Le Journal de Montreal

500 000 tra­vailleurs crient à l’aide

Le nombre de de­man­deurs d’as­su­rance-em­ploi a bat­tu tous les re­cords de­puis une se­maine

- JULES RI­CHER Justin Trudeau · Ottawa · Bloc Quebecois · National Council of Austria

C’est du ja­mais-vu dans l’his­toire ca­na­dienne. Un de­mi-mil­lion de tra­vailleurs ont dé­po­sé une de­mande d’as­su­rance-em­ploi au cours de la der­nière se­maine, soit presque 20 fois plus que d’ha­bi­tude.

Ce chiffre ré­vèle l’am­pleur de la crise de la CO­VID-19 et montre à quel point le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral est sub­mer­gé de de­mandes. Le pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau a qua­li­fié la si­tua­tion d’« his­to­rique », hier, pen­dant un point de presse.

À titre de com­pa­rai­son, pen­dant la même se­maine l’an­née der­nière, Ot­ta­wa avait ob­te­nu en­vi­ron 27 000 de­mandes.

« Il s’agit, bien sûr, d’une si­tua­tion sans pré­cé­dent qui met beau­coup de pres­sion sur notre sys­tème », a re­con­nu M. Tru­deau.

Le pre­mier mi­nistre a af­fir­mé que des ef­forts ma­jeurs avaient été en­tre­pris pour trai­ter cet af­flux de de­mandes et que des « mil­liers de fonc­tion­naires » étaient mo­bi­li­sés.

IL Y A UR­GENCE

L’op­po­si­tion à Ot­ta­wa a rap­pe­lé l’ur­gence d’agir. « Dé­jà, avant la crise, il y a avait des dé­lais dans les de­mandes [d’as­su­rance-em­ploi] », sou­ligne en en­tre­vue la dé­pu­tée du Bloc qué­bé­cois, Louise Cha­bot, porte-pa­role en ma­tière d’em­ploi.

Se­lon elle, Ot­ta­wa de­vrait dis­po­ser de res­sources pour trai­ter le sur­croît. Mais il fau­dra qu’on passe ra­pi­de­ment « à la troi­sième vi­tesse », dit-elle, pour évi­ter les re­tards im­por­tants dans l’émis­sion des pres­ta­tions d’as­su­rance-em­ploi.

Pierre Cé­ré, du Conseil na­tio­nal des chô­meurs et chô­meuses, craint pour l’ave­nir.

Il es­time que la struc­ture ac­tuelle de fonc­tion­ne­ment de l’as­su­rance-em­ploi n’est pas en me­sure de faire face à la si­tua­tion.

PAS NOU­VEAU CES DÉ­LAIS

Comme Mme Cha­bot, il note que des re­tards étaient dé­jà en­re­gis­trés dans l’émis­sion des paie­ments de­puis plu­sieurs mois, même si le taux de chô­mage était très bas au pays, en par­ti­cu­lier au Qué­bec.

Ac­tuel­le­ment, une désor­ga­ni­sa­tion ma­jeure est dé­jà vi­sible puisque les lignes té­lé­pho­niques et les ac­cès in­ter­net étaient sou­vent peu ac­ces­sibles cette se­maine. « C’est le chaos », dit-il.

Pour M. Cé­ré, il manque car­ré­ment « d’hu­mains dans la ma­chine » pour trai­ter toutes les de­mandes qui com­portent in­évi­ta­ble­ment des er­reurs ou des omis­sions.

Il croit que le fé­dé­ral de­vrait suivre l’exemple de Qué­bec et rap­pe­ler de toute ur­gence des fonc­tion­naires à la re­traite.

 ?? PHO­TO JULES RI­CHER ?? Il y avait en­core des files d’at­tente aux bu­reaux de Ser­vice Ca­na­da hier. Les ci­toyens fai­saient preuve de ci­visme en lais­sant un bon es­pace entre eux. Des fonc­tion­naires por­tant des gants de pro­tec­tion les ac­cueillaien­t, comme ici, rue Beau­mont, à Mon­tréal.
PHO­TO JULES RI­CHER Il y avait en­core des files d’at­tente aux bu­reaux de Ser­vice Ca­na­da hier. Les ci­toyens fai­saient preuve de ci­visme en lais­sant un bon es­pace entre eux. Des fonc­tion­naires por­tant des gants de pro­tec­tion les ac­cueillaien­t, comme ici, rue Beau­mont, à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada