­tout, sur la trace de Qué­bé­cois qui se rendent sur place… et qui ont des se­crets de voyage, conti­nue M. Ther­riault. C’est sûr qu’il y a des hommes d’un peu par­tout qui y vont pour ça ex­pres­sé­ment. Il y a les pros­ti­tuées qui sont ma­jeures, et il y a les autres, aus­si… Jus­qu’à quel point est-ce un fléau, là-bas ? Il faut y al­ler pour être ca­pable de le com­prendre, le voir et l’ex­pli­quer. »

CE QUI EST CA­CHÉ

Le jour­na­liste y va d’une mise en garde : ce qui se passe à So­sua n’est pas re­pré­sen­ta­tif du cli­mat so­cial de tout le pays.

« Là, c’est très par­ti­cu­lier, pré­cise le re­por­ter. C’est loin d’être une des­ti­na­tion fa­mi­liale. So­sua est un cas d’es­pèce. Il y a ce qui se passe au grand jour, et il y a ce qui est ca­ché. Vrai­ment ca­ché. Ce qu’on ne voit pas né­ces­sai­re­ment au pre­mier coup d’oeil est en­core plus pré­oc­cu­pant, et on l’aborde de front dans l’émis­sion. On veut mon­trer toutes les fa­cettes de cette des­ti­na­tion sexuelle, qui va bas­cu­ler ra­pi­de­ment dans la des­ti­na­tion de la honte, compte te­nu des com­por­te­ments des gens qui vont là. »

PHO­TO CAP­TURE D’ÉCRAN TVA

Plu­sieurs tou­ristes croisent des af­fiches pu­bli­ci­taires ex­pli­cites de la sorte lors­qu’ils se pro­mènent dans les rues de So­sua, en Ré­pu­blique do­mi­ni­caine.

À ne pas man­quer, tous les dé­tails à l’émis­sion JE ce soir, à 21 h, à TVA.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.