Le Journal de Montreal

Les banques ne vous fe­ront pas de ca­deau

- MI­CHEL GI­RARD PAGE 27 Business · Banking · Finance · Personal Finance

Alors que tout le monde met la main à la pâte pour s’en­trai­der en vue de se dé­fendre contre la pan­dé­mie du co­ro­na­vi­rus, nos grandes ins­ti­tu­tions ban­caires comme Des­jar­dins et les six grandes banques ca­na­diennes se contentent de s’en­ga­ger, au cas par cas, à ac­cor­der des al­lè­ge­ments et re­ports de paie­ment sur les em­prunts de leurs clients.

Ce­pen­dant, fait très im­por­tant à no­ter, les clients bé­né­fi­cient d’un re­port de paie­ments, mais pas d’un congé d’in­té­rêt.

En ef­fet, les in­té­rêts sur les paie­ments re­por­tés vont conti­nuer d’être fac­tu­rés et de s’ac­cu­mu­ler. Les in­té­rêts de­vien­dront donc payables ul­té­rieu­re­ment, de me confirmer no­tam­ment Des­jar­dins et la Banque Na­tio­nale, nos deux po­pu­laires ins­ti­tu­tions ban­caires qué­bé­coises.

EX­PLOI­TA­TION

Bien en­ten­du, les ins­ti­tu­tions ban­caires (banques, caisses Des­jar­dins, fi­du­cies, cré­dit union, etc.) ne sont pas là pour faire la charité.

N’ayez « crainte », ce­la n’ar­ri­ve­ra pas ! De­puis le dé­but de la pan­dé­mie du co­ro­na­vi­rus, nos ins­ti­tu­tions ban­caires :

√ Ont-elles ré­duit les frais d’in­té­rêt exor­bi­tants (18 à plus de 20 %) qu’elles prennent sur les soldes de cartes de cré­dit ? Non.

Ont-elles bais­sé les oné­reux frais d’in­té­rêt (de 10 % et plus) qu’elles im­posent sur les prêts per­son­nels et les prêts aux en­tre­prises ? Non. Ont-elles sus­pen­du les charges d’in­té­rêts de 20 % et plus qu’elles exigent sur les dé­cou­verts de comptes ban­caires ? Non.

Quand on a le cu­lot de faire payer aux em­prun­teurs des frais d’in­té­rêt de 15 à 20 % et plus, alors qu’on verse de mi­nables re­ve­nus d’in­té­rêt (moins de 1 %) sur l’en­semble des dé­pôts des clients, conve­nons qu’il y a de l’ex­ploi­ta­tion.

Les banques et caisses po­pu­laires jouissent d’une grande marge de pro­fits. En temps de crise fi­nan­cière, comme c’est ac­tuel­le­ment le cas avec la qua­si « pa­ra­ly­sie » mon­diale, il me semble que nos ins­ti­tu­tions ban­caires de­vraient faire preuve de com­pas­sion. À tout le moins, ré­duire leurs gour­mandes marges de pro­fits sur les frais d’in­té­rêt.

GROS PRO­FITS

Les dé­pôts des clients dans les ins­ti­tu­tions ban­caires au pays s’élèvent à quelque 2000 mil­liards $. C’est sur cette somme as­tro­no­mique que les ins­ti­tu­tions versent de faibles in­té­rêts aux dé­po­sants.

Pour leur part, les prêts ban­caires et autres avances de fonds (cartes de cré­dit, etc.) consen­tis aux clients at­teignent les 2400 mil­liards. De ce to­tal, il y a des prêts hy­po­thé­caires as­su­rés par la SCHL pour en­vi­ron 450 mil­liards de dol­lars, donc sans risques pour le monde ban­caire.

Au seul cha­pitre des re­ve­nus nets d’in­té­rêt, les six grandes banques ca­na­diennes ont em­po­ché en 2019 quelque 83 mil­liards de dol­lars. Elles se sont par­ta­gé un bé­né­fice re­cord de 45 mil­liards de dol­lars.

Do­mi­nant dans le mar­ché qué­bé­cois, Des­jar­dins a en­cais­sé en 2019 un re­ve­nu net d’in­té­rêts de 5,4 mil­liards de dol­lars. Et un bé­né­fice net (qua­li­fié d’ex­cé­dent avant ris­tournes) de quelque 2,6 mil­liards.

N’ayez crainte, Des­jar­dins et nos grandes banques dis­posent d’un so­lide cous­sin fi­nan­cier pour don­ner un peu de ré­pit à leurs clients, au­tant les par­ti­cu­liers que les en­tre­prises.

Au seul cha­pitre des re­ve­nus nets d’in­té­rêt, les six grandes banques ca­na­diennes ont em­po­ché en 2019 quelque 83 mil­liards de dol­lars.

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada