Le Journal de Montreal

Des adieux dé­chi­rés par la pan­dé­mie

In­ca­pables de vi­si­ter leur mère en soins pal­lia­tifs

- HU­GO DU­CHAINE Le Jour­nal de Mon­tréal Saint John

Des proches d’une même fa­mille de Mon­tréal ont dû faire de dé­chi­rants adieux à leur mère, ad­mise hier en centre de soins pal­lia­tifs où les vi­sites sont in­ter­dites en pleine pan­dé­mie de CO­VID-19.

« On se sent dé­chi­rés entre of­frir les soins mé­di­caux adé­quats ver­sus le sou­tien psy­cho­lo­gique de la fa­mille, alors qu’on sou­hai­te­rait lui don­ner les deux », confie la belle-fille de De­nise Le­blanc, Hé­lène La­noix, qui té­moigne au nom de sa bel­le­fa­mille, alors que cette der­nière tra­verse ce mo­ment dif­fi­cile.

Il était ren­du im­pos­sible de gar­der la femme de 78 ans à la mai­son, en phase ter­mi­nale d’un can­cer du sein.

SEULE

« Elle est là, seule, et nous sommes à la mai­son avec son ma­ri qui ne com­prend pas », pour­suit Mme La­noix, à pro­pos de son beau-père de 87 ans qui est sé­pa­ré de sa femme pour la pre­mière fois en 57 ans de ma­riage.

Hier, toute la fa­mille s’est re­trou­vée dans l’en­trée du Centre d’hé­ber­ge­ment en soins pal­lia­tifs de La Prai­rie pour faire ses adieux à Mme Le­blanc.

« Les in­fir­mières pleu­raient à cô­té de nous », re­late sa belle-fille.

Elle as­sure que le per­son­nel fait preuve d’une grande em­pa­thie de­vant cette si­tua­tion in­édite. La fa­mille est aus­si te­nue au cou­rant de l’état de san­té de Mme Le­blanc, qui a peut-être deux se­maines à vivre.

« Mais on ai­me­rait la ras­su­rer, la te­nir par la main », dit Mme La­noix, qui se de­mande si l’on peut trou­ver une so­lu­tion.

Elle ai­me­rait par exemple qu’une per­sonne de la fa­mille puisse être dé­si­gnée pour se rendre dans sa chambre.

« On sait qu’on n’est pas seuls dans cette si­tua­tion », ra­conte-t-elle, puis­qu’une autre fa­mille vi­vait la même chose à leurs cô­tés, hier.

À son image, sa belle-mère est res­tée forte en quit­tant ses proches, dit-elle.

DER­NIERS MO­MENTS

La fa­mille a été as­su­rée qu’elle pour­rait voir Mme Le­blanc lors de ses der­niers mo­ments, mais elle ignore si ce se­ra une ques­tion d’heures ou de jours et si l’aî­née se­ra tou­jours consciente.

La porte-pa­role du Centre in­té­gré de san­té et de ser­vices so­ciaux de la Mon­té­ré­gie-Ouest, Jade St-Jean, as­sure que les vi­sites se­ront per­mises « pour ac­com­pa­gner un proche dans ses der­niers jours de vie ».

Le centre s’est aus­si do­té d’iPads pour faire des ap­pels vi­déo.

 ?? PHO­TO COUR­TOI­SIE ?? De­nise Le­blanc, âgée de 78 ans, en­tou­rée de sa fa­mille, avant de par­tir dans un centre de soins pal­lia­tifs où les vi­sites sont in­ter­dites à cause de la pan­dé­mie de co­ro­na­vi­rus.
PHO­TO COUR­TOI­SIE De­nise Le­blanc, âgée de 78 ans, en­tou­rée de sa fa­mille, avant de par­tir dans un centre de soins pal­lia­tifs où les vi­sites sont in­ter­dites à cause de la pan­dé­mie de co­ro­na­vi­rus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada