La ra­dio­ba­lise de re­pé­rage d’ur­gence en cause

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS -

AGENCE QMI | Un pro­blème avec la ra­dio­ba­lise de re­pé­rage d’ur­gence qui per­met aux au­to­ri­tés de re­trou­ver plus fa­ci­le­ment un ap­pa­reil ac­ci­den­té se­rait à l’ori­gine de l’écra­se­ment d’hé­li­co­ptère qui a coû­té la vie au PDG de Savoura et à son fils, dans les Lau­ren­tides, en juillet.

Le Bureau de la sé­cu­ri­té des trans­ports (BST) du Ca­na­da a in­di­qué hier que cette ra­dio­ba­lise de marque Kan­nad, fa­bri­quée par Oro­lia, était en po­si­tion ar­rêt (« OFF ») au lieu d’être al­lu­mée lorsque l’ap­pa­reil a été re­trou­vé 14 jours après sa dis­pa­ri­tion, même si elle était en bon état.

À la suite de tests ef­fec­tués sur cet ins­tru­ment, le BST a re­mar­qué qu’en cas d’im­pact, l’in­ter­rup­teur de la ra­dio­ba­lise peut bas­cu­ler en po­si­tion ar­rêt, ce qui la rend inu­tile.

Si tel est le cas, « les opé­ra­tions de re­cherche et sau­ve­tage d’un aé­ro­nef por­té dis­pa­ru peuvent être re­tar­dées, ce qui di­mi­nue par le fait même les chances de sur­vie des oc­cu­pants », a af­fir­mé le BST par com­mu­ni­qué.

Au­cun si­gnal pro­ve­nant de la ba­lise d’ur­gence n’avait été re­çu pen­dant les re­cherches de deux se­maines pour re­trou­ver le Ro­bin­son R44, ain­si que Sté­phane et Jus­tin Roy, âgés de 56 et 14 ans.

Plus pré­ci­sé­ment, le pro­blème concerne les bu­tées de ver­rouillage qui per­mettent à l’in­ter­rup­teur de res­ter en place. Ces bu­tées de l’hé­li­co­ptère qui s’est écra­sé étaient brisées, et ce, de­puis un cer­tain temps.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.