Le « mo­ment le plus dif­fi­cile »

Le Journal de Montreal - - SPORTS - RO­BY ST-GE­LAIS

Syl­vie Ber­ge­ron n’ou­blie­ra ja­mais le match du 27 oc­tobre 2007. Pré­sente à Bos­ton pour l’af­fron­te­ment contre les Flyers de Phi­la­del­phie, celle-ci a vé­cu « l’un des mo­ments les plus dif­fi­ciles de ma vie, si­non le plus dif­fi­cile » quand son fils a quit­té la pa­ti­noire en ci­vière après avoir en­cais­sé une vi­cieuse mise en échec de Ran­dy Jones.

Si elle n’a pas vou­lu s’étendre sur le dé­li­cat su­jet, cet épi­sode de la car­rière de Pa­trice té­moigne de sa force et de sa per­sé­vé­rance. L’ath­lète de 34 ans avait ra­té la to­ta­li­té de la suite de sa qua­trième sai­son dans la LNH en rai­son d’une com­mo­tion cé­ré­brale, mais il était de re­tour sur pa­tins dès l’an­née sui­vante alors qu’on crai­gnait le pire au dé­part.

Sa mère avait été au che­vet de fis­ton pen­dant la longue conva­les­cence.

« Il avait be­soin de sup­port et je de­vais l’ac­com­pa­gner dans mon rôle de mère comme toute mère qui aime son en­fant », a-t-elle lais­sé tom­ber.

MO­MENT D’EX­TASE

En juin 2011, ma­man était aus­si sur place, mais cette fois, le dé­noue­ment était beau­coup plus joyeux. Pa­trice Ber­ge­ron sou­le­vait la coupe Stan­ley à l’is­sue du sep­tième match de la fi­nale entre les Bruins et les Ca­nucks, à Van­cou­ver.

« Je me sou­viens quand il m’a pris dans ses bras sur la pa­ti­noire. Il y a même des images où il me fait tour­ner dans ses bras. Ça a été un mo­ment très in­tense. Je ne sais pas si c’était la coupe Stan­ley ou ses yeux, mais son re­gard et sa ré­ac­tion, c’était le plus grand ca­deau. J’ai com­pris pour­quoi je l’ac­com­pa­gnais sur ce che­min et j’ai réa­li­sé à quel point ça avait eu une im­por­tance pour lui. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.