Le Journal de Montreal

Le traître

- nathalie.el­gra­bly @que­be­cor­me­dia.com

Le vi­rus a frap­pé le Ca­na­da plu­sieurs jours après s’être ré­pan­du en Eu­rope. On pou­vait donc ima­gi­ner ce qui nous at­ten­dait et agir de ma­nière pré­ven­tive. Mais Jus­tin Tru­deau n’a rien fait. Il a re­gar­dé pas­si­ve­ment le tsu­na­mi vi­ral qui ap­pro­chait alors qu’il avait le pou­voir de nous en pro­té­ger.

DAN­GER

Les rai­sons pou­vant ex­pli­quer sa lé­thar­gie as­sas­sine sont li­mi­tées.

Soit il était to­ta­le­ment in­cons­cient. Au­quel cas, il faut le des­ti­tuer le plus ra­pi­de­ment pos­sible, car un pre­mier mi­nistre sans ju­geote est un dan­ger pu­blic.

Soit il était par­fai­te­ment conscient de la gra­vi­té de la si­tua­tion, mais a tout de même choi­si l’in­ac­tion. Vou­lait-il donc qu’un maxi­mum de Ca­na­diens soient in­fec­tés ? Quoi qu’il en soit, il faut im­mé­dia­te­ment l’éjec­ter de son siège et s’in­ter­ro­ger sé­rieu­se­ment sur sa san­té men­tale. Les Ca­na­diens ont be­soin d’un lea­der ré­flé­chi qui se sou­cie sin­cè­re­ment de la san­té pu­blique, et non d’un as­soif­fé de pou­voir nar­cis­sique et déshu­ma­ni­sé, mû par un agen­da ma­ni­fes­te­ment hos­tile aux ci­toyens.

Chose cer­taine, son obs­ti­na­tion pué­rile, si­non sa­dique, à gar­der les fron­tières ou­vertes alors que le Ca­na­da en­tier l’im­plo­rait de les fer­mer, est res­pon­sable de la crise ac­tuelle.

Tru­deau a tra­hi le peuple. Il l’a li­vré à un mi­cro­sco­pique ter­ro­riste. Main­te­nant, il veut jouer les sau­veurs et ra­che­ter ses in­sa­ni­tés à coups de mil­liards de dol­lars de dé­penses.

COM­PLI­CI­TÉ

Le pre­mier mi­nistre ne mé­rite plus ni notre confiance ni notre pa­tience. Quant à tous les élus qui chauffent les sièges du Par­le­ment, qu’at­tendent-ils pour lui mon­trer la sor­tie ? Leur com­pli­ci­té ta­cite est exas­pé­rante !

Le co­ro­na­vi­rus se­ra vain­cu. Et l’éco­no­mie ré­cu­pé­re­ra ce qu’elle au­ra per­du. C’est une cer­ti­tude. Tou­te­fois, rien ne ra­mè­ne­ra les vies per­dues.

Comme il n’existe au­cun re­mède contre la mol­lesse et la bê­tise, voire la ma­lice, le traître qui nous gou­verne doit être dé­mis de ses fonc­tions et rem­pla­cé par un vé­ri­table chef d’État. Ça urge !

 ?? NATHALIE ?? EL­GRA­BLY-LÉ­VY
NATHALIE EL­GRA­BLY-LÉ­VY

Newspapers in French

Newspapers from Canada