ÇA VAUT 100 $

Le Journal de Montreal - - JM SAMEDI -

1- Les cent dol­lars que le spec­tacle m’a coû­té ou les cent dol­lars que le spec­tacle m’a coû­tés ? Les verbes coû­ter, vivre, mar­cher, cou­rir, va­loir, pe­ser, me­su­rer et quelques autres in­di­quant le prix, la dis­tance, la du­rée, le poids ou le temps s’em­ploient avec des com­plé­ments cir­cons­tan­ciels. Le par­ti­cipe pas­sé de ces verbes est in­va­riable. Ex. : Les cent dol­lars que m’a coû­té le spec­tacle. La ques­tion que l’on doit se po­ser ici n’est pas qui ou quoi, mais com­bien. Le spec­tacle m’a coû­té com­bien (et non quoi) ? Ré­ponse : « que », mis pour cent dol­lars. « Dol­lars » n’est pas un com­plé­ment d’ob­jet di­rect. Le par­ti­cipe pas­sé de­meure in­va­riable. Pris au sens fi­gu­ré, s’éloi­gnant de leur sens pre­mier, les verbes pré­ci­tés (coû­ter, mar­cher, va­loir, pe­ser, etc.) peuvent de­ve­nir tran­si­tifs, et leur par­ti­cipe pas­sé s’ac­cor­der avec le com­plé­ment d’ob­jet di­rect s’il est pla­cé de­vant le verbe. Ex. : La vic­toire que mes ef­forts m’ont va­lue m’a pro­cu­ré une grande sa­tis­fac­tion. Les ef­forts m’ont va­lu quoi ? « Que », mis pour la vic­toire, com­plé­ment d’ob­jet di­rect pla­cé de­vant le verbe, donc ac­cord.

2- Elle a été sé­rieu­se­ment bles­sée ou elle a été gra­ve­ment bles­sée ? Une bles­sure su­bie dans un ac­ci­dent ne peut être ni mi­neure ni sé­rieuse. On évi­te­ra ces em­prunts aux ex­pres­sions an­glaises mi­nor

in­ju­ry ou se­rious in­ju­ry. L’ad­jec­tif « mi­neur » peut si­gni­fier « de peu d’im­por­tance », mais dans le sens d’ac­ces­soire ou de se­con­daire. Le mot « sé­rieux » peut si­gni­fier « grave », mais dans le sens d’aus­tère. Une bles­sure se­ra lé­gère ou grave.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.