Owen No­lan re­dé­couvre Qué­bec

L’an­cien joueur des Nor­diques di­rige son fils avec les jeunes Sharks

Le Journal de Montreal - - SPORTS - KE­VIN DUBÉ Le Jour­nal de Qué­bec

La ville de Qué­bec pos­sède un am­phi­théâtre mul­ti­fonc­tion­nel au goût du jour et un im­por­tant pro­jet de troi­sième lien est dans les car­tons. Pas de doute, la Vieille Ca­pi­tale n’est plus ce qu’elle était à l’époque où Owen No­lan por­tait les cou­leurs des Nor­diques. C’est lui-même qui le dit !

No­lan est de re­tour à Qué­bec avec son fils Dy­lan, qui évo­lue pour les pe­tits Sharks de San Jose au Tour­noi in­ter­na­tio­nal de ho­ckey pee-wee de Qué­bec cette se­maine.

« Cette ville a gros­si ! » a-t-il men­tion­né lorsque le Jour­nal l’a croi­sé au Com­plexe spor­tif de Wen­dake, hier après-mi­di.

« J’ai re­gar­dé en ligne pour trou­ver cer­tains des an­ciens res­tau­rants où j’al­lais quand je jouais et ils n’existent tous plus. Je de­vrai en trou­ver d’autres », a en­suite ri­go­lé ce­lui que les Nor­diques avaient re­pê­ché au tout pre­mier rang du re­pê­chage de 1990.

No­lan a pas­sé les cinq pre­mières sai­sons de sa car­rière dans l’uni­forme des Nor­diques avant de dé­mé­na­ger, avec l’or­ga­ni­sa­tion, à Den­ver au Co­lo­ra­do en 1995.

TRANSIGÉ

Une fois dans les Ro­cheuses, il n’a tou­te­fois dis­pu­té que neuf matchs avec l’Ava­lanche, avant d’être échan­gé aux Sharks de San Jose contre San­dis Ozo­linsh, le pri­vant ain­si de la conquête de la coupe Stan­ley par son an­cienne équipe, quelques mois plus tard.

Il a en­suite pas­sé les sept sai­sons sui­vantes avec les Sharks, avant de ter­mi­ner sa car­rière avec des ar­rêts à To­ron­to, Phoe­nix, Cal­ga­ry et au Min­ne­so­ta.

Mal­gré tout, il re­con­naît que Qué­bec de­meure un en­droit qui de­meu­re­ra tou­jours par­ti­cu­lier pour lui.

« C’est ici que tout a com­men­cé pour moi. J’ai vé­cu tel­le­ment de beaux mo­ments ici et j’y ai ren­con­tré des per­sonnes fan­tas­tiques. D’avoir la chance de re­ve­nir ici avec mon fils et de pou­voir le di­ri­ger au tour­noi pee-wee est quelque chose de spé­cial pour moi. Je suis content de re­ve­nir. Une chose n’a pas chan­gé, il fait tou­jours aus­si froid ! »

No­lan par­ti­ci­pe­ra d’ailleurs à la mise au jeu pro­to­co­laire du match des pe­tits Rem­parts à 13 h, cet après-mi­di, en com­pa­gnie d’Eric Lin­dros (voir autre texte).

« Ce se­ra bien de re­voir les amateurs de Qué­bec. Les gens ici sont des par­ti­sans purs et durs », men­tionne-t-il.

EX­PÉ­RIENCE

No­lan n’a pas eu la chance de par­ti­ci­per au tour­noi pee-wee lors­qu’il en avait l’âge. Il es­père main­te­nant que son fils ain­si que toute l’équipe des Sharks de San Jose pro­fi­te­ront au maxi­mum de cette chance unique qu’ils ont de prendre part à cet évé­ne­ment.

« Je ne pense pas qu’ils réa­lisent ce que ça re­pré­sente. Même quand il y avait la LNH à Qué­bec, ce tour­noi gé­né­rait tou­jours un en­goue­ment monstre. On es­saie le plus pos­sible de leur dire d’en pro­fi­ter, mais je pense qu’ils le réa­li­se­ront lors de notre pre­mier match », men­tionne-t-il à pro­pos de leur ren­trée, de­main après mi­di, à 13 h, face… aux pe­tits Nor­diques.

Ah, s’il y a une autre chose qui n’a pro­ba­ble­ment pas chan­gé du temps de No­lan avec les Nor­diques, c’est l’ac­ces­si­bi­li­té à Qué­bec par la voie des airs. Des re­tards de vol ont re­tar­dé leur ar­ri­vée à l’aé­ro­port Jean-Le­sage et la moi­tié de l’équi­pe­ment des joueurs man­quait à l’ap­pel.

Heu­reu­se­ment, tout est main­te­nant ren­tré dans l’ordre.

PHO­TO DI­DIER DEBUSSCHÈR­E

Si un poste d’en­traî­neur dans la LNH ne l’in­té­resse pas, Owen No­lan dit ado­rer l’ex­pé­rience de di­ri­ger les jeunes Sharks de San Jose pour qui évo­lue son fils Dy­lan (à gauche).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.