Le Journal de Montreal

La COVID-19, ter­reau fer­tile pour les frau­deurs

- MICHAËL NGUYEN Crime

Le stress et l’an­xié­té dus à la crise de la COVID-19 créent un ter­reau fer­tile pour les frau­deurs, pré­vient la Sû­re­té du Qué­bec (SQ), en as­su­rant qu’elle conti­nue­ra à les pour­chas­ser.

« C’est dans ces mo­ments que les frau­deurs pro­fitent de la peur des gens, mais on est là et on ré­pond pré­sent », af­firme l’ins­pec­teur Ri­chard Gau­thier en en­tre­vue au Jour­nal.

Faux tex­tos d’ins­ti­tu­tions ban­caires, fausses in­for­ma­tions, hameçonnag­e : tous les moyens sont bons pour les frau­deurs qui cherchent à ob­te­nir les in­for­ma­tions per­son­nelles de leurs cibles.

Ce­la leur per­met de vi­der des comptes de banque ou en­core de for­ger une fausse iden­ti­té au dé­tri­ment d’un ci­toyen.

Dans les pires cas, les cri­mi­nels peuvent uti­li­ser une iden­ti­té vo­lée pour faire des de­mandes de cré­dit, ob­te­nir un pas­se­port et même vendre la pro­prié­té de leur vic­time, à l’in­su de celle-ci. « Des gens vont es­sayer de pro­fi­ter de la crise », af­firme le cri­mi­na­liste Serge La­mon­tagne, qui pré­voit une hausse des cas pen­dant l’ur­gence sa­ni­taire en vi­gueur au Qué­bec.

La SQ de­mande ain­si au pu­blic de res­ter vi­gi­lant et rap­pelle les conseils d’usage ; par exemple, ne pas ou­vrir un lien in­ter­net d’un ex­pé­di­teur que l’on ne connaît pas, ou si l’on doute de sa fia­bi­li­té.

Il est éga­le­ment dé­con­seillé de don­ner des in­for­ma­tions per­son­nelles au té­lé­phone lorsque l’on re­çoit un ap­pel de quel­qu’un qui pré­tend re­pré­sen­ter une banque ou un autre or­ga­nisme.

« Il faut res­ter très très vi­gi­lant, in­siste l’ins­pec­teur Gau­thier. Des frau­deurs vont se ser­vir de la COVID-19 pour faire de l’hameçonnag­e, il ne faut pas tom­ber là-de­dans. »

PRÉ­VEN­TION

Avant que la crise n’éclate, la SQ avait pas­sé les der­nières se­maines à faire de la pré­ven­tion en se ren­dant no­tam­ment dans des mai­sons pour aî­nés, afin de les sen­si­bi­li­ser.

Et mal­gré la si­tua­tion dans la­quelle est plon­gé le Qué­bec tout en­tier, l’ins­pec­teur Gau­thier as­sure que les en­quê­teurs conti­nuent à tra­quer les frau­deurs. L’en­quête sur le vol mas­sif de don­nées à Des­jar­dins est d’ailleurs tou­jours ac­tive, sou­ligne-t-il.

« Il ne faut pas pen­ser qu’on a ar­rê­té d’en­quê­ter à cause de la COVID-19, on reste à l’af­fût », conclut-il.

 ??  ?? RI­CHARD GAU­THIER
Ins­pec­teur, SQ
RI­CHARD GAU­THIER Ins­pec­teur, SQ

Newspapers in French

Newspapers from Canada