Le Journal de Montreal

Prête à re­vê­tir son an­cien uni­forme pen­dant la pan­dé­mie

- ROXANE TRUDEL Career

Une at­ta­chée po­li­tique qui s’ap­prête à re­vê­tir son an­cien uni­forme d’in­fir­mière en­joint ses col­lègues du do­maine de la san­té à faire de même.

« Il faut en­cou­ra­ger les em­ployeurs à li­bé­rer les em­ployés qui pour­raient al­ler ai­der. Et ceux qui le peuvent, à y al­ler, même si ce n’est que pour une jour­née ou deux par se­maine. On a be­soin de tout le monde en ce mo­ment », sou­tient Ma­rie-Ève Té­treault, at­ta­chée po­li­tique de la dé­pu­tée de Sou­langes.

In­fir­mière auxi­liaire de for­ma­tion, elle s’est sen­tie in­ter­pel­lée par l’ap­pel du pre­mier mi­nistre du Qué­bec in­vi­tant les an­ciens pro­fes­sion­nels de la san­té à se mo­bi­li­ser pour ai­der leurs col­lègues.

« Quand tu de­viens in­fir­mière, tu as le mé­tier dans le sang. J’ai le goût d’y al­ler, je veux ai­der et je suis vrai­ment mo­ti­vée », ajoute Mme Té­treault.

Mère de quatre en­fants, l’in­fir­mière a dû ces­ser d’exer­cer le mé­tier en 2013 pour s’oc­cu­per de son fils qui était lour­de­ment han­di­ca­pé. Mal­heu­reu­se­ment, le pe­tit est dé­cé­dé l’été der­nier.

10 000 CAN­DI­DA­TURES

Sa pa­tronne, la dé­pu­tée Marilyne Pi­card, n’a pas été dif­fi­cile à convaincre.

« J’es­père vrai­ment que son geste va in­fluen­cer plein d’autres per­sonnes à faire la même chose. On a vrai­ment be­soin de per­son­nel dans notre ré­seau pour prê­ter main-forte à nos anges gar­diens », sou­ligne-t-elle.

Déjà, près de 10 000 pro­fes­sion­nels ont en­voyé leur CV pour prê­ter main-forte à la san­té pu­blique.

« Ça pa­raît beau­coup, mais ce n’est pas tant non plus. [...] Les in­fir­mières sont déjà fa­ti­guées. Il faut al­ler leur don­ner un coup de pouce », conclut Mme Té­treault.

 ??  ?? MA­RIE-ÈVE TÉ­TREAULT
An­cienne in­fir­mière auxi­liaire
MA­RIE-ÈVE TÉ­TREAULT An­cienne in­fir­mière auxi­liaire

Newspapers in French

Newspapers from Canada