Down­hill ne lève pas

La ver­sion amé­ri­caine de Force ma­jeure ne sus­cite guère l’in­té­rêt

Le Journal de Montreal - - JM VENDREDI - ISA­BELLE HON­TE­BEY­RIE

Will Fer­rell et Ju­lia Louis-Drey­fus ont beau es­sayer, Down­hill s’avère une co­pie pâ­lotte d’un film sué­dois.

Les Amé­ri­cains ont l’étrange ma­nie de re­faire des films qui n’ont nul be­soin de pas­ser au tor­deur hol­ly­woo­dien. C’est le cas de Down­hill, lit­té­ra­le­ment « la des­cente » d’une col­line ou d’une mon­tagne, qui ne par­vient pas à sus­ci­ter l’in­té­rêt.

Billie (Ju­lia Louis-Drey­fus) et Pete (Will Fer­rell) passent quelques jours à faire du ski dans les Alpes avec leurs deux fils (Ju­lian Grey et Am­mon Jacob Ford). Les pre­miers jours se dé­roulent bien, l’entente règne à peu près. Car les fis­sures au sein du couple sont lar­vées, mais ap­pa­rentes.

ÉGOÏSME

Sou­dain, alors que la fa­mille mange sur la ter­rasse de son hô­tel, une ava­lanche contrô­lée, dé­clen­chée par la sta­tion afin de ga­ran­tir la sé­cu­ri­té des skieurs, donne l’im­pres­sion qu’elle va tout en­glou­tir sur son pas­sage. Face au dan­ger ap­pa­rent, Pete se lève et s’en­fuit, lais­sant Billie et les en­fants seuls à la table. Lors­qu’il re­vient, les siens sont sous le choc, non seule­ment d’avoir pen­sé mou­rir, mais de consta­ter que Pete n’a pas pen­sé une seule se­conde à eux.

À QUI LA FAUTE ?

L’ori­gi­nal, le Force ma­jeure sué­dois sor­ti en 2014, avait été sa­lué par la cri­tique avant de de­ve­nir le choix de ce pays pour le re­pré­sen­ter aux Oscars.

Down­hill n’est pas du même ca­libre. La faute en re­vient-elle à Will Fer­rell ? L’ac­teur et hu­mo­riste peine à trouver le do­sage entre un per­son­nage sans cesse in­car­né – l’adu­les­cent un peu bê­ta dont on se de­mande comment il par­vient à as­su­mer la moindre res­pon­sa­bi­li­té – et le mor­dant exi­gé par le rôle de Pete. Ju­lia Louis-Drey­fus, elle, joue sur ce mé­lange d’hu­mour grin­çant et de drame re­mar­qué par les té­lé­spec­ta­teurs de la chaîne HBO dans la sé­rie Veep. Elle s’en tire donc beau­coup plus ho­no­ra­ble­ment que son col­lègue.

Mal­gré quelques re­bon­dis­se­ments sym­pa­thiques – dont le per­son­nage in­car­né par Mi­ran­da Ot­to –, ce Down­hill de 86 mi­nutes s’avère en­nuyant et n’ap­porte ab­so­lu­ment rien, pas même le plai­sir d’être ré­so­lu­ment an­ti Saint-Va­len­tin.

• Down­hill ★★☆☆☆

Un film de Nat Faxon et Jim Rash Avec Ju­lia Louis-Drey­fus, Will Fer­rell et Mi­ran­da Ot­to

PHO­TO COUR­TOI­SIE WALT DIS­NEY

Will Fer­rell et Ju­lia Louis-Drey­fus dans une scène de Down­hill.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.