Le Journal de Montreal

Plus de 200 mises à pied à Mon­tréal-Tru­deau

- SYLVAIN LAROCQUE Jour­nal Montreal · Canada · Montréal–Pierre Elliott Trudeau International Airport · International Association of Machinists and Aerospace Workers

Plus de 200 tra­vailleurs ont été mis à pied à l’aé­ro­port Mon­tréal-Tru­deau au cours des der­nières heures et ce n’est que la pre­mière vague d’an­nonces.

« Vu qu’il y a moins de vols, les trois quarts du monde ont été mis à pied » par­mi les quelque 300 sa­la­riés syn­di­qués de Swis­sport Ca­na­da, qui as­sure no­tam­ment le ra­vi­taille­ment des avions, in­dique au

Mi­chel Ri­cher, re­pré­sen­tant de l’As­so­cia­tion in­ter­na­tio­nale des ma­chi­nistes et des tra­vailleurs et tra­vailleuses de l’aé­ro­spa­tiale (AIMTA). « On pense que ce n’est que le dé­but », ajoute-t-il.

Le syn­di­cat s’at­tend à ce que plus de la moi­tié des ba­ga­gistes, agents de piste, mé­ca­ni­ciens, ma­ga­si­niers et pré­po­sés d’es­cale d’Air Ca­na­da et de Tran­sat soient mis à pied pro­chai­ne­ment, consé­quence de la qua­siin­ter­rup­tion des vols. À tra­vers le pays, l’AIMTA re­pré­sente quelque 10 000 tra­vailleurs d’Air Ca­na­da, dont 2400 à Mon­tréal, et en­vi­ron 400 de Tran­sat.

AGENTS DE BORD ET PI­LOTES

Des mil­liers d’agents de bord, de pi­lotes et d’agents dans les aé­ro­gares se­ront éga­le­ment mis à pied. Seu­le­ment chez Tran­sat, on compte 1938 agents de bord et 682 pi­lotes.

L’AIMTA compte par ailleurs 125 membres chez Air­port Ter­mi­nal Ser­vices (ATS), un sous-trai­tant de Mon­tréal-Tru­deau qui vient lui aus­si d’an­non­cer des mises à pied.

« On est en train de trou­ver des so­lu­tions pour at­té­nuer les mises à pied, af­firme M. Ri­cher. On tra­vaille fort là-des­sus. On va es­sayer d’avoir le meilleur pour nos membres. »

Chez AJW Tech­nique, une en­tre­prise de main­te­nance de com­po­sants aé­ro­nau­tiques de Mon­tréal, le tra­vail se pour­suit nor­ma­le­ment pour l’ins­tant. Dans l’éven­tua­li­té d’une ré­duc­tion des ac­ti­vi­tés, l’em­ployeur et le syn­di­cat se sont en­ten­dus pour adop­ter un ho­raire de tra­vail al­lé­gé à deux ou trois jours par se­maine avec, en com­plé­ment, des pres­ta­tions gou­ver­ne­men­tales.

Newspapers in French

Newspapers from Canada