Le Journal de Montreal

Trump se dit ex­ci­té par la chlo­ro­quine

Un dé­ri­vé de ce pro­duit est déjà uti­li­sé à Mon­tréal

- AN­TOINE LA­CROIX Health · Pharmaceutical Industry · Cancer · Medicine · Industries · Health Conditions · Donald Trump · White House · U.S. Food and Drug Administration · United States of America · Montreal

Le pré­sident Do­nald Trump a van­té hier le re­cours à la chlo­ro­quine comme pos­sible trai­te­ment pour la COVID-19, dont un dé­ri­vé est déjà uti­li­sé à l’Hô­pi­tal gé­né­ral juif de Mon­tréal, même si plu­sieurs ex­perts ap­pellent à ne pas s’em­bal­ler trop vite.

« Nous al­lons pou­voir rendre ce mé­di­ca­ment dis­po­nible qua­si­ment im­mé­dia­te­ment, a as­su­ré le pré­sident amé­ri­cain lors d’une confé­rence de presse à la Mai­son-Blanche. C’est très ex­ci­tant. Je pense que ce­la pour­rait chan­ger la donne. Ou peut-être pas. Mais d’après ce que j’ai vu, ce­la pour­rait chan­ger la donne. »

La Food and Drug Ad­mi­nis­tra­tion (FDA), l’or­ga­nisme fé­dé­ral qui su­per­vise la com­mer­cia­li­sa­tion des mé­di­ca­ments aux États-Unis, a un peu tem­pé­ré l’en­thou­siasme pré­si­den­tiel en sou­li­gnant que le trai­te­ment n’avait pas été ap­prou­vé pour le co­ro­na­vi­rus.

Mais elle va mettre en place « un essai cli­nique éten­du », a ex­pli­qué Ste­phen Hahn, son di­ri­geant. La FDA a la res­pon­sa­bi­li­té de ga­ran­tir que les pro­duits soient sûrs et ef­fi­caces, a-t-il in­sis­té.

La chlo­ro­quine est un an­ti­pa­lu­déen peu cher, uti­li­sé de­puis plu­sieurs dé­cen­nies pour trai­ter no­tam­ment la ma­la­ria et com­mer­cia­li­sé entre autres sous le nom de Ni­va­quine. Le mé­di­ca­ment est connu pour ses pro­prié­tés an­ti-in­flam­ma­toires.

UTI­LI­SÉ À MON­TRÉAL

Un dé­ri­vé, de l’hy­droxy­chlo­ro­quine, est déjà uti­li­sé par les mé­de­cins de l’Hô­pi­tal gé­né­ral juif de Mon­tréal, où on traite des pa­tients at­teints de la COVID-19.

Or, il n’existe peu ou pas de don­nées cli­niques so­lides qui per­mettent de ga­ran­tir que le pro­duit peut gué­rir le co­ro­na­vi­rus, sou­lignent des ex­perts.

Si l’hy­droxy­chlo­ro­quine peut sou­la­ger l’in­flam­ma­tion pul­mo­naire, l’un des symp­tômes du co­ro­na­vi­rus, de nom­breuses étapes de re­cherche, qui peuvent du­rer plu­sieurs mois, sont né­ces­saires. Un grand nombre de pa­tients de­vra être tes­té avant d’ar­ri­ver à une con­clu­sion.

« C’est vrai­ment trop tôt pour se pro­non­cer. Mais en tout cas, les pa­tients que nous avons sont sous trai­te­ment. On va voir avec le temps comment l’évo­lu­tion de ces pa­tients-là va se faire. On at­tend les ré­sul­tats au­tant que tout le monde », a pré­ci­sé Mi­chel De Mar­chi, mé­de­cin in­ten­si­viste.

– Avec TVA Nou­velles et AFP

Newspapers in French

Newspapers from Canada