Le Journal de Montreal

Les mi­grants ir­ré­gu­liers du rang Rox­ham se­ront re­fou­lés aux États-Unis

Le Ca­na­da est ac­tuel­le­ment à la mer­ci d’ins­tal­la­tions étrangères, sur­tout chi­noises

- ÉMI­LIE BER­GE­RON Business · United States of America · Justin Trudeau · Canada · Ottawa · China · France · Taiwan · François Legault · Bridgestone · Ateliers de constructions mécaniques de Vevey · Bombardier · Navdeep Bains · Low Floor System

OT­TA­WA | Les mi­grants ir­ré­gu­liers qui tentent de fran­chir la fron­tière ca­na­doa­mé­ri­caine par le rang Rox­ham se­ront re­fou­lés, a an­non­cé hier le pre­mier mi­nistre Jus­tin Tru­deau.

« Le Ca­na­da et les États-Unis an­noncent une en­tente mu­tuelle se­lon la­quelle on va main­te­nant ren­voyer les mi­grants ir­ré­gu­liers qui tentent de tra­ver­ser la fron­tière », a-t-il dé­cla­ré dans son point de presse quo­ti­dien de­puis sa ré­si­dence de Ri­deau Cot­tage, à Ot­ta­wa.

Le pre­mier mi­nistre a pré­ci­sé que la me­sure est tem­po­raire, sans four­nir de dé­tails sur sa du­rée. Par ailleurs, il a confir­mé que la fer­me­ture de la fron­tière avec les États-Unis pour tout voyage non es­sen­tiel est en­trée en vi­gueur à mi­nuit, la nuit der­nière. Le mi­nistre de la Sécurité pu­blique, Bill Blair, a par la suite pré­ci­sé que le re­fou­le­ment des mi­grants et la fer­me­ture de la fron­tière étaient pré­vus pour un mi­ni­mum de 30 jours.

« Nous avons [dé­jà] vu un dé­clin si­gni­fi­ca­tif au cou­rant des der­nières 24 heures des voyages non es­sen­tiels », a-t-il dit.

Les de­man­deurs d’asile ir­ré­gu­liers qui sont dé­jà en­trés au Ca­na­da se­ront pla­cés en iso­le­ment pour 14 jours et pris en charge par Ot­ta­wa, a-t-il sou­te­nu.

ADAP­TER LA CHAÎNE DE PRO­DUC­TION

Le gou­ver­ne­ment Tru­deau a aus­si an­non­cé que le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral al­lait sou­te­nir les en­tre­prises qui sou­haitent conver­tir leurs chaînes de pro­duc­tion pour fa­bri­quer des équi­pe­ments per­met­tant de com­battre la CO­VID-19.

« Cette ini­tia­tive va ai­der les com­pa­gnies qui fa­briquent dé­jà des pro­duits tels que des masques, des ven­ti­la­teurs et du dés­in­fec­tant pour les mains à aug­men­ter mas­si­ve­ment leur pro­duc­tion », a-t-il ex­pli­qué.

L’As­so­cia­tion des fa­bri­cants de pièces au­to­mo­biles se­rait po­ten­tiel­le­ment prête à re­con­ver­tir ses ac­ti­vi­tés pour pro­duire de l’équi­pe­ment mé­di­cal, a pré­ci­sé M. Tru­deau.

Le mi­nistre de l’In­no­va­tion, Nav­deep Bains, a ajou­té que des par­te­na­riats ont été conclus avec trois en­tre­prises. L’une d’entre elles est la com­pa­gnie mont­réa­laise Me­di­com, qui pro­duit du ma­té­riel de pro­tec­tion mé­di­cal

À la de­mande ex­presse d’Ot­ta­wa, l’en­tre­prise qué­bé­coise Me­di­com ou­vri­ra bien­tôt une usine de masques N95 qui de­vien­dra le four­nis­seur « stra­té­gique » pour le Ca­na­da de ce pro­duit es­sen­tiel.

Le chef de l’ex­ploi­ta­tion de Me­di­com, Guillaume La­ver­dure, es­père que les fu­tures ins­tal­la­tions pour­ront être fonc­tion­nelles en deux ou trois mois.

« C’est pour ré­pondre à la CO­VID-19, bien sûr, mais aus­si pour pré­pa­rer le Ca­na­da à ré­pondre aux pro­chaines crises sa­ni­taires », a-t-il ex­pli­qué hier.

Me­di­com vend dé­jà des masques ici, mais ceux-ci sont fa­bri­qués ailleurs.

