Le Journal de Montreal

Lo­to-Qué­bec sus­pend ses ventes de lo­te­ries

Il s’agit d’une pre­mière de­puis sa créa­tion en 1969

- MARC-AN­DRÉ GA­GNON Bu­reau par­le­men­taire François Legault

LO­TE­RIE

QUÉ­BEC | En rai­son de la pan­dé­mie de co­ro­na­vi­rus, le gou­ver­ne­ment Le­gault a de­man­dé à Lo­to-Qué­bec de fer­mer ses ter­mi­naux et de sus­pendre la vente de ses billets de lo­te­rie par­tout, sauf en ligne.

« Lo­to-Qué­bec sus­pen­dra la vente de lo­te­ries et pro­cé­de­ra le plus ra­pi­de­ment pos­sible à la fer­me­ture des ter­mi­naux de vente, chez les dé­taillants et dans les kiosques », a confir­mé le porte-pa­role de la so­cié­té d’État, Pa­trice La­voie, hier après-mi­di.

EN LIGNE

Dès la fer­me­ture des ter­mi­naux, il ne se­ra plus pos­sible non plus de se pro­cu­rer ou de faire va­li­der un billet à grat­ter. Ces der­niers de­vaient être désac­ti­vés à 22 h 30, hier, soir de ti­rage du Lot­to Max, dont le gros lot était de 60 M$.

Il de­meure tou­te­fois pos­sible de pro­cé­der à l’achat et à la vé­ri­fi­ca­tion de billets de lo­te­rie à ti­rage sur in­ter­net.

Lors de son point de presse quo­ti­dien, le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault avait pré­ve­nu que son gou­ver­ne­ment sou­hai­tait que Lo­to-Qué­bec re­voie ses pra­tiques.

UNE DÉ­CI­SION PRISE PO­LI­TI­QUE­MENT

Ques­tion­nés, la veille, à pro­pos des 70 ans et plus qui sont en­core nom­breux à faire la file au dé­pan­neur ou à la pharmacie pour se pro­cu­rer des billets de lo­te­rie,

M. Le­gault et son mi­nistre des Fi­nances, Eric Gi­rard, s’en étaient d’abord re­mis à l’au­to­ri­té de la san­té pu­blique. La dé­ci­sion a fi­na­le­ment été prise po­li­ti­que­ment.

« On ne veut évi­dem­ment pas que les per­sonnes aillent au dé­pan­neur seule­ment pour ache­ter un billet de Lo­to-Qué­bec », a ex­pli­qué M. Le­gault, en pres­sant Lo­to-Qué­bec d’agir ra­pi­de­ment.

En fin de jour­née, hier, plu­sieurs kiosques dans les centres d’achat af­fi­chaient dé­jà « fer­mé ». On en compte 113 à tra­vers le Qué­bec, dont 33 gé­rés par des OBNL. Cer­tains or­ga­nismes avaient dé­jà pris la dé­ci­sion d’in­ter­rompre leurs ac­ti­vi­tés en rai­son des risques as­so­ciés à la CO­VID-19.

Quelque 8500 dé­taillants, soit les dé­pan­neurs, les phar­ma­cies et les épi­ce­ries, ont vu leurs ter­mi­naux être désac­ti­vés.

FI­NIE LA PU­BLI­CI­TÉ

À comp­ter d’au­jourd’hui, Lo­to-Qué­bec ces­se­ra éga­le­ment de pro­mou­voir ses jeux à tra­vers les mé­dias.

M. Le­gault en a pro­fi­té pour an­non­cer que son gou­ver­ne­ment planche sur des me­sures dont pour­raient bé­né­fi­cier les mé­dias qui, comme dans plu­sieurs autres sec­teurs, souffrent des consé­quences de la pan­dé­mie mon­diale.

« Je sais que les mé­dias ac­tuel­le­ment, c’est dif­fi­cile fi­nan­ciè­re­ment, a dit M. Le­gault. […] Donc, on est en train de re­gar­der ce qu’on peut faire fi­nan­ciè­re­ment, parce que c’est vrai­ment un sec­teur qui est cri­tique pour les pro­chaines se­maines, les pro­chains mois. »

 ??  ??

Newspapers in French

Newspapers from Canada