Le Journal de Montreal

Un dé­pan­neur prend tous les moyens pour se pro­té­ger

Le pro­prié­taire veut tout faire pour ai­der à frei­ner la pro­pa­ga­tion du vi­rus

- CA­RO­LINE LE­PAGE Col­la­bo­ra­tion spé­ciale China · Saint-Hyacinthe

SAINT-PIE | Le pro­prié­taire d’un dé­pan­neur de Saint-Pie, en Mon­té­ré­gie, qui ne veut pas que le co­ro­na­vi­rus fasse au­tant de ra­vage au Qué­bec qu’en Chine, son pays na­tal, a pris les grands moyens pour contrer les risques de pro­pa­ga­tion.

Quand il a ap­pris que la COVID-19 tou­chait dé­sor­mais sa terre d’adop­tion, Da­vid Sun a adap­té son dé­pan­neur de Saint-Pie, près de Saint-Hya­cinthe, pour em­pê­cher qu’il de­vienne un lieu de conta­mi­na­tion.

Il a ins­tal­lé une pel­li­cule de plas­tique trans­pa­rente le long du comp­toir-caisse, qui le pro­tège de ses clients et vice-ver­sa.

Il a dé­cou­pé une fente au mi­lieu de la toile, pour ré­duire au mi­ni­mum les échanges d’ar­gent ou de pro­duits avec eux.

M. Sun a eu l’idée d’ins­tal­ler cette toile parce que s’il por­tait seu­le­ment le masque, les gens croyaient qu’il était ma­lade, ce qui n’est pas le cas.

POUR TOUT LE MONDE

« Main­te­nant, les gens com­prennent que c’est pour pro­té­ger tout le monde », pré­cise-t-il.

Quand il sert les clients, le com­mer­çant porte aus­si des gants et des lu­nettes de pro­tec­tion pour ne prendre au­cun risque.

L’homme de 42 ans garde tou­jours son gel et ses lin­gettes dés­in­fec­tantes à por­tée de main. Ré­gu­liè­re­ment, il net­toie le comp­toir, l’ap­pa­reil de paie­ment In­te­rac, la pel­li­cule de plas­tique et la poi­gnée de porte afin de chas­ser les mi­crobes.

« Avant, je fai­sais ça de fa­çon oc­ca­sion­nelle. Main­te­nant, c’est toutes les deux heures », sou­ligne-t-il.

M. Sun ne connaît au­cune per­sonne dé­cé­dée du co­ro­na­vi­rus, dont la pan­dé­mie a pris nais­sance en Chine, où il a gran­di.

« J’ha­bi­tais au Nord. C’est plus froid et cette ré­gion a été moins conta­mi­née », men­tionne ce­lui qui a quit­té ce pays il y a une di­zaine d’an­nées.

Il tient tout de même à faire sa part et se ré­jouit des me­sures adop­tées par les gou­ver­ne­ments.

LES CLIENTS CONTENTS

Ses clients ré­agissent fa­vo­ra­ble­ment en voyant sa toile de pro­tec­tion. Ils sont nom­breux à le fé­li­ci­ter pour sa vi­gi­lance.

« Ça donne la chienne de voir ça, mais c’est une bonne idée ! Ça nous pro­tège. C’est à prendre au sé­rieux cette ma­la­die-là », lance Mar­tin Le­blanc, un client ré­gu­lier.

 ?? PHO­TO COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE, CA­RO­LINE LE­PAGE ?? Le pro­prié­taire du dé­pan­neur de Saint-Pie, Da­vid Sun, der­rière une pel­li­cule plas­tique ins­tal­lée de­vant sa caisse en­re­gis­treuse.
PHO­TO COL­LA­BO­RA­TION SPÉ­CIALE, CA­RO­LINE LE­PAGE Le pro­prié­taire du dé­pan­neur de Saint-Pie, Da­vid Sun, der­rière une pel­li­cule plas­tique ins­tal­lée de­vant sa caisse en­re­gis­treuse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada