Le Journal de Montreal

AU CHÔ­MAGE POUR LA PRE­MIÈRE FOIS

« T’AS TRA­VAILLÉ TOUTE TA VIE ET TU TE RETROUVES COMME ÇA ! »

- Unemployment · Employment · Society · Canada

Des mil­liers de Qué­bé­cois qui ont tou­jours tra­vaillé, comme Joanne Al­lain et Fran­co Pie­tran­to­nio, trouvent dif­fi­cile de de­voir faire une de­mande d’as­su­rance-em­ploi.

Joanne Al­lain et son conjoint, Fran­co Pie­tran­to­nio, sont dé­sem­pa­rés et cho­qués. Mme Al­lain n’avait ja­mais connu le chô­mage en 38 an­nées sur le mar­ché du tra­vail comme ser­veuse.

Mise à pied mar­di d’un res­tau­rant à cause de la COVID-19, elle a ap­pris hier qu’elle n’au­ra pas de chèque d’as­su­rance-em­ploi avant au moins 28 jours.

« T’as tra­vaillé toute ta vie et tu te retrouves comme ça ! » lance la femme de 61 ans, ac­com­pa­gnée de son conjoint, Fran­co, à leur sor­tie des bu­reaux de Ser­vice Ca­na­da, à Ter­re­bonne.

PAS LA CHARITÉ

« On ne de­mande pas la charité, on de­mande notre dû », ajoute-t-elle, les yeux em­bués.

Le res­to ita­lien de Ter­re­bonne pour le­quel elle tra­vaillait de­puis une ving­taine d’an­nées a été for­cé de ré­duire ses ac­ti­vi­tés en l’ab­sence de clients.

Ou­trée, Mme Al­lain ne com­prend pas pourquoi les chèques tardent tant à être émis.

Seules les per­sonnes for­cées à l’iso­le­ment peuvent es­pé­rer ob­te­nir un paie­ment plus ra­pi­de­ment que le dé­lai ha­bi­tuel de 28 jours.

« Me semble que c’est main­te­nant qu’on a be­soin d’aide ! » af­firme-t-elle.

Après s’être re­mis d’un can­cer qui avait at­ta­qué ses os, son conjoint, âgé de 62 ans, es­pé­rait re­prendre un em­ploi dans un en­tre­pôt de céramique à la fin du mois de mars.

RE­TOUR AU TRA­VAIL DIF­FI­CILE

Il com­prend main­te­nant que ce se­ra im­pos­sible en rai­son des dif­fi­cul­tés éco­no­miques cau­sées par la crise.

Sa cou­ver­ture d’as­su­rance-in­va­li­di­té est épui­sée. Aux bu­reaux de Ser­vice Ca­na­da, on lui a ex­pli­qué hier qu’il ne se­ra sans doute pas ad­mis­sible aux pres­ta­tions d’as­su­rance-em­ploi, puis­qu’il n’a pas tra­vaillé de­puis un an.

« On se re­trouve de­vant rien », constate M. Pie­tran­to­nio, désem­pa­ré. Pen­dant ce temps, les fac­tures s’ac­cu­mulent et la fin du mois ap­proche.

Comme sa conjointe, il avait tra­vaillé toute sa vie, sans ja­mais de­man­der des pres­ta­tions de chô­mage.

 ??  ??
 ?? PHO­TO JULES RI­CHER ?? Joanne Al­lain sort du bu­reau d’as­su­rance-em­ploi de Ter­re­bonne hier avec son conjoint, Fran­co Pie­tran­to­nio.
PHO­TO JULES RI­CHER Joanne Al­lain sort du bu­reau d’as­su­rance-em­ploi de Ter­re­bonne hier avec son conjoint, Fran­co Pie­tran­to­nio.

Newspapers in French

Newspapers from Canada