USINES RÉ­QUI­SI­TION­NÉES

« Ce que la crise nous ap­prend au­jourd’hui, c’est que c’est de la fo­lie que d’avoir des ré­seaux d’ap­pro­vi­sion­ne­ment sur des pro­duits cri­tiques qui ne dé­pendent que de quelques pays », a mar­te­lé M. La­ver­dure. La Chine pro­duit 80 % de tous les masques mé­di­caux.

« Beau­coup de pays se ré­veillent, mal­heu­reu­se­ment, un peu bru­ta­le­ment », a-t-il ajou­té.

En Chine, en France et à Taï­wan, les au­to­ri­tés ont ré­qui­si­tion­né les usines de Me­di­com, de sorte qu’à l’heure ac­tuelle, l’en­tre­prise ne peut ap­pro­vi­sion­ner le Ca­na­da qu’à par­tir de ses ins­tal­la­tions amé­ri­caines.

« Et c’est pas suf­fi­sant », a pré­ve­nu Guillaume La­ver­dure.

Le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral dit avoir l’as­su­rance de re­ce­voir sous peu 11,3 mil­lions de masques N95, soit bien da­van­tage que les 7,3 mil­lions re­quis par les pro­vinces et ter­ri­toires jus­qu’ici.

La mi­nistre de l’Ap­pro­vi­sion­ne­ment, Ani­ta Anand, a re­le­vé qu’Ot­ta­wa a re­çu « plus de 5800 sou­mis­sions » d’en­tre­prises of­frant des pro­duits ou des ser­vices pour lut­ter contre le vi­rus.

Le pre­mier mi­nistre Fran­çois Le­gault a sou­te­nu que le Qué­bec avait as­sez de ma­té­riel mé­di­cal « à court terme », soit pour les deux ou trois pro­chaines se­maines.

« On tra­vaille quand même sur des scé­na­rios plus pes­si­mistes pour être prêts au cas où, a-t-il pré­ci­sé. [...] On a com­men­cé à par­ler avec des en­tre­prises [...] pour fa­bri­quer tous les équi­pe­ments qui pour­raient être es­sen­tiels s’il y avait une si­tua­tion qui de­ve­nait beau­coup plus cri­tique. »

Cer­tains fa­bri­cants qué­bé­cois se tiennent prêts à re­di­ri­ger leur pro­duc­tion vers du ma­té­riel es­sen­tiel.

« Si on peut contri­buer à [al­lé­ger] la crise ac­tuelle et main­te­nir des gens en em­ploi, c’est ga­gnant-ga­gnant », a af­fir­mé Vé­ro­nique Proulx, PDG de Ma­nu­fac­tu­riers et ex­por­ta­teurs du Qué­bec.

1000 TRA­VAILLEURS AU CHÔ­MAGE

Jus­qu’ici, les usines qué­bé­coises ont dans l’en­semble pour­sui­vi leurs ac­ti­vi­tés, mais la si­tua­tion com­mence à chan­ger. Brid­ges­tone va fer­mer son usine de Joliette pour au moins deux se­maines, ce qui en­ver­ra plus de 1000 per­sonnes au chô­mage.

Mme Proulx a no­té que plu­sieurs en­tre­prises qué­bé­coises four­nissent des usines amé­ri­caines ou sont ap­pro­vi­sion­nées par elles.« Comme ces usines com­mencent à fer­mer, c’est sûr que ça va avoir un im­pact ma­jeur ici », a-t-elle dit.

L’État de New York a or­don­né hier la fer­me­ture de la plu­part des usines. À Platts­burgh, No­va Bus a donc sus­pen­du ses opé­ra­tions hier soir, mais Bom­bar­dier Transport main­tient ses ac­ti­vi­tés, ju­gées « es­sen­tielles ».

 ?? PHO­TO AFP ?? ME­DI­COM EN BREF
√ Fon­dée en 1998 pour fa­bri­quer des
gants pen­dant la crise du VIH-sida √ 1100 em­ployés dans le monde, dont
150 au siège so­cial de Pointe-Claire √ Pré­sence en Asie, en Eu­rope, en
Océa­nie et en Amé­rique du Nord
En France, Me­di­com ex­ploite une usine de masques qui a été ré­qui­si­tion­née par le gou­ver­ne­ment.
PHO­TO AFP ME­DI­COM EN BREF √ Fon­dée en 1998 pour fa­bri­quer des gants pen­dant la crise du VIH-sida √ 1100 em­ployés dans le monde, dont 150 au siège so­cial de Pointe-Claire √ Pré­sence en Asie, en Eu­rope, en Océa­nie et en Amé­rique du Nord En France, Me­di­com ex­ploite une usine de masques qui a été ré­qui­si­tion­née par le gou­ver­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada