Des vi­sages re­mo­de­lés à coup d’in­jec­tions

De plus en plus de Qué­bé­cois ont re­cours à des tech­niques sans chi­rur­gie pour des amé­lio­ra­tions es­thé­tiques

Le Journal de Montreal - - ACTUALITÉS - DAPHNÉE HA­CKER-B.

De plus en plus de Qué­bé­cois ont re­cours à des tech­niques d’in­jec­tion leur per­met­tant de re­mo­de­ler leur vi­sage sans au­cune chi­rur­gie.

La de­mande pour ces tech­niques de plus en plus per­fec­tion­nées, qui coûtent quelques cen­taines ou quelques mil­liers de dol­lars, est en forte hausse par­tout dans le monde, et le Qué­bec n’échappe pas au cou­rant, notent plu­sieurs ex­perts.

« Ça ne fait au­cun doute, même ici au Qué­bec, on constate qu’il y a de plus en plus d’adeptes, ce n’est plus un acte ré­ser­vé à une élite », sou­tient le Dr Da­niel Cyr, au­teur du Guide des trai­te­ments en mé­de­cine es­thé­tique sans chi­rur­gie.

Ce der­nier, qui offre des ser­vices d’in­jec­tion et autres in­ter­ven­tions sans chi­rur­gie de­puis 2003, a no­té une crois­sance mar­quée de sa clien­tèle au cours des der­nières an­nées, près de 25 % an­nuel­le­ment.

Sur les ré­seaux so­ciaux, comme Ins­ta­gram et Snap­chat, des ve­dettes et des in­fluen­ceurs af­fichent ou­ver­te­ment leurs re­cours aux in­ter­ven­tions es­thé­tiques, par­ti­cu­liè­re­ment celles faites au vi­sage.

Sur ces mêmes ré­seaux so­ciaux, on voit aus­si de plus en plus de « gens or­di­naires » mon­trant fiè­re­ment le ré­sul­tat de leurs in­jec­tions.

Près d’une di­zaine de mé­de­cins in­ter­ro­gés qui offrent des ser­vices d’in­jec­tion es­thé­tiques ont confir­mé connaître une hausse si­gni­fi­ca­tive ou du moins une crois­sance constante de leur clien­tèle.

La tranche d’âge de moins de 35 ans se­rait aus­si plus pré­sente qu’au­pa­ra­vant.

PO­PU­LAIRE CHEZ LES FEMMES

« Ce sont sur­tout des jeunes femmes qui viennent avec des de­mandes très pré­cises, que ce soit pour leurs lèvres, leurs pom­mettes ou des rides nais­santes », fait va­loir la der­ma­to­logue Mi­chèle Ohayon, di­rec­trice mé­di­cale des cli­niques Me­di­cart.

L’ar­ri­vée sur le mar­ché des pro­duits in­jec­tables comme le Bo­tox, aux en­vi­rons des an­nées 2000, a per­mis une vé­ri­table ré­vo­lu­tion dans l’in­dus­trie de la beau­té. Avant, pour chan­ger un vi­sage, il fal­lait avoir re­cours à des chi­rur­gies in­va­sives et coû­teuses.

Grâce aux pro­duits comme l’acide hyaluroniq­ue, un gel à base de sucre ayant des ef­fets vo­lu­mi­sants, presque toutes les

par­ties du vi­sage peuvent être re­mo­de­lées avec une simple se­ringue.

CHAN­GER DES FORMES

« Au dé­but, on in­jec­tait un peu les lèvres et les joues, main­te­nant on peut chan­ger la forme du nez, de la mâ­choire et même des lobes d’oreille ! » lance le Dr Da­niel Cyr, dont la cli­nique est ba­sée à Trois-Ri­vières.

Par exemple, en in­jec­tant des gels vo­lu­ma­teurs en pe­tite quan­ti­té ici et là sur un nez bos­se­lé, on peut le trans­for­mer en nez droit.

Les tech­niques d’in­jec­tion sont plus af­fi­nées que ja­mais, ajoute la Dre Mi­chèle Ohayon, qui prône et en­seigne la mé­thode d’in­jec­tion MD Codes.

Cette tech­nique, in­ven­tée en 2010 par le chi­rur­gien bré­si­lien Mau­ri­cio De Maio, consiste à sé­pa­rer le vi­sage en uni­tés afin de créer des points d’in­jec­tion très pré­cis.

« Ça nous per­met de car­ré­ment re­voir l’ar­chi­tec­ture du vi­sage », ex­plique la Dre Ohayon, ajou­tant que les mé­thodes se per­fec­tionnent constam­ment.

PHO­TO AGENCE QMI, MA­NU CHATAIGNER

La jour­na­liste Daphnée Ha­cker-B. s’est fait in­jec­ter les pom­mettes dans le cadre de ce re­por­tage sur la mé­de­cine es­thé­tique.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.