Le Journal de Montreal

Jour sombre pour le Cirque

En pleine crise, l’en­tre­prise a li­cen­cié 95 % de ses em­ployés

- RA­PHAËL GENDRON-MAR­TIN Montreal · China · Cirque du Soleil

Le Cirque du So­leil a vé­cu la pire jour­née de son his­toire, hier, avec la mise à pied tem­po­raire de 95 % de ses em­ployés, soit 4679 per­sonnes. Pour la com­pa­gnie qui existe de­puis 35 ans, le co­ro­na­vi­rus a fait de réels ra­vages.

« On est sur un pied de guerre ». Au bout du fil, Da­niel La­marre n’avait pas le coeur à rire, hier après-mi­di. Quelques heures plus tôt, le pré­sident et chef de la di­rec­tion du Cirque du So­leil avait an­non­cé à 4679 de ses em­ployés qu’ils n’avaient tem­po­rai­re­ment plus d’em­ploi au sein de la com­pa­gnie.

« Ç’a été ex­trê­me­ment dif­fi­cile de vivre ça, car nos em­ployés n’étaient déjà plus au bu­reau. Ils res­taient tous à la mai­son. Il a fal­lu en­voyer une vi­déo à 4700 em­ployés. Par la suite, il a fal­lu faire le sui­vi avec cha­cun d’eux pour les in­for­mer de ce qui leur ar­ri­vait. Ç’a été as­sez in­croyable. »

Le PDG du Cirque son­geait à la pos­si­bi­li­té de mises à pied mas­sives de­puis sa­me­di, lors­qu’il a re­çu l’ap­pel de l’ar­rêt com­plet des six spec­tacles ré­si­dents à Las Vegas.

« C’était de­ve­nu clair pour moi qu’on n’au­rait pas le choix de faire des mises à pied. On connaît l’im­por­tance de Las Vegas pour nous. »

Seules 200 per­sonnes res­tent en poste à Mon­tréal. « Les em­ployés qu’on a conser­vés sont ceux qui sont utiles lors­qu’on va re­com­men­cer à pré­sen­ter nos spec­tacles », dit Da­niel La­marre.

RE­TOUR EN CHINE

Alors que la du­rée de la crise du co­ro­na­vi­rus est en­core très in­cer­taine, la si­tua­tion en Chine semble tran­quille­ment se ré­ta­blir. Le Cirque pour­rait ain­si re­com­men­cer à la fin avril la pré­sen­ta­tion de son spec­tacle ré­sident à Hangz­hou, Un monde

fan­tas­tique, qu’il avait lan­cé en août der­nier. « C’est un peu pa­ra­doxal parce que c’est là où la crise a com­men­cé, re­marque Da­niel La­marre. Les ar­tistes du spec­tacle sont en stand­by. Dès qu’on va avoir une con­fir­ma­tion des au­to­ri­tés, il fau­dra les ra­pa­trier là-bas et re­faire un peu la mise en forme du spec­tacle. »

À Mon­tréal, c’est tou­jours l’in­cer­ti­tude pour le lan­ce­ment du nou­veau spec­tacle Sous un même ciel. « Le cha­pi­teau est tou­jours là et on a le site jus­qu’à la fin du mois d’août, dit Da­niel La­marre. On va re­prendre au mo­ment où ce se­ra ap­pro­prié et que le gou­ver­ne­ment nous le per­met­tra ».

Mal­gré la crise, Da­niel La­marre reste op­ti­miste pour l’ave­nir du Cirque. « C’est sûr que le jour où l’on re­com­mence à vendre des spec­tacles et des billets, et qu’on re­joint nos mil­lions de spec­ta­teurs, la si­tua­tion de­vrait se ré­sor­ber ra­pi­de­ment. Le grand in­con­nu de tout le monde, c’est com­bien de temps cette crise-là va du­rer ».

 ?? La PHO­TO AGENCE QMI, DOMINICK GRAVEL ?? L’in­cer­ti­tude plane sur le spec­tacle Sous un même ciel, que le Cirque du So­leil de­vait lan­cer à Mon­tréal au prin­temps. « Notre cha­pi­teau est éri­gé. Tout dé­pen­dant de la lon­gueur de la crise [du co­ro­na­vi­rus], on es­père pou­voir l’ou­vrir quelque part pen­dant l’été », in­dique Da­niel La­marre.
La PHO­TO AGENCE QMI, DOMINICK GRAVEL L’in­cer­ti­tude plane sur le spec­tacle Sous un même ciel, que le Cirque du So­leil de­vait lan­cer à Mon­tréal au prin­temps. « Notre cha­pi­teau est éri­gé. Tout dé­pen­dant de la lon­gueur de la crise [du co­ro­na­vi­rus], on es­père pou­voir l’ou­vrir quelque part pen­dant l’été », in­dique Da­niel La­marre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada